AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 LouIyah | Si tu veux une deuxième chance, fais le premier pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



avatar
⚝Paroles Échangées : 10

MessageSujet: LouIyah | Si tu veux une deuxième chance, fais le premier pas.    Mar 9 Oct - 0:30

Si tu veux une deuxième chance, fais le premier pas.
LouIyah
Tu as faim. Pas de frite, de pizza, ou de soda. Pas de brocoli, d'haricot, ou de thé détox. Pas de ce genre de nourriture qui te paraisse complètement fade depuis trois ans. Oh tu arrives à t'en rassasier, quelques temps. Du moins, jusqu'à ce que tu ne supportes plus l'odeur enivrante du sang comme secouer au bout de ton nez seulement pour t'appâter. Tel un animal en chasse. Tu détestes ce moment où ton dernier repas sanguinolant ne suffit plus à apaiser tes envies, ce moment où tu ne contrôles plus tellement le changement de couleur de tes iris, ce moment où tu te cache tout entière. C'est bien la seule et unique chose que tu détestes chez toi, malgré le temps qui t'as été offert pour t'en accoutumé. Parfois, tu ne sais plus comment gerer tes désirs de cervelle. Tu ne te perds entre ta faim irrépressible et ton humanité toujours bien présente. Tu regrettes chacune de tes pseudo transformation que tu n'arrives pas à controler. C'est pour toi un échec de plus. Chose que tu ne supportes pas. Finalement, dans ces moments là, il t'ais arrivé plusieurs fois de te retrouver dans les appartements privés de ton pseudo créateur, à bout de souffle, à bout de patience, à bout de faim. Et malheureusement pour lui, il est toujours paniqué. C'est toujours étrange de voir un si vieux zombie se faire ainsi du mouron pour son enfant. Parce qu'à tes yeux comme aux siens, tu es purement et simplement sa descendance. C'est drole de dire ça. Et déconcertant à la fois, toi qui cherche depuis trop longtemps la moindre présence de ton père biologique sur terre, tu te retrouves désormais avec un papa de substituions. Celui ci est fidèle à son post et toujours bienveillant envers toi. Finalement, c'est un mal pour un bien. Il remplace plus ou moins le père que tu n'as jamais eux.

Pourtant, c'est toujours un manque.
Tu ne le connais pas, mais il te manque.
Ton père. Ton papa, à toi.

Aujourd'hui, c'est un jour un peu spécial pour toi. Ca fait très exactement trois ans et deux mois que tu es devenu Zombie. Eh oui, tu as retenu la date, un peu comme un anniversaire dont il ne faut surtout pas oublier le sens. C'est en ce jour que tu es née une nouvelle fois. Mais en aucun cas tu ne voudrais le fêter comme un anniversaire classique. Tu ne penses pas que ça serait bien pris de la part de tes proches si tenté que tu arrives à leur expliqué. Ils ne comprendraient pas. Ni pourquoi tu apprécie cette date, ni pourquoi tu te réjouis de cette situation. Tout simplement parce que tu es une meilleure personne ainsi. Tu ne te laisses plus faire par qui que ce soit, ni par ton pépé, ni par ta mère, ni par tes gardes du corps, et encore moins par des inconnus en pleines rues. C'est dur de se l'avouer, mais tu te sens plus forte, et plus à même de faire face à la vie dans cette position que lorsque tu te considérais telle une faible petite et ridicule humaine. Il en faut peu, pour se sentir vivante. Enfin peu.. Mourir ne doit sembler "peu" à personne d'autre qu'à toi ma pauvre Liyah.
Un sourire illumine ton visage à cette pensée. Tes iris verdoyant se baladent sur le jardin derrière la fenêtre de ta chambre. Tu avais peur que dans ton état, tu te laisses happé par ton besoin de chair. Soupire. Le vent pousse ta longue chevelure blonde par dessus tes épaules, dégageant ainsi ton cou. Le soleil caressait tendrement ton visage tandis que tu noyais ton regard dans l'abime du ciel.  Tu aimais cette endroit pour son calme olympien. Tu croisais seulement les petits gens aux services de ton grand - père, se promenant pendant leur pause à travers l'eden. Rien de bien méchant. Pourtant, une voix derrière toi te surpris. Il s'agissait de ta mamie.

Elle n'avait pas changé, toujours fidèle à elle même, toujours à se glisser dans ton dos quand tu t'y attendais le moins. Elle dégageait ce "truc" qui t'avait tout de suite plus chez elle. Une sorte de confiance en elle tellement intense que n'importe qui se trouvant autour se retrouverait irrémédiablement attiré par elle. Par son charme. Par son regard posé sur autrui. Elle est capable de faire ça. De donné de l'importance à une personne seulement en l'étudiant visuellement. C'était ça, sans doute, qui avait plu à ton grand - papi pour l'épouser. Cette impression d'exister pour la première fois aux yeux de quelqu'un. Ton souffle se coupe l'espace de quelques secondes et tu sens une boule se former au creux de ton ventre. Tu ne supportais pas leur mentir. Et trois ans, c'est long pour un petit mensonge. Tu ne te confiais plus à elle, alors que pourtant, tu avais beaucoup d'estime pour elle.  Elle avait tant fait pour toi, à l'époque. Te sortant de ta coquille, te montrant que le monde n'était pas fait que pour reprendre l'entreprise de ton grand - père, te félicitant à chaque réussite, te soutenant que tu étais une femme, une vrai. Il y a trois ans, tu avais fais une rencontre qui avait bousculer ta vie, dans tout les sens du terme. Et finalement, elle ne serais jamais au courant. C'était un drole d'effet, pour vrai. Au début, ça surprends, même. Tu n'avais pas compris que c'était ça que tu aimais quand tu étais avec elle. De pouvoir manger une glace au chocolat en train de pleurnicher devant Titanic. De pouvoir s'attacher les cheveux n'importe comment et même, de lui tenir compagnie sans être maquiller. De pouvoir tacher et froisser ses vêtements en se promenant tout bonnement. De pouvoir discuter de garçon sans éprouver aucune honte. D'être simplement heureuse et bien accompagné. Elle avait été ton déclique, finalement. Elle t'avait changé, pour le meilleure et pour le pire. Et tu ne lui avais jamais dis. Pour ton plus grand malheur. C'était ta grand - mère.

Elle t'avertie que les premiers invités étaient déjà arrivé. Ah oui, les invités. Dans ta grande générosité, tu avais organisé une grande réception caritative pour les enfants défavorisé d'Afrique. Plus petite, tu avais détesté ton expérience en école publique, mais tu étais certaine que ce n'était pas le cas de tout le monde. Alors, peut - être serait il important pour eux d'avoir cette chance. Tu t'étais donc apprêté pour l'occasion, enfilant une longue robe blanche en dentelle. Le col était ovale, dégageant tes épaules de moitié, couvrant tes bras jusqu'à tes poignets. Puis, le reste du vêtement moulait ton galbe jusqu'à mis cuisse avant de poursuivre de manière plus évasé. Tu enfila une paire d'escarpin blanc avant de prendre quelques mèches de ta tignasse et de les accroche en arrière. Tes boucles étaient las et pas parfaitement rebondis, ce qui rajoutait à ton charme. Un peu de maquillage pour ne pas paraitre de trop cadavérique, et le tour était joué. Finalement, tu fis ton apparition en plein milieu de l'agitation. La maison était décoré tout de blanc et de verre, de divers diamant et de multiples rubans. Tu ne faisais donc pas tache en plein milieu du décors. Saluant quelques personnes, serrant plusieurs mains, tu passes de groupe en groupe afin d'animer la foule. Ton grand - père discute avec plusieurs avocats, bien droit dans ses bottes. Tu glisses ton bras autour du sien, souriant joyeusement aux convives présents, te présentant à eux avant de leur recommander une boisson. En bonne Hôte, tu te devais de mettre tout le monde à l'aise, d'autant que tu espérais une somme importante pour les enfants. Aussi, tu monta sur une petite estrade tandis que l'assemblé tournait leur regard vers toi. Le silence se fit pour que tu puisses prendre la parole. Ne pas te laisser impressionner, surtout ne pas te laisser impressionner. " - Bonsoir à tous et à toutes, je vous remercie du plus profond de mon coeur pour votre présence ici ce soir! Vous vous doutez bien que, si je vous ais réuni, ce n'est pas seulement pour rire ou boire le bon vin de mon grand - père, n'est ce pas papi ? Je suis consciente que vous aller avoir du mal à vous projeté mais des milliers d'enfants compte sur votre générosité pour commencer une vie nouvelle dans de jolies écoles. J'espère que nous pourrons construire leurs avenirs ensemble. Merci, et bonne soirée à tous! ". Une salve d'applaudissement suivirent tes dires tandis que tu continuais de sourire à tout tes invités. Ils feront de jolies donations si tu es polie et respectueuses envers eux. Malgré le fait que tu ne sois pas très à l'aise en public, tu essayes de prendre sur toi au maximum. Il est grand temps de grandir Liyah.

Tu soupires en saisissant une coupe de champagne sur un des plateaux argenté d'un des serveurs, le remerciant tout à la fois. Il te sourit avant que ton regard ne crois celui d'un énième invité. Lui, il te paraissait pour le moins.. vintage. Cheveux longs, regard perçant, petite moustache finement taillé, costume très élégant, il avait de la prestance et personne n'aurait pus manquer son style. Il avait l'air un brin enfermé sur lui même et tu ne peux t'empêcher de t'avancer vers lui. Après tout, tu te devais de paraitre aussi aimable que possible, c'était tes convives après tout. " - Liyah Thompson, je suis ravis de faire votre connaissance Monsieur Beaumont. J'espère que la soirée est à votre gout et que vous trouvez bonne compagnie! ", commences tu, légèrement intimidé par sa prestance. De l'autre coté de la piste de danse, les musiciens s'en donnait à coeur joie pour satisfaire tes exigences. Tu avais été très demandeuse sur le style musical étant donné que tu y étais très sensible. Effectivement, des musiques d'ambiances, tantôt lente, tantôt plus festive, ferait parfaitement l'affaire plutot que du boom boom sans sens particulier.  
J’ai vu tes peurs se cacher près de notre passé. Et laisse-moi seul, laisse-moi loin de tes côtés. Mais oublie-moi, parcours ces flots, efface mes pas... 
Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
⚝Paroles Échangées : 44

MessageSujet: Re: LouIyah | Si tu veux une deuxième chance, fais le premier pas.    Sam 13 Oct - 14:20

Si tu veux une deuxieme chance, fais le premier pas
Louiyah & Louis

Ambiance

J’étais particulièrement embarrassé ce soir-là. Je me devais d’être présent à la soirée caritative organisée par la jeune Liyah Thompson. C’était une de ces soirées orchestrées par le gratin de L.A pour le gratin de L.A. L’endroit où je me devais absolument être en tant que nouvel habitant et homme influent de la région. N’appréciant une soirée qu’en bonne compagnie j’avais fait mander une de mes secrétaires qui se révéla être souffrante, et annulant donc l’invitation en dernière minute. C’est en raison de cet imprévu que mon air était plus renfermé qu’habituellement quand je découvris la foule classieuse au milieu de cette maison au style très blanc. Je me félicitais de mon lys blanc glissé dans la poche de ma veste. J’étais habillé très élégamment avec un tissu italien dernier cri d’un bleu métallique. La veste retombait sur un veston gris, lui-même cintrant une chemise blanche. J’appréciais la diversité des tissus qui avait fait son apparition au fil des siècles. C’était réellement appréciable de connaître des couturiers œuvrant à l’autre bout du monde et continuer de se vêtir d’habits fait sur mesure.

Si mon frère avait été présent il aurait su que le bleu était la couleur du roi...L’unique que je me réservais à l’époque de notre humanité. Mais aujourd’hui, je l’affectionnais toujours car elle mettait en valeur le bleu de mon regard. J’allai parmi les convives, mes cheveux reposant sur mes épaules et me donnant un air vintage mais très classieux. À dire vrai, cela affermissait mon charisme, donnait plus de corps à mon visage. J’appréciais le soin qui avait été apporté à la décoration, bien que je regrettais que la musique manqua de caractère. Toutefois, le fait qu’il y ai des musiciens était un ravissement pour mon oreille qui en avait assez des bruits de basse imposantes de la musique moderne.

J’aurai préféré être l’hôte simplement car j’aimais que les choses soient faites à ma manière. Mais à travers les siècles j’avais appris à jouer à l’invité, à user de la diplomatie dont j’étais pourvu pour ne jamais montrer mes émotions, mon vrai visage et que tout se passe de la façon la plus agréable possible pour chacun. C’est ainsi que lorsque tu arrivas à moi dans ta magnifique robe d’un blanc éclatant je te dis un sourire de circonstance. “Maintenant que vous êtes là, je suis bel et bien en bonne compagnie Mlle Thompson”. Le discours que tu venais de prononcer était louable. Chacune de ces soirées à vocation caritative se ressemblait mais il fallait bien que le message passe. Sans aucun doute savais-tu qui je suis car j’avais déjà effectué un don conséquent pour la scolarisation de ces enfants en Afrique. Je savais comme il était essentiel de se faire remarquer dès les premières soirées où j’arrivais dans une ville.  

“Pourquoi avoir choisi cette cause là en particulier?” te demandais-je avant tout pour te cerner plus que pour la réponse que tu me donnerais. Mon regard ne quittait pas tes yeux. Je notais à quel point tu avais fait usage de maquillage, alors même que vu ton jeune âge apparent, ta peau devait être parfaite...C’est à partir de là que je me concentrais sur le silence qui t’entourait. Aucun cœur ne battait dans cette poitrine superbement mis en valeur...J’attrapai deux verres de champagne sur le plateau d’un serveur qui passait, et t’en tendis un. “J’entends que mon arrivée à L.A n’a échappé à personne pour que vous connaissiez mon visage.” Tu n’avais eu aucune hésitation quant à mon identité. J’avoue que cela était gratifiant et surprenant...C’est donc avec intention que je savourais ta compagnie.






made by black arrow


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

LouIyah | Si tu veux une deuxième chance, fais le premier pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tibus [HOT] ♥ Fais ce que tu veux, comme tu veux, quand tu veux, mais ne fais rien de ce que tu veux au détriment d’un autre.
» Si T'as Pas D'amis Prend Un Curly, Si t'en a Trop Prend un Fusil et Si T'as Rien de Tout ça... Fais Comme moi et Suicide Toi ! 8D
» j' ai déjà la rolex, je veux le gronavionkivanavex
» "Je veux qu'on rie...Je veux qu'on danse...Je veux qu'on s'amuse comme des fous !" [Julia]
» Je fais mon choix, je vais supporter .....le 28 Novembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Perfume of Blood :: ⚝ Los Angeles :: ♰ North of L.A-