Partagez
 

  I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Sorcier
Karl Fitzgerald
⚝Paroles Échangées : 313
⚝Age : 42
⚝Localisation : quelque part à LA

 I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill     I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 EmptySam 24 Aoû - 0:34


   


I've been traveling in the desert of my mind


C'était une folle équipée, une de celle que l'on n'attend pas, qui vous mène vers une route qui ne vous était pas forcément destinée. Oui Karl, bien que du genre à se fondre dans la masse, n'était pas un adepte de l'Hocus Pocus, qui, il faut l'avouer, n'était pas le genre d'établissement qui jouissait d'une bonne presse et d'une nourriture de qualité. Sauf si nous omettons l'appel du tacos qui annihile instantanément les mauvaises appréciations et contente toutes les faims. Mais pour l'heure ce n'était pas sur son estomac que Karl devait se concentrer mais bel et bien sur son indésirable invité, gentil, mais du genre à vous envoyer maladroitement dans le décor où à balancer son seul outil de communication à l'arrière du véhicule, sans l'espoir de le retrouver indemne. « J'espère que personne ne va chercher à le contacter, car je ne donne pas cher de l'état de son écran. » Mais l'homme ne semblait pas colérique, c'était juste de la maladresse, rien de bien méchant.  Le silence se fit de nouveau entendre, sous le grésillement de la radio avant que la conversation ne reprenne l'air de rien, sur le ton de la confidence de la part du jeune Canadien que Karl écouta avec attention, le regard rivé sur la route quasi-déserte. « - Quand vous dites faire des choses, c'est répréhensible ? Vous ont-ils fait du mal ? » La curiosité de Karl, un mythe connu de toutes et tous, mais elle n'était jamais maladive, juste à but informatif, car le Régent aimait s'enquérir du plus d'informations afin d'optimiser au mieux l'aide à apporter. Et même si le petit Caribou semblait ne pas être de ceux qui quémandent un peu de sollicitude, Karl n'en demeurait pas moins convaincu, qu'une aide aussi minime soit-elle, pouvait être apporté au jeune homme dont il ignorait encore le véritable nom. Donc, à défaut de connaître la véritable identité de Monsieur Ferdinand, Karl préféra se concentrer sur ce qu'il avait à dire.


« - Je crois que pour certaines personnes, les dons sont des malédictions. J'imagine que de voir des morts à l'âge de dix ans, n'a pas dû faciliter la chose. Chez nous, les sorciers, nos facultés se manifestent elles aussi vers l'âge de dix ans voire plutôt pour les précoces. Mes deux parents étant sorciers, la transition s'est faite en douceur. Mais pour vous, je n'ai pas l'impression qu'il eut été question de douceur dans la transition et la consultation chez le toubib me laisse à penser que vous n'étiez pas entouré de médium. Je me trompe ? Les non-magique traitent tout ce qui les dépassent avec des médicaments. Je ne suis pas calé dans votre domaine, mais j'ai des contacts, si d'aventure vous avez envie d'en apprendre davantage. Et si vous cherchez des informations sur la magie rouge, je serais un peu plus compétent. Et je m'en sors pas trop mal pour faire la conversation en voiture et offrir ma tournée de tacos. »  La synchronisation semblait parfaite, car les voilà à proximité de l'établissement. Karl commença alors à ralentir pour laisser le soin à son passager de récupérer son portable, presque sans encombre. « - Une chance que ça ne soit pas le bordel dans ma voiture » Le régent n'avait même pas remarqué l'absence de baskets aux pieds du tonitruant médium qui une fois parée, s'extirpa du véhicule qui n'avait pourtant pas fini sa course « - Mauvaise id... » Et sans surprise, le Canadien fit une sortie à la hauteur de son entrée en se vautrait comme il se doit.  «  - Mais c'est qui ce type ? » laissa-t-il entendre à voix haute alors que le jeune homme lui faisait des signes tout en lui faisant entendre qu'il l'attendait à l'intérieur avant de vite disparaître. Karl en profita pour garer son imposante voiture de collection tout en observant les lieux. De mémoire, c'était peut-être la deuxième fois qu'il venait jusqu'ici, sans certitude. Réajustant le col de sa veste, il pénétra à son tour les lieux et découvrit son camarade d'un soir en pleine conversation avec une serveuse répondant au nom de Violet si l'on se fit à son badge. L'attitude de Ferdinand demeurait étrange et sa voix plus aiguë. Karl fit mine de n'avoir rien remarqué, mettant cette observation sur le compte de ses vieux réflexes acquis lors de ses sept années de services à la BACS.

« - Bonsoir ! » lança-t-il tout sourire avant d'entendre que la femme du dénommé Ferdinand était parti depuis une bonne demi-heure. « - Ah mince Ferdinand, je suis désolé pour vous » Et pour le coup, il était vraiment navré pour le jeune homme « - Vous devriez la prévenir quand même ! » La serveuse qui se trouvait être la fameuse épouse, faisait montre d'un calme bien plus olympien que celui de son mari. « - Bon bah, je vous offre le repas si vous voulez ! » Et comme une accalmie en pleine tempête, Mademoiselle Violet fit part à ses deux nouveaux clients de l'offre exclusive dont ils pourraient bénéficier. « - Ah génial ! Ce n'est pas tous les jours que j'ai autant de chance. Vous venez, Ferdinand ? J'ai promis que je vous offrais une tournée. Allons donc profiter de la journée tacos à 1 $ ! »  Les deux hommes se laissèrent donc guider, Karl demeurait suspicieux, mais préférait continuer à jouer les ignorants, histoire de passer un bon moment et puis il ne ressentait pas le danger, Maze non plus. Le loup demeurait à l'extérieur, dans les ténèbres de la nuit, observant chaque protagoniste qui se trouvait à proximité de son maître. La gentille serveuse revint avec les cartes, prête à dégainer son carnet de bons lorsqu'ils se seront mis d'accord sur les boissons. « - Je vais opter pour un thé glacé, s'il vous plaît » Il se tue ensuite pour laisser le soin à son jeune "ami" de répondre, mais n'en demeurait pas moins observateur, car malgré la gentillesse de la serveuse, l'attitude déjà bien déséquilibrée du Canadien semblait s'être dégradée en présence de la demoiselle. Un fait que le régent de Red-House garda pour lui, tout naturellement. « - Finalement, ce n'est pas trop mal quand s'est calme ! » Il fallait bien relancer la conversation.


© Frimelda, sur une proposition de © Blork


 
Le temps est assassin...
 
et emporte avec lui, les rires des enfants.


#186157
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Médium
Keon Quill
Keon Quill
Médium
⚝Paroles Échangées : 243

 I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill     I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 EmptySam 24 Aoû - 16:51


   


I've been traveling in the desert of my mind


Le sorcier l’eut questionné sur les esprits et l’idée de faire du mal à quelqu’un le hante depuis toujours, il est tant obsédé par cette peur qu’il se moque bien souvent que les esprits lui fassent du mal à lui. Il se dit que c’est son sort. « Parfois... J’ai peur de ce que je peux faire des fois... » qu’il répond vaguement, la conversation s’oriente vers les quelques conseils qu’il pourrait recevoir, mais peut-être en disait-il trop sur lui en voulant seulement, trouver de l’aide. Il est hanté par les jours où il avait du s’occuper de Violet par sa faute, parce qu’il était minable comme médium. Mais il se souvint que demander de l’aide à un sorcier régent d’un coven, ce n’était probablement pas quelque chose que sa femme approuverait ou trouverait sans danger. Il sourit poliment cependant face à la proposition et répondit « Je... J’vais y réfléchir Monsieur Karl... » C’est la première fois qu’il manifeste une véritable méfiance, en dehors de son mensonge absurde sur son identité, il faut dire qu’il avait été follement secoué ce soir et qu’il réalise que maintenant à qui il avait à faire. Il avait rencontré Lyanna, il y a quelques jours seulement, une femme très respectable selon son avis. Cependant, le hasard était trop fort, deux régents de Coven dans la même semaine, c’est presque tout aussi incroyable que trois fois des tacos en sept jours... Alors il préfère s’évader sur les sièges arrières en quête de son téléphone qu’il avait lui-même jeté d’agacement...

Sauter hors du véhicule pour prendre de l’avance ? Ok.
Ne pas s’être brisé une jambe au passage ? Coup de chance.
Courir à l’intérieur pour trouver sa femme ? Facile !
L’avertir de la situation avant que Karl n’arrive ? Fortement compromis.

Keon prit un air désespéré lorsqu’elle lui annonce que sa ‘femme’ est ‘partie’ depuis une demi heure, mais il est exagérément théâtral évidement, étant un menteur plus que médiocre ! « Oh non ! Tout ça pour rien, je ne verrais pas le plus doux visage de cette ville avant très tard au soir ! » Bon sang, cette lamentation, il aurait presque agité les sourcils tant il était content de voir ce si beau visage en réalité, mais il se retint en se contentant de les dresser beaucoup trop haut sur son front. « Oui ! Je m’appelle Ferdinand ! » Enchérit-il particulièrement fier quand Karl le plaignit d’avoir manqué son épouse. « Tout à fait, dites Violet, mon portable est HS, est-ce que vous pensez que vous pourriez prévenir Geraldina pour moi ? Mais je ne rentrerai pas tard ! J’meurs de faim, j’ai marché pendant des heures vers le désert et j’ai eu beaucoup de chance d’être tombé sur Karl pour la fin du trajet ! » Il tente de lui transmettre la situation, le hasard qui avait réuni les deux hommes et le fait qu’il y avait des choses dans le désert, des choses qu’il n’avait pas imaginé... Il se tourne difficilement vers Karl, parce qu’il a du mal à décrocher ses yeux de sa femme, elle avait l’air si épuisée, mais restait toujours tellement mignonne... « Vous pensez que vous avez d’la chance ? C’est moi qui ai d’la chance mis à part que je ne verrai pas Geraldina de si tôt, j’ai eu du bol d’être tombé sur vous et en plus, vous m’invitez et c’est une soirée tacos à 1$, caliss, à c’prix là c’est du vol même si ce diner a une réputation de souvent servir d’la chi... » Il se stoppe, affiche un sourire imbécile à Violet, parce que malgré tout, c’était bien cette chiasse qui les nourrissait la plus part du temps, mais lui, faut bien dire... Il s’accommode de tout.

Le canadien suivit sa petite femme d’un peu trop près jusqu’à la table désignée, il s’avachit littéralement sur la chaise avec aucune grâce. Il attrape le menu, effleurant volontairement les doigts de Violet alors qu’elle les questionne sur leur souhait en boisson. Keon se rend compte qu’il a marché sans prendre de quoi boire, c’est que lui et l’hydratation, ça fait trois ! Tout ce qui n’a pas d’alcool ne l’intéresse pas vraiment, alors il commence à lire les différentes boissons disponibles tandis que Karl a déjà fait son choix. Lui n’aime pas le thé, alors il ne peut pas se contenter d’imiter le sorcier ! Il continue de scruter le carton entre ses doigts, évitant soigneuse de tourner la page en direction des alcools, puis il relève enfin les yeux vers Violet « Euh... Je... De l’eau... » Oui, autant de réflexion juste pour ça... Autant qu’il s’évite de prendre quelque chose de trop sucré ou du soda avec de la caféine, sans quoi, elle ne va jamais le supporter dans la voiture pour le chemin du retour ! « S’il vous plait. » Il détourne le regard un peu gêné, il ne sait même plus pourquoi il ment ! Il est terriblement mal à l'aise, même s'il se persuade de bien faire. Qu’est-ce qu’il lui a prit d’inventer une histoire pareille ?! Il la regarde s’éloigner, incapable de décrocher son regard de la silhouette de la blonde jusqu’à ce qu’elle disparaisse.

« Je m’attendais à pire comme endroit, c’est vrai. » Il s’était fait beaucoup de films, cependant, il n’est pas plus rassuré de voir sa femme trimer ici. Les gens sont dégouttant, il y a peu de serveurs - donc beaucoup de travail - et avec seulement 1$ le tacos, comment est-ce qu’ils espèrent verser un vrai salaire à leurs employés ? Il savait maintenant qu’il devait à tout prix l’aider à trouver un autre travail. Pour tout dire, il avait songé à la faire entrer dans l’hôtel où il est salarié, mais il sait qu’il sera tenté de lui retirer tous ses vêtements s’il venait à la croiser dans une de ses chambres de luxe, juste pour... Tester les matelas, les douches, les baignoires, les canapés, les tapis... Un bon moyen pour se faire licencier tous deux ! « C’est vraiment gentil de votre part de m’inviter vous savez, je n’ai rien à vous offrir en échange. » Non vraiment pas, il ne pourrait pas rembourser cet acte de charité et franchement, il n’allait pas refuser l'offrande ! Il n’avait pas diné depuis si longtemps, se contentant la plupart du temps de son petit déjeuner.

Violet fut terriblement rapide pour leur apporter leur boisson, il comprend, il avait le don de la mettre dans des situations de stress. Aussi quand elle déposa son verre d’eau devant lui, sa voix se voulu rassurante « Merci, mon amour. » Il n’aurait absolument pas comprit son étourderie si elle n’avait pas fait ses yeux là ! Keon dresse les sourcils puis comprend pourquoi elle fait cette tête ! Il a d’abord un petit regard tout fier d’avoir compris, avant d’avoir une expression absolument horrifiée. Il était un tel livre ouvert avec sa tronche aux milles et unes expressions faciales... Le voici à baisser les sourcils - comme un chiot qui a fait une bêtise le ferait avec ses oreilles ! « Je suis désolé... Je... C’est que j’avais peur de vous Karl. » qu’il tente de rattraper en faisant des confettis avec la pauvre serviette en papier aux couleurs hideuses.



© Frimelda, sur une proposition de © Blork




Can you save my heavy dirty soul ?

Si ça se trouve c'est bourré d'oiseaux venimeux.
Y'en a des rouges, des jaunes, des re-rouges et des pourpres !
Y bouffent que des noisettes et des escalopes de veau.
Et quand ils vous donnent un coup de bec,
Vous voyez une grande lumière et ça vous donne la diarrhée !


Présence réduite du 13 au 28 novembre pleur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière
Violet Quill
Violet Quill
Sorcière
⚝Paroles Échangées : 117
⚝Age : 27

 I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill     I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 EmptyVen 30 Aoû - 18:58




I've been traveling in the desert of my mind


Un thé glacé, un verre d’eau. Elle n’a pas besoin de le noter pour s’en rappeler. Ç’aurait été une autre histoire si on lui avait demandé une margarita avec de la vodka à la place de la téquila et du sucre au lieu du sel, double, avec de la téquila Patròn, pas la générique de mauvaise qualité qui se trouve sur le speed rack, celle que Violet oubliait absolument toujours le nom. Elle va au bar, prépare les boissons elle-même parce qu’il n’y a vraiment rien de compliqué. Elle restait tout de même fière de son époux qui avait su reconnaitre un potentiel danger et qui avait agi en concordance avec son sentiment. Il s’améliorait énormément comparativement à leurs premières aventures. Violet mit les boissons sur le plateau et se dirigea vers la table, un client ne manqua pas de la siffler alors qu’elle passait devant sa table. Normalement, elle aurait réagit, mais cette fois-ci, Violet était concentrée sur autre chose. Elle était supposée avoir fini son quart à cette heure mais ne pouvait pas quitter maintenant pour ne pas élever les soupçons. Heureusement que ses collègues étaient toujours aussi compréhensifs et qu’ils ne posaient pas de question. De toute, tous les employés qui se trouvaient ici avec quelque chose à cacher. Soit ils avaient un casier judiciaire, soit ils se cachaient d’un ex violent. Les situations étaient diverses mais le résultat restait le même, ils étaient solidaires.

La blonde posa les verres sur la table, devant Karl et devant Keon. Elle était restée surprise de la décision de son chéri de commander un verre d’eau alors qu’il préférait de loin se laisser dessécher avant de mouiller ses lèvres dans un liquide sans goût. Le nombre de fois qu’elle avait dû le forcer à boire en lui mettant du sirop ou en mélangeant son eau avec un peu de jus de fruit pour éviter qu’il se déshydrate, elle ne pouvait plus compter. Violet fut tirée de ses songes lorsqu’elle entendit son mari l’appeler « mon amour » lorsqu’elle posa son verre devant lui. Elle devint livide. Son regard se baladait entre Karl et son époux, cherchant comment réagir alors que Keon jeta la serviette immédiatement en expliquant pourquoi il avait menti. La sorcière secoua la tête et enleva enfin son tablier qu’elle posa sur la table avant de s’assoir avec eux.

« Bon bah, maintenant que la vérité est sortie je peux arrêter de faire semblant de travailler… »

Dit-elle avant de se pencher vers son mari et poser ses lèvres sur les siennes enfin. Un petit sourire apparu sur son visage avant même qu’elle n’ait eu le temps de s’éloigner. Elle prit une pause, plongeant ses yeux dans ceux de l’homme de sa vie et chuchota un faible « hey! », se voulant comme une salutation officielle à Keon qu’elle n’avait pas pu accueillir comme elle l’aurait voulu. Elle retourna son attention vers Karl, une main sur la cuisse, brûlante de chaleur à cause du soleil du désert, de son époux. Un air agacé vint immédiatement remplacer la douceur qui l’avait habité que quelques secondes plus tôt alors qu’elle dévisageait l’homme devant elle. Comment est-ce qu’ils pouvaient bien faire pour tous la trouver? La blonde prit une grande respiration avant d’enfin ouvrir la bouche.

« C’est encore White Chapel ou c’est un autre coven? Je dois attendre la visite de combien d’autres personnes qui veulent que je me joigne à je sais pas quelle organisation encore? Est-ce que vous allez tous essayer de soudoyer mon mari aussi? »

Elle avait beaucoup plus de questions mais à ce moment, sa collègue vint les rejoindre pour prendre leur commande. Violet ne dit rien. Elle n’avait pas envie de manger, certainement pas après cette nouvelle rencontre qui la faisait réellement douter de la possibilité de l’anonymat de cette ville. Elle remercia la femme qui venait de prendre leur commande puis retourna son attention sur Karl de nouveau, attendant ses réponses avec impatience pour pouvoir enchaîner avec encore plus de question. C’est qu’elle en avait marre qu’ils tentent tous de profiter de son mari pour lui accéder, pour la faire plier. Non seulement elle détestait qu’on l’utilise, mais ils ne savaient absolument pas ce qu’ils rataient à le voir uniquement comme un médium manipulable. Violet savait qu’il valait beaucoup plus que ça et elle ne rejoindrait certainement pas une organisation qui ne respectait pas son mari autant qu’elle pouvait le respecter. Il l’avait sauvé des centaines de fois, souvent sans même s’en rendre compte. Elle n’était pas certaine que c’était réellement l’intention de Karl mais son instinct protecteur l’avait poussé à tomber directement sur la défensive. Malgré son attitude agressive, elle caressait tout de même doucement la cuisse de son époux de son pouce. Violet était tellement heureuse qu’il soit venu jusqu’ici seulement pour la voir.


© Frimelda, sur une proposition de © Blork


 I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 DlyDmO7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcier
Karl Fitzgerald
⚝Paroles Échangées : 313
⚝Age : 42
⚝Localisation : quelque part à LA

 I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill     I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 EmptySam 31 Aoû - 16:20


   


I've been traveling in the desert of my mind


Karl bien que faisant montre d'une bonhomie à toute épreuve, se méfiait légèrement, se demandant au passage, si ce joyeux loustic ne se fichait pas de lui. Gentiment hein, car malgré les pirouettes, le gars ne faisait montre d'aucune hostilité, il n'en demeurait pas moins trop excentrique dans le comportement, pour qu'il n'y ait pas anguille sous roche. Et se fiant toujours à son instinct, le régent de Red House, était bien décidé à creuser et à mener sa petite enquête. Pour l'heure, il lui fallait achever de garer son véhicule avant de rejoindre son passager d'un soir à l'intérieur de l'établissement qui ne payait pas de mine. Mais il en faudrait plus pour rebuter Karl qui s'approcha et mit à mal la prémisse de conversation entre la serveuse et le Canadien. De toute évidence, le zigoto était arrivé trop tard pour croiser son épouse, qui avait, semblerait-elle mit les voiles peu avant. Étrange, car mine de rien, sur la route, ils n'avaient vu aucune voiture dans le sens contraire. Peut-être habitaient-ils dans l'autre sens. Alors pourquoi le Canadien à l'accent fracassant était-il de ce côté de la route ? Karl tâcha de ne rien laissait paraître. Ça, il savait le faire, jouer la comédie et se fondre dans le décor pour ne pas attirer l'attention. Une capacité acquise lors de ses jeunes années, lorsqu'il travaillait à la BACS et qu'il était amené à se rendre à Black Stone Street pour enquêter incognito. - Bon bah à défaut de la revoir dans l'immédiat, vous allez pouvoir vous taper un bon tacos. Ça peut consoler ! »

Enfin, tout dépend du degré de consolation. Mais à bien y regarder, le jeune homme, qui faisait de l'œil à la serveuse, ne semblait point si atteint. « Reste sur tes gardes ! » Mais une fois encore, le régent ne laissa rien paraître et se contenta de fendre un léger sourire lorsque « Ferdinand » mit en exergue la chance qu'il avait d'être de tomber sur Karl « - Votre marche vaut bien un petit festin. Et puis avec tout ce qui traîne dans le coin, j'aurai été la dernière des raclures en vous laissant sur le bord de la route »  Ainsi, il espérait lui faire subtilement comprendre qu'il n'était pas un mauvais bougre et qu'il n'avait aucune raison de continuer à mentir, si vraiment, il mentait. Mais pour l'heure, ils leur fallait regagner la table qui leur était proposée et s'y installer. Adepte du thé, Karl opta tout naturellement pour la version glacée de sa boisson favorite tandis, qu'après une longue hésitation, son camarade opta pour de l'eau. Un choix d'une simplicité désarmante qui sembla surprendre le sorcier, qui au vu du personnage, s'était attendu à quelque chose de plus « folichon »

Il faut toujours se fier à son instinct et bien observer le monde qui nous entoure, car ne dit-on pas que le diable se cache dans les détails ? L'attitude du Canadien, semblait de plus en plus étrange tout comme le regard traînant qu'il posait sur la serveuse au doux nom de Violet. Un regard qui l'accompagna jusqu'à sa disparition. « - Charmante hein ? » tenta-t-il pour piéger le jeune médium que son attitude trahissait peu à peu. « Je connais ça » Par habitude et en passant du temps sur le terrain, Karl avait appris à déceler les signes. Le regard de celui qui semblait être un gamin, en disait long sur la gêne qui le gagnait peu à peu. Un malaise sûrement dû aux mensonges que le médium servait depuis le début à son pseudo-sauveur qui fixait avec un peu plus d'intensité son invité lorsqu'il le remercia avec une sincérité qui ne pouvait être feinte. « - Non, je n'attends rien en échange, je ne fonctionne pas comme ça. C'est important d'aider les autres et si ça vous fait plaisir, c'est l'essentiel. » Il lui sourit avant que la jeune serveuse ne fasse son retour avec les boissons et quelle ne fut pas la surprise du régent en attendant son interlocuteur affubler la jeune demoiselle d'un affectueux « mon amour » qui laissa place aux excuses d'un Canadien qui prit sur le fait du mensonge, le justifia par la peur qu'il approuvait à l'encontre de Mr Fitz. Violet devint aussitôt livide et retira son tablier pour cesser de jouer la comédie « - Attendez quelle vérité ? » lança Karl en observant la demoiselle prendre place aux côtés du dénommé « Ferdinand » pour l'embrasser comme il faut. « - Ok je vois donc vous êtes Geraldina, c'est ça ? Enfin, Violet, si on se fie au badge » Il, n'était pas en terrain conquis, il le savait et l'agacement de la demoiselle suite à son questionnement lui permit de mieux cerner le personnage.

« - Ah ok, je vois. » Il eut à peine le temps de développer qu'une autre serveuse vint à leur rencontre pour s'enquérir de la commande qui fut toute aussi vite expédiée pour qu'à nouveau, ils se retrouvent seuls. »  Il eut à peine le temps de développer qu'une autre serveuse vint à leur rencontre pour s'enquérir de la commande qui fut toute aussi vite expédiée pour qu'à nouveau, ils se retrouvent seuls. « - Déjà pour commencer, j'ignorais que vous étiez une sorcière, maintenant, c'est chose faite. Et pour être clair avec vous » Il posa un regard sur le Canadien « -C'est important l'honnêteté » avant de reporter son attention sur Violet « - Je ne suis pas Lyanna Johnston. Certes, je suis le régent d'un coven adverse si je puis dire, mais contrairement à elle, je ne suis pas dans une quête de recrutement perpétuelle pour venir grossir les rangs de mon coven. De vous à moi, je n'en ai rien à faire. J'ai juste vu votre mari en situation périlleuse, alors je l'ai aidé, sans savoir à qui j'avais affaire, ni rien demandé en échange. Les bons sorciers existent et ne sont pas encore un mythe. Je vous assure que je ne suis pas là pour chercher à vous convaincre de rejoindre mon coven. Et vous n'avez aucune raison d'avoir peur, au contraire. Maintenant que les choses semblent claires, je peux savoir à qui j'ai affaire, car j'imagine que vous ne vous appelez ni Geraldina ni Ferdinand Allard, je me trompe ? »



© Frimelda, sur une proposition de © Blork


 
Le temps est assassin...
 
et emporte avec lui, les rires des enfants.


#186157
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Médium
Keon Quill
Keon Quill
Médium
⚝Paroles Échangées : 243

 I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill     I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 EmptySam 31 Aoû - 20:40


   


I've been traveling in the desert of my mind


Le médium est particulièrement tendu, à tel point que bien sincère, il ait de la difficulté à se réjouir de ce festin que Karl s’apprête à lui offrir. Il se dit que ça doit être un truc de régent dans le coin que de proposer des tacos, mais ce n’est pas lui qui va s’en plaindre ! Il ne rate pas l’occasion de remercier son sauveur du jour alors qu’ils prennent place. Quand sa femme disparu de son champ de vision, il reporte son attention évidement sur monsieur muscle, Keon sentit ses joues s’enflammer quand il lui fit la remarque sur sa femme. Il ne sait pas ce qu’il doit dire ou faire, il sent le piège se refermer sur lui-même, c’est qu’il n’a pas l’habitude des mensonges, même si leur vie est basé sur des mensonges, des faux nom, une fausse histoire, une fausse mort... Heureusement, ils avaient leur amour qui lui, est bel et bien véritable ! Le canadien demande ce que l’homme espère en l’échange de cette entrevue et de ce repas gratuit pour lui. Il dresse les sourcils d’étonnement, parce qu’il est si rare qu’on ne veuille rien en retour. Rien. Vraiment ? « Je... Je ne sais pas quoi dire... Merci ? » Il a un peu honte de ce simple mot, personne n’est généreux de la sorte sans raison, sa rencontre avec Lyanna l’avait confirmé. Naif comme il est, il avait cru qu’elle voulait l’aider, mais en discutant avec sa femme, il eut appris les véritables motivations de la régente.

Il avait complètement merdé, le jeune homme était particulièrement maladroit, il faut dire qu’il n’avait d’yeux que pour elle depuis l’instant où il l’avait enfin vu pour la première fois de la journée. Mon amour, deux mots sortis si naturellement de sa bouche. Violet jette son tablier, lui baisse les yeux de crainte d’avoir encore fait une belle connerie en dépit de ses efforts pour apprendre à mentir. Il sent les lèvres si douce de son épouse sur les siennes, il glisse doucement ses doigts sur la joue de celle-ci, pas vraiment pudique d’embrasser sa femme devant autant de monde. La  pudeur, un concept aussi flou pour que le mensonge. « Hey... » qu’il répond un peu honteux de sa situation.

Karl ne tarde évidement pas à comprendre qu’il n’y a pas de Geraldina. Keon laisse ses yeux sur sa femme alors qu’elle s’assoit à coté de lui, discrètement – ou pas – il a légèrement décalé sa chaise pour être un peu plus proche d’elle. C’est qu’elle lui a terriblement manqué toute cette journée passé seul. Instinctivement, il pose sa main sur celle qu’elle a placée sur sa cuisse. Ses excuses à l’intention de Karl sont maladroites mains sincères. Surpris par le ton de Violet, il préfère rester silencieux, il faut dire que se plaçant toujours en être inférieur, il est bien souvent passif de ce genre de situation. Il sent que sa femme monte en pression et il craint la réaction de son conducteur.

Il baisse les yeux quand celui-ci lui précisa l’importance de l’honnêteté ; se comportant encore comme un enfant prit en faute. Il trouve cependant le courage de relever le regard – mais vers Violet uniquement - pour répondre « C’est vrai chérie, je... J’me suis fait attaquer dans l’désert. Enfin, pas vraiment attaqué, il y avait un mec bizarre, un vrai squelette ambulant avec des petits dents de requin nain, et il m’a crissement foutu les jetons à m’dire des trucs étranges. Mais... R’garde, j’me suis défendu ! » Il lui montre ses doigts légèrement tuméfiés, à croire qu’il était en sucre ce pauvre homme. Il y a une petite lueur fière dans son regard, celui du gars qui a enfin réussit à se défendre tout seul pour une fois ! « Et puis, j’ai vu la voiture de Karl et c’est d’ma faute, j’veux dire... J’ai littéralement sauté sur son capot. » Enfin presque, mais il ne doute pas que sa femme puisse le croire capable d’une telle chose, il est tellement immature, incapable de mesurer la dangerosité de ses actions la plupart du temps. « Mais j’avais peur, j’voulais... J’ai menti et puis après, il m’a dit qu’il était régent et j’ai eu encore plus peur après ce que Lyanna m’a raconté sur la magie du sang... » Oui parce que si elle était le coven de la magie blanche, lui c’était forcement... Autre chose ? Pas de vaudou de toute évidence puisqu’il avait posé la question, même s’il aurait mieux fait de lui demander directement quel type de magie il exerce, c’est qu’il avait été terriblement fasciné par la capacité de Karl à sentir les esprits.

Son regard se dirige d’ailleurs enfin vers l’homme charismatique à leur table. « Je m’appelle Keon, je... J’voulais pas cette situation je vous jure, avec ma femme, on voudrait juste... Essayer d’avoir une vie normale. Sans... Ces trucs de sorciers ou de médiums. » Oui même si pour lui, c’est beaucoup plus compliqué, il n’a pas le choix comme Violet. Elle peut simplement faire que peu usage de sa magie alors que lui est passif de ses pouvoirs. « J’suis désolé d’être un crétin. » qu’il soupire en jetant un bref coup d’œil à la blonde dont il serre doucement la main.


© Frimelda, sur une proposition de © Blork




Can you save my heavy dirty soul ?

Si ça se trouve c'est bourré d'oiseaux venimeux.
Y'en a des rouges, des jaunes, des re-rouges et des pourpres !
Y bouffent que des noisettes et des escalopes de veau.
Et quand ils vous donnent un coup de bec,
Vous voyez une grande lumière et ça vous donne la diarrhée !


Présence réduite du 13 au 28 novembre pleur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière
Violet Quill
Violet Quill
Sorcière
⚝Paroles Échangées : 117
⚝Age : 27

 I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill     I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 EmptyMer 2 Oct - 1:55




I've been traveling in the desert of my mind


Ses doigts caressent la cuisse de son mari avec affection. Violet sans la chaleur de sa main se joindre à la sienne puis, leurs cuisses se frôlent. Elle est parcourue de frissons mais garde tout de même son air sévère. Elle en a marre. Elle est fatiguée, juste tellement fatiguée et elle voudrait qu’on les laisse tranquilles. Qu’ils puissent enfin se concentrer un peu sur le don de Keon. Si seulement il pouvait contrôler un peu mieux ses dons, la qualité de vie de celui-ci ne s’en verrait probablement que décuplée, et peut-être que Violet pourrait enfin se reposer un peu. Les deux hommes la bombardent d’explications, très certainement pour désamorcer la petite bombe nucléaire qu’elle était devenue, prête à exploser dès qu’on lui faisait une autre offre ridicule qui était supposé leur sauver la vie d’une manière farfelue.

Elle écoute pourtant, dans son agacement, elle continue de les écouter, retournant sa tête pour mieux regarder celui qui prenait la parole. Violet passa une main dans ses cheveux pour défaire son chignon qu’elle portait lorsqu’elle travaillait, libérant ses mèches blondes. Elle avait mal au crâne. Non seulement à cause de sa coiffure mais aussi à cause du flot d’informations qu’il lui était donné en si peu de temps alors qu’elle venait de se taper une longue journée de travail. Violet prit la main de son mari dans la sienne et la serra. Chaque fois qu’elle posait les yeux sur lui, son regard s’attendrissait. Elle était si heureuse de le voir malgré les circonstances.

« T’es pas crétin, je suis contente que tu sois là. »

Dit-elle en plongeant son regard bleu dans les iris profondes de Keon avec toute la gentillesse que ses dernières énergies lui permettaient d’avoir. Il devait être surpris le pauvre de la voir autant sur la défensive. Elle ne tolérait pas qu’on utilise la naïveté qu’elle aimait tant chez son mari pour l’atteindre. Avant même de réellement le connaitre, elle se serait sacrifiée pour lui. Jamais elle n’aurait voulu qu’il fasse la même chose pour elle. Ce n’était pas dans son ADN, ce n’était pas comme ça qu’elle avait appris à aimer, Vi ne comprenait toujours pas, et ne comprendrait probablement jamais, qu’il l’aimait autant, qu’il lui donnerait probablement mille fois plus que tout ce qu’elle pourrait lui donner.

« Karl, c’est bien ça? Comme vous l’avez deviné, mois c’est Violet. Violet Quill. »

Elle serre encore un peu plus fort la main de son mari lorsqu’elle prononce leur nom de famille. Celui qu’il avait choisi en l’honneur de son personnage de comics préféré. Elle ne le savait pas avant tout récemment. Avant la visite de Lyanna au bar, elle l’avait su le jour où elle avait failli être consumée par sa magie juste pour protéger son époux. Elle ne s’en était d’ailleurs toujours pas remise. Elle était toujours aussi épuisée. Le fait qu’ils devaient faire attention à chaque sou qu’ils dépensaient à cause de leur situation financière précaire et qu’elle était la majeure responsable de cette surveillance ne l’aidait certainement pas. Ce n’était pas de la faute de Keon, il n’avait juste jamais appris à gérer un budget et il s’était grandement amélioré depuis leur rencontre.

« Comme Keon l’a si bien expliqué, on vient d’arriver et on essaie seulement d’être tranquille. C’est juste, apparemment, loin d’être la bonne ville pour ça. Enfin… »

Violet laisse enfin tomber son air menaçant. Malgré sa très petite taille, sa musculature restait impressionnante et elle savait se faire imposante lorsque nécessaire. La sorcière laissa tomber ses épaules un peu, pris une pose légèrement décontractée, laissant s’échouer sa jambe contre celle de Keon au lieu de seulement la frôler. Elle n’avait pas appris la pudeur des relations affectives parce que tout ce qu’elle avait appris lui venait de lui. Elle n’avait jamais aimé avant et ne pouvait s’imaginer un après sans lui.

« Merci de l’avoir apporté ici et de l’avoir aidé, vraiment. »

Elle se retourne vers son chéri l’air concerné.

« Le prochaine fois avertis moi que tu viens me voir, j’aurais pas pu savoir que t’étais perdu dans le désert et je me serait rendu compte que quelque chose n’allait pas que ce soir en arrivant à la maison. Prends soin de toi mon amour. »

Dit-elle les yeux un peu larmoyants, son nouveau look ces derniers temps parait-il. Elle qui avait l’habitude d’être beaucoup plus calme et posée que ça, elle avait une difficulté monumentale à contenir ses émotions depuis les dernières semaines.


© Frimelda, sur une proposition de © Blork


 I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 DlyDmO7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcier
Karl Fitzgerald
⚝Paroles Échangées : 313
⚝Age : 42
⚝Localisation : quelque part à LA

 I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill     I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 EmptyMar 8 Oct - 17:48


   


I've been traveling in the desert of my mind
« - Un « merci » suffira » répondit Karl à la suite du jeune homme à l'accent non-chantant qui de toute évidence, n'avait pas l'habitude de bénéficier de la générosité de quelqu'un. Tiraillé entre curiosité et retenue, Fitz mourrait d'envie de se lancer dans un interrogatoire pour tenter de percer le mystère « Ferdinand », un mystère au moins aussi énorme que l’identité dont il s’était affublée pour ne pas dire à Karl comment il se nommait en réalité. L'homme était maladroit, assez pour mentir avec difficulté et l'excentricité dont il semblait se pouvoir ne sera suffire pour lever le doute. Karl avait souvent eu affaire à des fuyards – au cours de sa carrière de régent – qui après avoir trempés dans de mauvaises combines, mettaient tout en œuvre pour ne plus faire parler d'eux. Après tout, les mauvaises fréquentations, ce n'était pas ce qui manque à Los-Angeles. Alors dans quoi le p'tit caribou avait-il bien pu tremper pour se draper à ce point dans le mystère ? Était-ce une sombre histoire de drogue ? Plausible ! De la magie noire ? Peu probable, car il suffisait de l'observer pour comprendre à quel point la magie lui faisait défaut autant que le bon sens. Cependant, il ne fallait pas occulter sa faculté, « médiumique » une capacité qui le délestait du statut de simple humain.

Toujours dans l'observation et au vu du lapsus que venait de lui servir maladroitement son protégé d'un soir, Fitz comprit rapidement que la serveuse était la fameuse épouse ayant théoriquement achevé son service. Un mensonge, un de plus, qui titilla davantage la curiosité du régent de Red-House. Mais voilà que la femme quitta sa réserve pour – d'une part se livrer à une effusion presque scandaleuse d'affection à l'égard de son époux, avant de s'arranger pour que l'homme ayant ramené son mari, en prenne pour son grade. Les excuses du jeune médium passèrent ainsi au second plan du monologue de sa furie d'épouse, obligeant Karl Fitzgerald à sortir de sa réserve naturelle pour mieux se défendre-justifier. Se fut donc à son tour de sortir un monologue, dans lequel il égratignait « gentiment » sa consœur, qui contrairement à lui, était dans la quête perpétuelle de nouveaux adhérents. Karl lui se fichait pas mal d'avoir peu ou beaucoup de sorciers acquit à sa cause, lui préférait se soucier du bien-être d'autrui dans un monde magique bouleversé au quotidien. Par chance, Keon sembla le croire et n'hésita point à user de sa timide présence pour se faire entendre de son épouse en lui narrant ses mésaventures avant l'apparition du régent de Red-House. Une intervention qui s'acheva malheureusement sur les appréhensions de Keon – des appréhensions dues aux dires de Lyanna Johnston – sur la magie rouge et ses pratiques.

Conscient de ne pas être en position de force, Karl préféra ensuite s'effacer, assistant en spectateur privilégié, à des marques d'affection dont il était privé depuis tellement longtemps qu'il demeurait incapable de se rappeler quand il s'était lui-même livrer à ces échanges. Avant de se rappeler qu'en acceptant les responsabilités qui étaient siennes depuis plus de quinze ans maintenant, il avait – quelque part – renoncé à bien des choses, parmi lesquelles l'amour. Quelque part, il les jalousait d'être ensemble, l'un pour l'autre, prêt à combattre le monde entier si ce dernier venait à être hostile à leur encontre. L'exercice du pouvoir implique une certaine solitude, Karl le savait, mais il avait aussi conscience que l'amour pouvait être une force dans ce même exercice. D'ailleurs, ses parents étaient peut-être -- sûrement -- le meilleur des modèles pour lui. Mais ce souvenir fugace fut vite chassé par l'appel de la jeune serveuse qui ramena le régent à une réalité un peu plus terre à terre. « - Oui Karl, c'est ça. Je suis donc ravi de faire votre connaissance Violet Hill » Malgré l'hostilité, il tâchait de rester aimable, se braquer n'aurait servi à rien si ce n'est accroître la méfiance et avorter la moindre conversation. Le régent avait appris avec le temps, que la diplomatie à renfort de patience, pouvait s'avérer bien plus utile que les menaces et l'attitude hostile que le plus présomptueux des régents, serait tenté de faire paraître. « - Je peux comprendre votre hostilité à mon encontre si d'aventures vous avez été confrontés à des personnes pourvues de mauvaises intentions. Mais les miennes ne le sont pas, je puis vous l'assurer. D’ailleurs, je n’attends rien »

Il lança un regard furtif à Keon avant de le recentrer sur la jeune femme à ses côtés. « - Je ne pouvais laisser votre mari au bord de cette route, plus encore en sachant qu'il... » Il prit soin de parler moins fort « - Qu'il est capable de communiquer avec les morts. Ce coin n'est pas une sinécure pour des personnes comme vous » Il reporta une fois encore son attention sur Keon affublé à nouveau de toute l'affection de sa femme. Karl leur sourit presque attendrit, se demandant ce que cela faisait d'aimer de la sorte et de voir dans le regard de l'autre l'amour transparaître. « - J'ai envie de vous aider » C'était sorti sans qu'il n'en prenne la pleine mesure « - Sans rien en échange » s'appressa-t-il de faire entendre pour ne pas raviver les tensions. « - Ma mère m'a toujours dit de penser aux autres avant de penser à soi-même. Je vois bien que vous n'êtes pas d'ici et que vous cherchez à fuir quelque chose, ou quelqu'un. Je me trompe ? »


© Frimelda, sur une proposition de © Blork


 
Le temps est assassin...
 
et emporte avec lui, les rires des enfants.


#186157
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Médium
Keon Quill
Keon Quill
Médium
⚝Paroles Échangées : 243

 I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill     I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 EmptyJeu 10 Oct - 14:52




I've been traveling in the desert of my mind


Un merci semble faible comme prix à payer, mais il ne va pas s’en plaindre, pour une fois que la vie lui sourit, il ne va certainement pas cracher dessus ! Enfin, la chance tourne vite avec sa bourde, c’est que c’est difficile pour lui de tenir plusieurs rôle à la fois, s’il avait réussi à intégrer celui de Keon Quill, pour ce qui est Ferdinou, c’était autre chose !

Et puis il ne va pas vraiment se plaindre, il peut enfin avoir son bisou, ses petites caresse qu’il est venu cherché jusqu’ici. Oui, c’est pour si peu qu’il a traversé toute la ville pour la rejoindre, pour quelques minutes passées ensemble où ils ne sont pas pas affalé d’épuisement dans leur lit sans pouvoir échanger un mot, sans se regarder un minimum, sans se dire qu’ils s’aiment. Ils le savent, mais Keon aime le lui dire, il aime glisser à son oreille à quel point il est mortellement amoureux. Heureusement, cette nuit il avait trouvé quelqu’un pour lui prêter assistance dans sa folie romantique, sans quoi, il serait probablement dans de grave ennui, perdu dans le désert si froid la nuit tombée.

Il tente d’expliquer à Violet, ne disant cette fois que de la vérité, ça le soulage, il n’aime pas mentir, il n’est même pas doué pour ça. Il a du mal à se concentrer lorsqu’elle détache ses cheveux, il a envie d’y perdre les doigts pour y remettre de l’ordre, mais il essaie de se tenir. Karl à l’air d’un type tellement sérieux, il l’impressionne beaucoup, Keon aimerait avoir autant le classe que ce dernier même s’il sait que ça ne lui arrivera jamais.

Il rougit quand elle lui affirme qu’il n’est pas un crétin, il a du mal à y croire, mais quand ça vient d’elle, ça lui fait toujours beaucoup de bien. Ce qu’elle pense de lui, c’est ce qu’il y a de plus important à ses yeux, le reste du monde, il s’en fout pas mal.

- Tu me manquais.

Et ce n’est pas la première fois ces derniers temps qu’il fait quelque chose de stupide parce qu’il est seul et qu’il s’ennui, sauf que cette fois, il n’a pas été boire pour passer le temps et oublier sa solitude. Il avait voulu bien faire, mais il s’est encore une fois trompé.

Il observe Violet s’adresser à Karl, se contente de tenir sagement sa main, assez soulagé de ne plus devoir essayer de protéger leur secret, maintenant, elle est là. C’est minable de sa part de se cacher derrière elle, mais c’est ce qu’il fait malheureusement le mieux. Parce qu’à chaque fois qu’il tente de faire quelque chose c’est un désastre, il a fini par retenir la leçon à force de se casser la figure en essayant d’agir.

Il est rassuré de voir la conversation se calmer, Karl semble honnête, mais Keon n’est pas doué pour juger les gens, pour mesurer le danger, il a le don de se fourrer dans les pires situations, alors il préfère garder son bon sentiment pour lui tout seul et se fier comme bien souvent à son épouse. Il sursaute légèrement quand il réalise qu’elle s’adresse de nouveau à lui, c’est qu’il commence à fatiguer et puis, il ne s’attendait pa sà ce que l’on revienne à lui aussi rapidement.

- Oui, j’suis désolé.

Il voit les larmes dans les yeux de sa femme et ça lui brise le coeur, parce que c’est encore de sa faute. Il se demande s’il ne l’a pas brisé avec le temps, parce qu’elle n’était pas comme ça, avant. Mais elle est si humaine, il l’a toujours su, il a creusé pendant des mois et années pour lui apprendre cette part d’elle, mais peut-être qu’il avait trop creusé… Peut-être qu’elle a fini par se rendre compte qu’elle ne serait pas heureuse, pas avec lui.

Il pose sa seconde main sur la joue si douce de la blonde puis la rassurer, pour tenter de faire comprendre qu’il n’avait pas fait de connerie, pas cette fois, il a vraiment essayé de faire de son mieux, même s’il a conscience qu’un jour ça ne sera pas suffisant.

Puis la voix grave du régent le ramène à la réalité, alors qu’il se perdait dans les beaux yeux de sa femme, qu’il absorbait sa détresse comme une éponge au point d’en avoir lui aussi les larmes aux yeux. Il est tellement connecté à elle, à son âme.

- Vous pouvez pas nous aider m’sieur Karl.

Il sait que c’est ça, la réponse qu’il doit dire. Violet lui a appris qu’il ne devait pas accepter l’aide des autres, qu’ils ne peuvent compter que sur eux et que impliquer d’autres personne, ça serait les mettre en danger. Pourtant, il aimerait ça parfois, qu’ils puissent être protégé par d’autres personnes, qu’ils puissent enfin souffler pour une fois.

- Ma mère m’disait qu’elle serait rentrée pour m’faire le petit dej et j’l’attends encore, les mères elles disent pas toujours la vérité. Vous devriez penser à vous, parce que c’est pas dans l’monde des morts que vous serez utile pour vos protégés.

Il ne sait pas d’où il tire une telle audace d’un seul coup, peut-être juste le fait de voir sa femme si faible, il a la sensation qu’il se doit de prendre le relais, mais cette pseudo assurance, elle n’est pas faite pour durer, pas avec lui, ça va vite partir en fumée c’est certain. Il baisse déjà les yeux, comme s’il craint les conséquences d’avoir seulement parlé, parce qu’il a passé plus de dix ans avec des vampires dangereux et son droit d’ouvrir sa grande bouche avait été particulièrement restreint. Lui, c’est un mouton, un gars obéissant, façonné pour suivre les ordres.

- Bébé, tu devrais manger…

Qu’il souffle en poussant son tacos à moitié grignoté en direction de la blonde. Pour une fois qu’elle peut manger ici, à la table et non pas debout cachée dans la cuisine, parce que dans le fond ces mots étaient aussi valables pour Violet, elle devrait penser un peu plus à elle.




© Frimelda, sur une proposition de © Blork




Can you save my heavy dirty soul ?

Si ça se trouve c'est bourré d'oiseaux venimeux.
Y'en a des rouges, des jaunes, des re-rouges et des pourpres !
Y bouffent que des noisettes et des escalopes de veau.
Et quand ils vous donnent un coup de bec,
Vous voyez une grande lumière et ça vous donne la diarrhée !


Présence réduite du 13 au 28 novembre pleur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière
Violet Quill
Violet Quill
Sorcière
⚝Paroles Échangées : 117
⚝Age : 27

 I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill     I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 EmptyVen 18 Oct - 18:58




I've been traveling in the desert of my mind


La collègue de Violet était revenue avec une assiette de tacos que la blonde n’avait même pas pris la peine de regarder, concentrant son attention sur Karl et sur les caresses qu’elle reçoit de son mari. Elle prit un moment, détachant enfin son regard du sauveteur de Keon pour poser une main légère sur la joue de son amoureux, souriant doucement. Elle voyait ses grands yeux humides et savait qu’elle en était la cause. Violet n’était qu’une gigantesque boule d’émotions ces dernières semaines et son humeur avait des répercussions sur celle de Keon. Elle aimerait tellement qu’ils ne soient pas aussi dépendants l’un de l’autre, qu’il n’ait pas autant d’influence l’un sur l’autre. Le problème c’est que ce qu’ils vivaient, ils étaient les seuls à le vivre et qu’ils ne pouvaient se confier à personne d’autre. Normalement, c’était elle qui gardait la tête froide, qui gérait les émotions de son mari, il en avait tellement en seulement une journée.

« Hey… excuse toi pas, ça va, t’es ici, on est ensemble. Ça va aller. Je m’inquiète pour toi, c’est normal. »

Dit Violet avec la voix la plus rassurante qu’elle pouvait avoir en ce moment. Elle ne s’adaptait pas à la vie à Los Angeles. Elle n’aimait pas cette ville, elle n’aimait surtout pas ce qu’elle faisait à son mari. Les influences magiques et paranormales étaient extrêmement fortes et l’effet sur Keon était difficile à renier. Peut-être ne serait-elle pas aussi épuisée si elle n’avait pas tout le temps besoin de s’inquiéter s’il allait être à la maison à son arrivée ou s’il allait finir par revenir lorsque c’était elle qui l’attendait. Peut-être qu’elle n’aurait pas toujours la nausée si elle ne passait pas son temps à vérifier son corps pour des morsures de vampires lorsqu’ils se lavaient ensemble, de peur qu’il n’ait enfin cédé à la tentation.

« Keon a raison Monsieur Fitzgerald. Tenter de nous aider serait probablement contre-productif et vous avez déjà fait beaucoup plus que nécessaire en accompagnant Keon jusqu’ici. Vraiment, je sais pas comment vous remercier. »

La sorcière était sincère. Juste tous les soucis qu’elle aurait pu se faire cette nuit être complètement effacés par l’aide d’un gentil inconnu la soulageait énormément. Il y avait encore des bonnes personnes dans le monde apparemment et Karl semblait en être une. C’était rafraichissant d’avoir enfin un contact avec une personne qui ne semblait pas vouloir tirer quelque chose d’eux. Keon était un puissant médium, beaucoup plus qu’il ne se l’avouait. Juste le fait qu’il ait pu utiliser un sort créé par sa famille l’avait laissé sans sommeil pendant plusieurs nuits. Enfin, ça et ses nausées, douleurs, émotions et tout ce qui se tramait dans son corps qu’elle n’arrivait pas non plus à comprendre.

Violet écouta les deux hommes parler de leurs mères respectives. Ils semblaient tous avoir eu une enfance tellement différente. Elle en connaissait déjà pas mal sur celle de Keon même s’il n’était pas particulièrement enclin à parler de son passé. Violet ne parlait absolument jamais de ses parents. Elle ne parlait jamais de son enfance. Tout ça parce qu’elle n’en tirait aucun bon souvenir. Ses parents ne lui avaient jamais fait de petit déjeuner. C’était les valets qui s’en occupaient, ou le cuisinier lorsqu’elle était à la base militaire. Toujours les mêmes plats nutritifs mais sans saveur. Souvent un smoothie de légumes absolument infecte, haut en vitamine mais ridiculement décevant au niveau des saveurs. La blonde avait entrelacé ses doigts avec ceux de Keon, maladroitement, d’une manière franchement ridicule, mais c’est comme ça qu’ils l’avaient toujours fait.

« Ma mère me parlait que pour me gueuler de faire des push-ups si je n’avais pas fait mon lit à l’équerre le matin. Notre enfance n’est pas nécessairement garante de qui nous devenons mais je comprends votre point. Karl, ce que nous tentons de faire, mon mari est moi, c’est justement d’arrêter de fuir mais, franchement, il n’y a rien que vous puissiez faire pour nous aider. À moins que vous ayez des heures de sommeil à me donner, vous avez déjà fait beaucoup plus que vous aviez à faire. En plus d’offrir le repas, c’est des plus généreux. »

Keon poussa son assiette vers Violet. Elle regarda le demi taco et eut un haut le cœur, passant à deux doigts de vomir dans l’assiette avant de la repousser vers son propriétaire. Elle n’avait réussi qu’à manger de la mie de pain avec un peu de beurre dans sa journée et même si elle avait faim, l’odeur des épices lui donnait une nausée incontrôlable. Elle baissa le ton pour répondre à l’offre de Keon.

« Ça va, je suis pas vraiment dans mon assiette. Je mangerai à la maison mon cœur. Régale-toi! »


Dit-elle, le cœur au bord des lèvres alors qu’elle n’arrivait même pas à regarder le taco. Elle bu une longue gorgée d’eau en souriant du mieux qu’elle le pouvait pour ne pas inquiéter son époux même si elle savait très bien que ce serait probablement un échec. Il la connaissait et il savait très bien à quel point elle pouvait être gourmande. C’est lui qui lui avait montré toute cette nourriture qu’elle aimait tant et qui avait dû la regarder dévorer absolument tout ce qu’il mettait sous son nez. Le comportement qu’elle démontrait à l’instant n’était franchement pas caractéristique de la jeune femme.


© Frimelda, sur une proposition de © Blork


 I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 DlyDmO7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcier
Karl Fitzgerald
⚝Paroles Échangées : 313
⚝Age : 42
⚝Localisation : quelque part à LA

 I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill     I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 EmptyDim 20 Oct - 19:09


   


I've been traveling in the desert of my mind


« Alors c'est ça aimer ? » la prémisse d'une réflexion faite par un Karl Fitzgerald observateur. Aimer, au point de prendre des risques inconsidérés pour des retrouvailles rendues trop difficiles à attendre. Aimer au point de se délester de la moindre logique, du bon sens, de ce qui fait de nous un être avisé et non un adolescent attardé. Toutefois, bien qu'il l'ait pensé – l'espace d'un instant – Karl observait à présent le couple, avec une affection qui le surprenait, lui qui d'ordinaire, trouvait ridicules les couples qui faisaient aussi facilement étalage de leur amour. À croire que les Quill avaient un « quelque chose » en plus, qui malgré l'hostilité dont Violet avait fait preuve, n'entachait pas la sympathie éprouvée par le régent. Toutefois, le sorcier se sentait comme exclu et se demandait si finalement, il n'était pas préférable qu'il mette les voiles et laisse le jeune couple à ses retrouvailles. Cela ne l'empêcherait pas d'avoir le sentiment du devoir accompli en plus de la sensation d'avoir accompli une bonne action en adéquation avec l'éducation dont il avait été pourvu auprès de sa mère, de son vivant. Et puis de toute évidence, ni le jeune garçon excentrique, ni la jeune serveuse désabusée, ne semblaient décidés à accepter l'aide proposée. « - Pourquoi ? » se surprit-il à demander, lui qui semblait prêt à lâcher l'affaire. Son regard d'acier s'appuya sur celui du médium. « - Pourquoi, je ne pourrais vous aider ? » Il péchait par vanité sans même sans rendre compte, comme si de par son rôle de régent, aucun problème n'était insoluble, comme s'il ne craignait aucune menace.

« - Ma mère était pourvue d'une grande sagesse et s'offusquerait si je ne faisais rien pour aider des personnes qui ont clairement besoin d'aide. Outre le fait que je sois le régent d'un coven, j'ai beaucoup de contacts dans le coin. Le genre de personnes qui pourraient vous permettre de ne plus fuir. J'ai bien compris qu'une menace pesait sur vos épaules et que vous refusiez d'en parler. Croyez-moi, je ne chercherai point à vous sortir les vers du nez. Mais sachez que si vous voulez en parler, je resterai à votre entière disposition. Ce ne sont pas des paroles en l'air. » Il était tout à fait sérieux et ne s'échinait pas à sortir son grand discours de justicier masqué pour marquer des points. Karl Fitzgerald était ainsi, le premier à se soucier des autres, quitte à parfois s'oublier lui-même. « - Mais je vais quand même prendre le temps de goûter ce tacos » Car contrairement à Violet et même si de prime abord il n'avait pas prévu de se restaurer, la vue de cette nourriture, titilla son appétit. C'est donc sans se faire prier, qu'il saisit le tacos – visiblement peu habitué à en manger – et qu'il le porta jusqu'à sa bouche. « - Hum...C'est délicieux en fait... C'est la première fois que je tente l'aventure. Moi qui pensais qu'il n'y avait pas mieux qu'un bon vieux burger à l'américaine, je faisais fausse route. » Il acheva de mâcher sa portion et y retourna de bonne grâce. « - Peut-être que je devrais en proposer au bar, en guise d'amuse-bouche ! » Un bar qui appartenait au coven depuis des décennies et dont il avait hérité en devenant régent. Une institution qu'il s'était plus à dépoussiéré, tout comme le coven, n'en déplaise aux puristes. « - Peut-être pourriez-vous, passer faire un tour, tous les deux. Peut-être qu'un poste de serveuse, voire de barmaid pourrait être vaquant. C'est mieux desservi en termes de transport en commun et moins isolé que l'Hocus Pocus » Oui, il était à peine subtil dans la démarche, mais ne désespérait pas d'offrir une meilleure alternative à ce couple pour lequel il commençait vraisemblablement à se prendre d'affection.

© Frimelda, sur une proposition de © Blork


 
Le temps est assassin...
 
et emporte avec lui, les rires des enfants.


#186157
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

 I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill     I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill  - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

I've been traveling in the desert of my mind | Karlytacos & les Quill

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» SGU Aliens [SPOILERS]
» Comment avez-vous découvert Durmstrang?
» Opération "Desert Storm"
» HUITIEME INTRIGUE ♫ LE COACHELLA activités du festival : DESERT WEEKENDER PARTY
» Where is my mind ( Finn Avery )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Perfume of Blood :: Around the city :: ♰ Le désert Californien-