Partagez
 

 Take me back to the flow | Sealish

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Vampire
Ailish E. Moore
⚝Paroles Échangées : 81
⚝Age : 28
⚝Localisation : Dans un diner de LA

Take me back to the flow | Sealish - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: Take me back to the flow | Sealish   Take me back to the flow | Sealish - Page 2 EmptyVen 30 Aoû - 12:45

Take me back to the flow
Seamus C. O'MordhaAilish E. Moore

Pourquoi était-elle descendue...? Pouruoi avait-elle couru jusqu'au bas de son immeuble pour le rejoindre...? Elle savait ce qui allait se passer. Elle savait qu'elle ne serait plus jamais libre si elle revenait. Elle savait...Mais elle ne pouvait pas s'en empêcher. Il allait la décevoir à nouveau, il allait redevenir l'homme solitaire qu'elle connaissait, qu'elle avait presque toujours connu. Parfois, elle se demandait si il n'aimait pas plus son chien que son épouse. En tout cas, il passait bien plus de temps avec lui qu'avec elle et elle était certaine qu'il parfait plus au canidé qu'à elle. Jalouse d'un chien...? Oui, peut-être un peu, parce que la relation qu'il avait avec l'animal lui semblait infiniment plus profonde que celle qu'ils avaient l'un avec l'autre, eux, deux humains...

Son souffle était court, difficile à faire sortir de ses poumons. L'odeur de cigarette l'étonna, même si elle ne se rendit pas compte tout de suite de quoi il s'agissait, elle croyait que c'était elle, peut-être qui sentait le tabac. Mais non, c'était lui qui fumait, ajoutant un autre vice à la petite collection personnelle de l'irlandais. Elle ne pouvait pas le blamer, elle s'était mise à faire pareil pour soulager ses nerfs, ses angoisses, ses maux divers qui l'assaillaient quand elle était seule. Sa seule satisfaction était qu'elle n'était pas tombée au fond d'une bouteille, comme bien des irlandais savaient le faire, elle ne l'aurait pas supporté. Elle ne le supportait toujours pas d'ailleurs, elle avait refusé des postes avec des horaires moins compliqués que dans le diner juste parce qu'ils étaient dans des bars. Même le vin, elle ne pouvait pas. Elle avait trop peur de ce que l'alcool faisait aux gens. De ce qu'il lui ferait à elle...

Son regard caressa l'homme en face d'elle, le retrouvant changé. Cheveux et barbe plus courts, quelque chose de différent dans son regard, la tristesse, bien entendu, qui se voyait et qui marquait ses traits...Si elle n'avait pas été au courant que c'était lui et qu'elle l'avait croisé quelque part, elle aurait pu le manquer, ne pas le reconnaître immédiatement. De nouvelles larmes lui montèrent aux yeux, rien qu'à le regarder, rien qu'à se trouver à ses côtés à nouveau mais elle n'était pas certaine que ce soit de la tristesse, il y avait aussi du remord, pour être descendue, pour avoir été aussi faible et pour avoir plongé directement dans le piège...Un piège sans doute inconscient de sa part mais cela revenait au même à ses yeux. Elle ne pouvait pas revenir aussi facilement, aussi simplement. Elle avait bien trop perdu à cause de lui.

Son nounours leva les bras, l'accueillant avec l'espoir qu'elle viendrait en courant sans doute, comme quand il rentrait de mission...Ailish ne fit même pas exprès mais elle eut un léger mouvement de recul, juste un pas, qui l'éloigna des bras tendus, comme si il allait la prendre dans ses bras sans qu'elle le veuille, ou autre chose...Elle se souvenait avec horreur de la maison, de l'état dans lequel il avait mis la salle à manger quand il était en colère...Elle était assurément moins solide qu'une table.

" Tu...Tu n'aurais pas dû venir... " dit-elle de sa petite voix, ne pouvant détacher les yeux de son visage pour y lire ses réactions qu'elle redoutait déjà. " Tu m'as fait du mal...Beaucoup de mal... " Elle avait besoin de le dire, même si ce n'était pas agréable à entendre, même si il lui semblait que ce n'était pas sa voix qui parlait mais quelqu'un d'autre. " Tu ne peux pas juste...revenir et penser que tout va s'arranger...Tu n'as pas le droit de me demander ça... " Son coeur était lourd, autant que les mots qu'elle disait, qui lui semblaient pareils à des pierres qu'elle devait pourtant relâcher pour aller mieux, elle devait se libérer de toutes ces entraves qui l'étouffaient. " Si...Si tu veux le pardon...Il va falloir le mériter... " acheva-t-elle enfin, ne sachant même pas si ce qu'elle venait de lui dire pourrait se réaliser. Pourrait-elle le pardonner un jour...?

(c) noctae



A THOUSAND YEARS
LOOKING FOR A WORLD
WAITING FOR A BIRD

⊹ CODE BY LIZZOU







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseur
Seamus C. O'Mordha
⚝Paroles Échangées : 19
⚝Localisation : // NORD L.A

Take me back to the flow | Sealish - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: Take me back to the flow | Sealish   Take me back to the flow | Sealish - Page 2 EmptyVen 30 Aoû - 21:54



take me back to the flow

ailish & seamus

◊ ◊ ◊


Les bras tendus, attendant. Qu'est-ce que j'attendais au juste ? Qu’elle viennent ? Qu’elle reviennent contre moi ? Ce n’était pas possible, je le savais au fond de moi. Je savais parfaitement que je ne reverrais plus jamais ce petit ange. Et celui-ci ne verrait plus jamais son roi doré. L’avais-je été ? Où l’avais je rêvé ? De toute, c'était moi le connard dans l'histoire. J’avais pleuré pour pleurer sans fin, une éternité. Peut-être qu’un jour, je ne me souviendrais plus, plus de rien, pas même de son visage. Peut-être que je deviendrais fou. Fou. Je deviendrais fou ce soir. Je la voyais reculer, d’un pas, instinctif. Je la voyais partir. La brume l’entourait, l’emportant au loin. L’emportant dans les mers, l’emportant pour jamais revenir. Mes bras se baissèrent, lentement, doucement. Ils revinrent longer mon corps, comme deux brindilles. Je déglutis à m’en faire mal à la gorge, comme si je n’avais jamais bu, comme si le sable coulait dans mon corps comme un sablier du temps. Je fronçais les sourcils, et baisser la tête. La douleur tapait dans mes tempes tel un tambour de guerre. Elle frappait, pire que les coups de mon père pour me renforcer, pire qu’une balle pénétrant les chairs.

Je n’aurais pas dû venir. Oui. Je n’aurais jamais dû venir. Je n’aurais pas dû. J’aurai dû rester dans mon Irlande, à continuer de devenir fou, à continuer à pleurer sans tenter quoi que ce soit. Aegh grogna, comme s’il sentait quelques choses. Comme si mon sang faisait écho, résonnait, tel un cristal. Que crois-tu petite fille ? Que je n’ai pas souffert ? De toute, tu ne le sais pas que j’ai souffert, bien avant toi, bien avant ta naissance, tu ne sais rien… Mes pensées s’engorgent. Je tremble. J’entends encore sa voix. Revenir, pour tout arranger ? Tu crois vraiment que je suis aussi manipulateur que nos vieux ? Sincèrement ? Un serpent siffle dans mon oreille, lèche mon cartilage, descend dans mon cou pour mieux se faire une place autour de celui-ci. Le pardon ? Mériter. Ton. Pardon. Fuck off. Et moi ? Moi. Je suis quoi dans l’histoire ? T’as jamais pensé à savoir comment j’allais ? Non ? Jamais ? Tu n’as jamais cherché à comprendre ? Pourquoi n’avoir jamais demandé à ton frère, celui-là même qui t'avais sauvé ce soir là ? Pourquoi pas lui ? Il fallait que tu partes, loin, comme si la distance résolvait tout. Au fond de moi, je sens les tambours de guerre se faire une place, ils sonnent la colère tandis que la tristesse se fait la malle.

La colère. Ce n’est pas bon. Tu n’as jamais voulu voir ton ange devenir démon. Tu n’avais jamais voulu voir ce que tu voulais au final. Au fond de moi, je la sens, elle remue. Mon visage ne change pas d’expression et je garde toujours mon regard vers le bas. Je relève mes mains, et regarde les cicatrices, me remémorant comment chacune d’elles avait fait leurs apparitions. La dernière, sur mon index, longue, faites avec un bout de bois provenant de la table. Je me revois, spectateur, de cette soirée, de toute cette destruction. Le silence, le silence se réinstalle. Je prends une grande inspiration, et sors de mes poches, mon paquet de clopes. Il n’en reste que deux. Et je le sais, cela va poser un problème. Mes mains tremblent toujours. Je mets ce long tube de tabac à mes lèvres, chope mon zippo, et fait rouler la molette noire pour créer une flamme. J’inspire, lentement, tire sur ma clope. Je range mon zippo et relève la tête. Mon visage ne montre pas de colère, juste une tristesse, froide, blanche, glaçante. « Tu ne veux pas me pardonner Ailish. Arrête de te mentir à toi-même… » Une voix calme, une attitude tout autant calme. Je reprends une bouffée, et ferme les yeux. Le temps d’un instant, soupirant, avant de baisser à nouveau la tête. « Tu sais, je me demande si tu t’es demandé pourquoi j’étais ainsi ce soir-là ? Non… Je ne pense pas que tu te sois demandé pourquoi… » La dureté, elle monte. Je reculais d’un pas. Reprenant une bouffée. Je devenais sarcastique. Je m’enfonçais dans une mer noire sans sauveur. Sans aucune possibilité de survie. Je mourrais par sa main et elle serait la lance dans mon corps. La souffrance, encore, et encore. Elle tapait dans ma tête, comme la folie aux portes du paradis. « Peut être que tu voudrais savoir tout compte fait… Même si le pourquoi n’excuse pas mon comportement, de toute façon, je ne cherche pas d’excuses… Les jeux sont faits pas vrai ? »

Je reculais encore d’un pas, butant contre l’aile du pickup. Je m’adossais. Prenant une bouffée supplémentaire. « Tu sais pourquoi je n’ai jamais voulu te confier mon humeur, mes sentiments lors de mes deuils ? » Je relevais le regard vers elle. Je regardais droit dans ses yeux rougis. Asséché. « Je ne voulais pas t’accabler de mes problèmes, je ne voulais pas rajouter de la souffrance sur la tienne déjà bien trop présente… Je pensais bien faire, tu vois.. À croire que j’avais tort… » Je finissais ma clope, la jetant à terre, et pour une énième fois, l’écraser sous ma boots. Je croisais mes doigts, et relevais une dernière fois mes yeux vers elle : « Finn est mort Ailish.. » dis je. Moi aussi, j’avais mes peines. Moi aussi, j’avais mal. Moi aussi, j’étais seul.

(c) oxymort




Come back, come back to me,
Because the angels hear me cry...
Take my heart, my love #c14211

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
Ailish E. Moore
⚝Paroles Échangées : 81
⚝Age : 28
⚝Localisation : Dans un diner de LA

Take me back to the flow | Sealish - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: Take me back to the flow | Sealish   Take me back to the flow | Sealish - Page 2 EmptySam 31 Aoû - 13:17

Take me back to the flow
Seamus C. O'MordhaAilish E. Moore

Comment avait-elle pu croire qu'il avait réellement changé...? Il n'y avait pas la plus petite chance qu'il change, qu'il comprenne que ce qu'il avait fait l'avait blessé, que ses silences et le reste étaient pires que savoir ce qui lui passait par la tête. Elle l'avait cru et, en cela, elle était grandement fautive. Mais pour le reste, non, elle ne l'était pas. S'était-elle demandé pourquoi il était comme ça ? A quoi bon en réalité ? Il ne le lui aurait pas dit, il se serait tu pour "l'épargner", pour ne pas qu'elle soit accablée par tout ça. Ou alors il voulait juste pouvoir jouer à l'irlandais qui souffrait et partager ce fardeau l'en aurait empêché. Trouver des excuses à son comportement, voilà tout ce qu'il essayait de faire à l'instant. Justifier encore et toujours qu'il n'ait jamais été un bon mari.

Ailish le regarda faire, le regarda s'éloigner, jusqu'à ce qui semblait être sa voiture, et même si la distance entre eux n'était que de quelques pas, pour l'irlandaise, cela ressemblait à un gouffre. La distance n'était pas que physique, entre eux, ses paroles, ses regards. Elle n'avait jamais été plus éloignée que lui qu'en cet instant, même quand il était encore en Irlande et elle, ici, à Los Angeles. Mais il n'y avait rien à faire pour réduire cette distance, même lui sauter dans les bras et se coller à lui n'y changerait absolument rien. Parce qu'elle savait, tout au fond d'elle, que c'était fini. Elle le savait depuis qu'elle avait quitté leur maison ce soir-là, mais tout était resté inconscient jusqu'à ce qu'elle le revoit, là devant son immeuble.

" Dans la joie comme dans la peine. Dans la richesse et dans la pauvreté. Dans la santé comme dans la maladie. Pour le meilleur et pour le pire. Je promets de t'aimer et de te chérir. Et je promets que je ne laisserai rien ni personne nous séparer. Je fais cette promesse pour l'éternité. Je me lie à toi pour toujours jusqu'à la fin des temps. Et je resterai à tes côtés jusqu'à ce que la mort nous sépare, " répéta-t-elle, les yeux braqués dans les siens, souffrant un peu plus à chaque mot qu'elle prononçait. Son ton n'avait rien de triste, de colérique, en fait, il n'y avait pas la moindre émotion dans ce ton. Elle se contentait de répéter les serments d'une voix atone, leur donnant une consonnance étrange, même pour elle.

" Tu te cherches des excuses, tu t'en es toujours cherché, pour te dire que ce n'était pas grave de ne pas respecter ce serment. Ce serment que tu m'as fait, que je t'ai fait également. Je suis partie, je l'ai brisé ce serment, mais toi...Toi tu ne l'avais déjà brisé bien avant... " Elle ne portait plus son alliance, plus depuis qu'elle s'était installé ici, mais n'avait pas pu la laisser chez elle pour autant. Elle était dans sa poche, toujours avec elle. Et son envie, là, fut de la lui rendre, de la lui jeter aurait été plus juste en réalité, parce qu'elle ne pouvait plus le supporter. Etait-elle, elle, en faute de ne pas avoir demandé ce qui lui arrivait ou bien était-ce lui aurait dû parler de Finn...? Elle était convaincue que c'était lui. Elle n'aurait pas plus compris sa réaction, ne l'aurait pas plus accepté, la coupe était pleine, mais il aurait dû lui dire et ne pas lui reprocher.

Il voulait jouer à qui serait le plus odieux, il ne risquait pas de gagner et il était clairement celui qui avait le plus à perdre. " Ne te sers pas de ton frère comme d'une excuse supplémentaire...Tu as une vie où la mort règne en maîtresse, c'est probablement elle que tu aurais dû épouser, pas moi, " lâcha-t-elle avant de se retourner, les épaules basses et l'air ravagé de celle qui sait qu'il n'y aura plus de retour en arrière possible.

(c) noctae



A THOUSAND YEARS
LOOKING FOR A WORLD
WAITING FOR A BIRD

⊹ CODE BY LIZZOU







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseur
Seamus C. O'Mordha
⚝Paroles Échangées : 19
⚝Localisation : // NORD L.A

Take me back to the flow | Sealish - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: Take me back to the flow | Sealish   Take me back to the flow | Sealish - Page 2 EmptySam 31 Aoû - 18:42



take me back to the flow

ailish & seamus

◊ ◊ ◊

Qui étions-nous ? Qui était cette femme devant moi ? Qui étais-je au juste ? Je n’étais qu’un pauvre irlandais contraint par mariage d’épouser cette demoiselle en face de moi sans rien dire, sans rien faire, sans chercher à comprendre, car comprendre, il n’y avait rien à comprendre.

Dès le moment où je l’avais retrouvé, dans ce pub, dans Dublin, avec ses créatures, j’avais scellé son destin. Pauvre con. Regarde ce que tu as fait… J’avais scellé mon destin. Celui de me marier avec une personne à la même vocation que moi. Ma vocation. Mon obligation même. Elle allait vivre, apprendre, naïvement que la vie n’est pas si facile. Tu veux vivre ma douce ? Vis. Vis sans moi. Vis, blesse toi, amuse toi, pleure, fais toutes ces choses que nos familles et moi t’avons empêcher de faire. Calé, contre cette voiture qui ne m’appartenait même pas, je regardais une femme que je ne connaissais plus et qui ne me connaissais plus non plus. Nous avions mal, mais tout cela, c’était ma faute hein ? Toujours de la faute du mari. Toujours… Quand elle était partie, je savais, savais au fond de moi que j’avais perdu. Perdu au jeu de l’univers. Karma bitch. Au fond, j’avais cherché non ? Je n’avais jamais été là… Et je l’entends. Ce serment. Celui qu’elle récite. Dans ma tête je le répète en même temps qu’elle. Et je reviens. Le meilleur et le pire. Ouais. J’étais le pire. Et elle était la meilleure. Pire chose dans sa vie. Meilleure chose dans la mienne. Ses yeux, ses prunelles, cette voix. Cette Ailish avait changé, et elle aimait ça vivre ainsi et devenir une autre femme.

Je cherche des excuses. Mouais. La colère me disait tout autre chose face à ses propos. Je calmais le feu ardent dans mes veines, celui qui pourrait détruire, car de toute façon, je ne suis fait que pour détruire. Brisé un serment parce que l’on est chasseur. Étrange conception d’un couple, étrange conception d’un mariage.

Quand elle était partie ce matin, pour se rendre au travail, c’était son alliance que j’avais remarquée. Absente. Elle se voulait libre, bientôt, elle le serait. Un peu de paperasse. Les foudres de ma famille et de la sienne sur mes épaules, et elle, qui vivrait en paix. J’avais mal, si mal que mes pensées prenaient des tournures noirâtres. La blessure d’un proche est mille fois pire que celle d’un ennemi. Celle d’Ailish sur mon esprit était semblable au fer rouge, celui-là même qui me désigner comme chasseur depuis vingt-neuf putain d’années. Finn était mort, mon couple était mort, peut être que moi aussi finalement j’étais mort. Je perdrais. Toujours, et ceux, même en n’étant pas le seul fautif. La mort comme maîtresse. Ailish avait bien changé, car il y a quatre mois difficile d’imaginer cette rouquine parler ainsi avec autant de venin. Au fond, elle était une Chasseresse, pas dans le sang, mais d’éducation, car pour s’adapter si rapidement, parler pour détruire psychologiquement son adversaire, c’était bien l’une des premières choses qu’on apprenais. Je baissai mon regard lorsqu’elle se retourna. Je n’avais plus le droit de la regarder. Plus droit d’être celui que j’avais été depuis les onze dernières années. Plus le droit de tenter de la vouloir encore. Je n’avais rien dit. Rien répondu à ces mots qui devenaient maux en moi. La colère se dissipa, et je me redressais, cherchant dans ma poche ce jeton de plastique. En quatre mois, j’avais bien changé. Pour elle. Pour nous. Des efforts dans le vent, des efforts que je ne pouvais pas prouver. Je sortis le jeton, en métal, violet, indiquant les trois mois. C’était le premier d’une longue série. C’était ce que m’avait dit Ciaran. J’étais dubitatif de cette solution, mais avec mes missions, je voyais des groupes toujours plus hétéroclites et à travers des pays tous différents. Les réunions étaient quelques choses d’étrange au début, mais maintenant, elle était synonyme d’avenir. Avenir. C’était un mot qui n’avait plus lieu d’être pour elle. Il n’y aurait pas d’avenir. Pas ensemble.

Je tournais la tête vers Aegh, et lui fis signe de descendre. Avec souplesse, il passa à nouveau la fenêtre de la portière et s'assit devant moi. Je tendis le jeton au malinois et lui indiqué Ailish. Il se retourna pour voir, avant de me regarder. Je hochais la tête et il s’approcha d’elle. Doucement. Gentiment. Comme il l’avait toujours fait. Il se mit devant elle et posa ses petites fesses au sol. Il ouvre la gueule, montrant le jeton. « Je suis désolé. » Commençais-je. « Voilà trois mois que je suis les réunions AA… Ce n’est pas grand chose face à ce que j’ai fait, je le sais » La douleur me faisait vaciller entre les émotions. « Je suis désolé d’être un Chasseur. Désolé d’avoir été choisis pour être ton mari. Désolé d’être égoïste. Mais je sais qu’être désolé n’est pas ce que tu veux, pas vrai… Ce que tu veux c’est vivre, oublier cette vie d’obligations et de destinée toute tracée… » Ma voix était nettement plus calme, douce et surtout sans colère.

Je regardai ma main droite, celle avec mon alliance. Je ne méritais pas un anneau pareil. Je méritais même pas grand chose. Si. Peut-être une claque dans la tronche. « Tu peux être heureuse maintenant Ailish, je ne viendrais plus. Je te laisserais vivre cette vie dont tu as tant rêvé… » dis je finalement. J’acceptais de redevenir un homme sans personne pour l’attendre chez lui. Aegh regarda Ailish et referma sa gueule, attendant de savoir s’il devait bouger ou bien rester. Devais-je partir maintenant ?

(c) oxymort




Come back, come back to me,
Because the angels hear me cry...
Take my heart, my love #c14211

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
Ailish E. Moore
⚝Paroles Échangées : 81
⚝Age : 28
⚝Localisation : Dans un diner de LA

Take me back to the flow | Sealish - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: Take me back to the flow | Sealish   Take me back to the flow | Sealish - Page 2 EmptyLun 2 Sep - 19:05

Take me back to the flow
Seamus C. O'MordhaAilish E. Moore

Pourquoi était-elle comme cela...? Pourquoi avait-elle eu besoin de lui dire ça de cette manière-là alors que déjà tout ce qu'il y avait entre eux ne tenait plus qu'à un fil ? L'irlandaise était comme une cocotte-minute : elle encaissait la pression, jour après jour, mais il fallait qu'elle la relâche de temps en temps. Elle avait encaissé tous les aléas et les mauvais côtés de la vie de Chasseur depuis sa naissance. Naître dans cette famille, supporter les attentes excessives d'un père qui avait réussi à briser les rêves de deux de ses enfants, se faire traiter d'humaines par les autres alors qu'ils avaient tous voulu qu'elle soit une Chasseresse comme sa mère, avoir accepté un mariage qu'elle ne voulait pas, supporter les absences d'un mari qu'elle ne connaissait pas...Et la mort...La mort des amis qu'elle avait eu, de ceux de ses frères ou de ceux de son mari...Maintenant c'était son beau-frère. Et si Ailish n'avait pas réagi en conséquence, c'était parce qu'elle ne voulait pas y croire. Tout ça avait fait déborder le vase, elle avait dû se lâcher...

Mais elle le regrettait déjà.

Dans son dos, Ailish entendit le petit bruit des griffe d'Aegh sur le sol, qui venait vers elle doucement. Le chien la contourna, venant poser ses fesses devant elle gentiment. Elle baissa ses yeux sur lui, elle avait toujours bien aimé ce chien, il était adorable, surtout avec elle, comme si son instinct animal savait qu'il devait se montrer doux avec elle. Il ouvrit la gueule et elle vit le jeton. Pas la peine d'être un génie pour comprendre de quoi il s'agissait, mais Seamus lui expliqua quand même tout. Il était sincère, elle le sentait bien, il voulait vraiment la laisser tranquille, la laisser vivre...Mais était-ce vraiment ce qu'elle voulait, elle ? Elle s'était enfui, elle était partie loin de lui, loin de ses colères, loin de toutes ces émotions qu'il ne voulait pas partager...

La petite irlandaise l'écouta sans rien dire, elle voulait pouvoir l'aimer à nouveau, elle voulait pouvoir lui pardonner mais comment faire...? Elle s'accroupit lentement, pour caresser la tête d'Aegh, elle avait un regard doux vers le chien, comme toujours. Elle aimait cette brave bête. Tout comme elle aimait son mari. Mais lui...Il faisait plus confiance à cet animal qu'à elle, il préférait se confier à cet animal qu'à elle...Et ça lui faisait mal. Même rien que de le voir là, ça lui faisait mal. Elle réprima une nouvelle envie de pleurer, posant une main sur sa bouche pour essayer de se contenir.

" La vie dont j'ai rêvée...Elle n'existe pas, elle n'existera jamais, à cause de ma famille, des Chasseurs...Je veux être heureuse, oui, comme toute personne normale et je veux juste vivre une vie normale... " dit-elle sans se retourner, continuant de gratouiller la tête du chien gentiment. " Je t'aime, Seamus, je t'aimerai toujours mais...Tu m'aimerais assez pour abandonner cette vie ? Abandonner la Chasse et tout ce que ça signifie...? " Elle connaissait déjà la réponse à cette question, elle était même persuadée que si il était là, c'était avant tout pour chasser des surnaturels et pas uniquement pour elle...Juste un concours de circonstances...

(c) noctae



A THOUSAND YEARS
LOOKING FOR A WORLD
WAITING FOR A BIRD

⊹ CODE BY LIZZOU







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseur
Seamus C. O'Mordha
⚝Paroles Échangées : 19
⚝Localisation : // NORD L.A

Take me back to the flow | Sealish - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: Take me back to the flow | Sealish   Take me back to the flow | Sealish - Page 2 EmptyDim 8 Sep - 21:17



take me back to the flow

ailish & seamus

◊ ◊ ◊

La brise faisait siffler des pièces de métal, s’engouffrait encore et encore, ajoutant des sons pour meublés cette rencontre. Le silence ou cette harmonie de bruit urbain commençait à me rendre fou. Que je haïssais être au cœur d’une discussion qui ne voulait pas se faire. Nous avions mal, autant l’un que l’autre, pour des raisons différentes, et pourtant bien plus proches que nous voulions le réaliser. Qu’est-ce que j’avais à perdre maintenant ? Ma vie ? En montrant ce foutu jeton, je faisais le premier pas pour montrer que j’avais commencé déjà à me repentir, mais c’était certainement trop tard. Comme toujours. Je raté le coche, toujours, dans ce genre de situations. Peut-être que je n’étais bon que pour tuer et rester seul. C’était p’t’être ça mon futur. À vivre, dans un monde de vivant, en étant pourtant mort, en grande partie. Perdre Sean, Alexander et Finn. Et puis la perdre elle. Des étapes dans une vie qui vous faisaient grandir, parfois, de la bonne manière et parfois pas comme les autres le souhaiterait. Le deuil changé et pour moi, il avait été un gouffre. J’étais tombé dans un fossé alors que j’aurais pu traverser tout cela grâce à quelques mots plutôt que la simplicité de la bouteille.

Mon fils, tu seras Chasseur. J’entendais la voix grave de mon père, répété jusqu’à ce que je sois en âge de passer ses maudites épreuves. J’avais les gênes, j’avais ce sang si précieux dans mes veines, j’avais l’entraînement, le talent comme diraient mes frères, comme diraient la plupart de mes confrères. J’étais fait pour cette vie, celle d’un tueur…

Assis sur ce tronc d’arbre mort, je regardais les mains de mon coéquipier frotter deux tiges de métal au-dessus du tas de brindilles et de feuilles réunis. Quelques coups, quelques étincelles, et le feu naissait. Ciaran était un bon survivaliste, il avait toujours été le plus rapide pour faire un feu de camps. Un sourire de joie s’installa sur nos visages et je lui tendis la bouteille de scotch dérobée à mon père. Cette nuit-là, le ciel était dégagé, les étoiles présentes par millions, montrant une voie lactée que bien peu de personne pouvait voir de nos jours. Le crépitement des flammes, réduisant le bois en cendres, la chaleur se dégageant pour venir nous réchauffer. Ciaran vu une gorgée avant de me rendre la bouteille et soupira. « Si tu avais eu le choix, tu aurais choisi cette voie ? » Ciaran n’est pas compliqué. Franc. Direct. Quand il a besoin de dire ou demande quelques choses, c’est sans détour. « J’en sais rien!… Qu’est-ce que j’aurais pu faire à la place ? T’es malin à poser des questions de but en blanc bon sang… » Un mince rire s’échappa. Ciaran en avait de ses questions… Le silence et la quiétude que nous offrait la nature se réinstalla, et me permis de réfléchir à cette question. Qu’aurais-je fait si j’avais eu le choix ? Forgeron ? Armurier ? Ébéniste ? Les trois métiers étaient présents chez les O’Mordha… Flic ? Ouais, non. Absolument pas flic. Je repris une gorgée, continuant à réfléchir jusqu’à ce que le sommeil m’emporte…

Sa voix me fit revenir, comme un cow-boy réussissant à déployer son lasso sur son bétail. Rêve de normalité, qui ne rêverait pas de cette dernière après avoir vécu celle de l’extraordinaire ? Les mots que j’entendis eurent l’effet d’une balle tiré à bout portant. Elle m’aimait ? Encore ? Je fronçais les sourcils en entendant le reste de son discours. Ciaran avait il vu l’avenir ce jour-là ? L’amour de ma vie, celle qui sauver mon humanité chaque jour depuis notre union, se posait elle réellement la question de savoir si elle était ma priorité ? Quelque part, je me demandais pourquoi, et d’une autre, je comprenais. Peut-être même pensait elle que je n’étais ici que par intérêt de cette Chasse.

Je soupirais, sans retenue. Pas d’exaspération non, un soupire se ralliant à sa demande, à cette question… Je me foutais bien de savoir quel serait les conséquences, les répercussions et le regard de nos familles sur mes choix. J’avais quarante piges passé, et même si j’avais l’équivalent d’une éternité, ce n’était pas le cas de la rouquine en face de moi. En venant ici, il n’y avait qu’elle dans ma tête, même lors des chasses avec Conrad et Lewis, elle restait dans mes pensées. Comme une musique qui ne voulait pas partir… Je n’étais là, qu'ici, sur cette terre américaine, uniquement pour elle. Entre mon pouce et mon index, je fis tourner cet anneau en argent, je regardais la bague caresser ma peau, avant de redresser la tête pour regarder la rouquine accroupis face à mon fidèle compagnon. « Depuis trente et une année, je parcours le monde, en tant que Chasseur… » débutais je. « Ce n’est pas grand chose pour certains, mais pour moi, c’est déjà bien trop… » Les mots étaient difficiles à sortir.

Je fronçais les sourcils et me redresser, avançant, et ne m’arrêtant qu'à mis chemin, me retenant d’aller plus loin, d’aller l’étreindre pour lui dire la suite. « Depuis le jour où tu es entrée dans cette chapelle… » Bordel. Étais ce si compliqué ? « J’attends de devenir autre chose. » Mes doigts triturent encore cette bague sur ma main droite. C’était dit. Elle pourrait certainement me reprocher tant de choses après ça. Pourquoi pas plutôt ? Pourquoi attendre la mort pour se décider ? La volonté et la pression familiale vous font parfois renoncer à ce que vous voudriez faire de votre vie. Je n’avais pas peur de pas-grand-chose, mais la famille restait la famille, lorsqu’elle vous renier, c’était parfois pire que d’être blessé physiquement. J’ouvris les mains, observant ses doigts, fait pour actionner la gâchette, pour tenir la gorge d’une créature, pour tenir le couteau… Ces mains, que pouvait, elle faire à présent si la Chasse n’était plus une option ? « Pour toi, pour moi, pour nous, je serais prêt à tout, même à renier ce pourquoi on m’a entraîné. » Un avenir sans la moindre goutte de sang. Un avenir où nous serions ensemble. Et je pensai, avant de me rendre compte que j’avais parlé à voix haute : « Mais c’est peut-être déjà trop tard… »

(c) oxymort




Come back, come back to me,
Because the angels hear me cry...
Take my heart, my love #c14211

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
Ailish E. Moore
⚝Paroles Échangées : 81
⚝Age : 28
⚝Localisation : Dans un diner de LA

Take me back to the flow | Sealish - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: Take me back to the flow | Sealish   Take me back to the flow | Sealish - Page 2 EmptyMer 2 Oct - 11:51

Take me back to the flow
Seamus C. O'MordhaAilish E. Moore

L’irlandaise souffrait. Ce n’était pas une souffrance physique, ce genre de souffrances n’était pas aussi forte et puissante, n’était pas la pire chose que l’on pouvait ressentir dans sa vie. Elle avait connu la douleur physique, elle savait ce que ça faisait d’avoir mal, de souffrir dans sa chair et de ne pas pouvoir être soulagée. Elle avait eu mal quand elle avait perdu son enfant, c’était ce qui l’avait poussé à aller voir un médecin. Elle avait eu mal quand ses frères l’avaient embêtée, venant à la taper ou à lui tirer les cheveux sans penser à mal. Elle avait eu mal quand sa mère la punissait, enfant, après une bêtise et qu’elle la giflait pour lui apprendre à ne plus recommencer. Ça avait toujours été sa famille qui lui avait fait mal physiquement. Mais c’était loin d’être les pires douleurs qu’elle avait ressenties. Les douleurs psychologiques étaient bien pires encore, impossibles à faire passer, impossibles à apaiser et, surtout, impossibles à éviter. Elles étaient également bien plus tenaces, marquant l’âme des gens autant que leur esprit. Ailish était marquée, à jamais, par ces douleurs psychologiques, là encore causées en grande partie par sa famille...

Mais ce serait bien trop simple de dire que tous les problèmes de l’irlandaise étaient causés par sa famille. Et ce serait également faux, elle en était parfaitement consciente. Elle ne pouvait pas blâmer sa famille pour tous les problèmes qu’elle avait. Ses problèmes d’argent et son appartement miteux ne pouvaient pas être de la faute de sa famille, ça non, même si c’étaient des résultantes de sa fuite d’Irlande, bien entendu. Mais sa vie…Sa vie passée à obéir, à faire ce qu’on lui demandait, sa vie de femme mariée avant même de savoir ce que vivre voulait vraiment dire…Oui tout ça, elle l’imputait à ses parents. A son père qui avait voulu à tout prix qu’elle soit un garçon et qu’elle soit un Chasseur. A sa mère qui avait toujours vu en elle une chose à marier pour forger des alliances solides. A ses frères qui l’avaient prise pour une enfant qu’ils pouvaient embêter à loisir. A tous les Chasseurs qu’elle haïssait, plus que tout, parce que c’était de leur faute si elle avait grandi dans ce monde, si elle avait grandi dans la haine des surnaturels, si elle n’avait été qu’une source de honte pour ses parents…

L’homme en face d’elle l’avait également fait souffrir, il était la cause principale de sa fuite après tout. Mais pouvait-elle le rayer totalement de sa vie pour autant ? Ce n’était pas si sûr, ce n’était pas si simple et prendre cette décision était devenue infiniment plus douloureuse depuis que Seamus se trouvait là, aussi près d’elle. Partir alors qu’il était dans le canapé endormi avait été facile. Prendre le premier avion en partance, sans se retourner avait été facile également. Ne pas penser à sa famille, ne pas penser à Seamus, alors que tous étaient de l’autre côté de l’océan avait été facile, rien de plus facile que d’oublier des gens que l’on ne voyait pas, que l’on ne côtoyait pas tous les jours. Mais penser à autre chose et se dire qu’il fallait laisser le passé et les siens derrière elle alors que ce passé et ce mari se trouvaient bien présent, bien là, juste à quelque mètres d’elle…Non, là ce n’était plus du tout aisé, au contraire même.

Au fond que voulait-elle vraiment…? Le fuir encore et le laisser partir à tout jamais loin d’elle ? Elle savait, dans ses tripes, que si elle lui disait « pars », il partirait et ne reviendrait jamais la voir. C’était une certitude qu’elle avait sans même en avoir de preuve, elle le ressentait avec une certitude extrême, presque inconsciente. Ce qu’elle voulait, c’était une vie normale. Une vie sans chasse, une vie sans violence crûe, une vie de famille, avec son mari et un enfant qu’elle aimerait plus que tout, plus qu’elle-même, plus que n’importe quoi existant sur cette terre. Être mère, elle y avait pensé, elle l’avait voulu, elle avait failli l’être. Et si il pouvait tout abandonner pour elle, elle savait qu’elle le serait. Mais était-il capable de cela ? Elle savait que non, tout son corps lui hurlait qu’il ne pourrait pas, qu’il pourrait le promettre, qu’il pourrait essayer, mais que la chasse serait plus forte que tout et qu’elle la suivrait où qu’elle aille, quoi qu’elle fasse. Seamus était un Chasseur, comme le reste de leurs familles, il ne serait jamais autre chose.

Il le dit. Il dit qu’il pourrait être autre chose. Et elle voulait y croire. Elle voulait que ce soit vrai. Elle voulait vraiment que ce soit vrai et qu’il puisse être juste un homme, juste un mari, juste…un père, à son tour. Un père qui laisserait le choix à son enfant si celui-ci devait se révéler Chasseur. L’espoir s’alluma dans le regard d’Ailish, une petite étincelle qui pétillait dans ses grands yeux larmoyants, alors qu’elle regardait Aegh de son air doux mais triste. Elle ne pouvait pas regarder Seamus, elle se savait atrocement faible et, avec ce genre de promesses, elle pourrait lui retomber dans les bras, lui sauter au cou pour l’enlacer et l’embrasser, prête à croire à tout ce qu’il lui dirait, à tout ce qu’il lui promettrait. Aegh ne faisait pas ce genre de promesses, ce n’était qu’un chien, tout ce qu’il promettait, c’était d’être obéissant et protecteur envers sa famille. C’était suffisant pour elle. Même si elle jalousait un peu ce chien…

Puis il brisa tout.

La rouquine releva les yeux vers son époux, toujours accroupie aux côtés du chien, elle croyait avoir mal entendu. Son cœur aurait pu s’arrêter, exploser dans sa poitrine, en entendant ces mots. De simples petits mots qui tuèrent l’espoir naissant, avant même qu’il ait eu le temps de se développer, rendant cet acte encore plus cruel qu’il n’y paraissait. Il ne croyait pas que c’était possible. Il était persuadé que c’était déjà trop tard. Si lui-même n’y croyait pas, qu’il ne pouvait se projeter dans une vie ordinaire, comment cela pourrait-il être possible…? Ça ne le serait jamais. Jamais elle n’aurait avec lui cette vie à laquelle elle aspirait et qu’elle pensait mériter après toutes ces années à donner son temps et sa volonté à d’autres qu’elle. Pourquoi ne pouvait-il pas simplement laisser tomber lui aussi ? Ne l’aimait-il donc pas assez pour changer de vie et se satisfaire uniquement d’elle et de ce qu’elle pouvait lui apporter…? Les larmes eurent encore une fois envie de couler, de jaillir de ses yeux et d’exprimer ouvertement ce qu’elle ressentait. Elle se retint, se contentant de le regarder avec cette horrible mélancolie qui la frappait.

“ Je…Je ne te demande pas de répondre maintenant…Tu peux y réfléchir, si c’est ce que tu veux… ” Les mots étaient lourds dans son cœur mais elle ne trouvait aucune autre manière d’exprimer ce qu’elle ressentait. “ Une vie ordinaire me suffirait mais si…Si toi ça ne te suffit pas…Je comprendrai. La Chasse, c’est toute ta vie après tout… ” Croire qu’il puisse la vouloir elle et renier sa vocation et sa famille relevait presque de l’impossible. La balle était dans son camp et rien qu’un mot pourrait suffire pour briser définitivement tous ses rêves et tous ses espoirs…


(c) noctae



A THOUSAND YEARS
LOOKING FOR A WORLD
WAITING FOR A BIRD

⊹ CODE BY LIZZOU







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseur
Seamus C. O'Mordha
⚝Paroles Échangées : 19
⚝Localisation : // NORD L.A

Take me back to the flow | Sealish - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: Take me back to the flow | Sealish   Take me back to the flow | Sealish - Page 2 EmptyMar 22 Oct - 13:22



take me back to the flow

ailish & seamus

◊ ◊ ◊

La trotteuse émettait son tic. Revenait. tac. Repartez tic. Dans une danse infinie, dans une course sans arrêt. Elle était la plus endurante. Celle qui ne recule devant rien. Qui ne peut que se soumettre au temps… Ce temps. Combien de temps avais je attendu ? Combien de temps avais je perdu ? Qu’est ce que j’étais con bordel. Le bonheur aux portes et je préférais y renoncer en devenant la pire des ordures. De toutes façon, n’étions nous pas tous des ordures, nous, ceux qui tuait sans penser aux familles, aux amis de nos cibles ? Peut être aurais je dû renoncer à sauver quelques choses entre nous tout compte fait, peut être que ma seule présence ici lui faisait du mal ? Dans ma tête, c’était une bataille, une guerre, de sentiment, de volonté, d’actes. Un combat qui me mettait dans une situation particulièrement difficile. Dans mon coeur, il n’y avait qu’un nom, le sien, juste… Ailish. Nous étions si différent, et pourtant, tant en commun au final. Là, devant moi, je ne voyais pas celle que j’avais aimé, une petite femme, douce, qui faisait tant pour nous, et, montrait un visage impeccable devant ces gens, nos familles. Avait elle peint ce visage d’impassibilité avec moi ?

Les battements dans ma cage thoracique se faisaient, les uns après les autres, de plus en plus douloureux. Une attente lourde et une souffrance rongeante. C’était ce que j’endurais pour mes actes, ceux qui l’avaient blessée. Au fond, je savais, je savais parfaitement ce qu’elle voulait. Et moi ? Qu’est ce que je voulais réellement ? Qu’est ce que je pouvais faire de ces doigts, de cette force, de cette expertise qu’on m’avait transmis ? Est ce que je pouvais au moins faire quelques choses ? La voix, celle d’une vieille femme fit sa place dans mon esprit. Tu peux être celui qui tu veux. Tu peux être chasseur. Tu peux être enseignant. Tu peux être fou. Qu’importe ce que tu décide, tu peux être ce que tu veux du moments que tu y mets la volonté nécessaire. La voix, celle de ma grand mère, me fit trembler, ce genre de tremblement qui vous parcourait et rester dans le creux de votre échine, vous rappelant, que vous étiez seul à faire disparaître la sensation.
Aegh regardait avec un calme attendrissant, une attente parfaite, la jeune femme en face de lui. Ses yeux voyaient la beauté de sa maîtresse. S’il ne sentait pas le regard et la pression que lui donnait son autre maître, le premier, il aurait déjà remué la queue, et lécher les joues de larmes de celle devant lui.

Mes mots semblaient se confondre avec des couteaux. Trop tard. Peut être que oui finalement, j’avais fais trop de mal, et il était trop tard pour tenter de se racheter. En avais je juste le droit finalement ? Le regard sur mes mains, évitant celui de ma rouquine, fuyant de honte celui-ci, je fronçais les sourcils. La voix de Gaïa, même imaginaire dans les méandres de mon esprit, gronda. Qu’attend tu bon sang ! Elle te donne une chance, celle que l’on ne loupe pas Seamus! Prends là! J’avais la gorge noué. J’avais l’impression d’avoir vingt ans, de ne pas savoir ce que je veux dire… Je la laissais parler, et… Toute ma vie ? Mais est ce que je voulais que ce soit toute ma vie ? Non! Non, ma vie, je la voulais avec elle, aussi longtemps que possible. Mes yeux, ces yeux gris vert qu’elle connaissait si bien, s’animèrent d’une flamme, douce, chaleureuse. Ma voix, grave, confiante, se fit entendre soudainement : « Je n’ai pas besoin de réfléchir, ni de prendre mon temps… »  J’aurais voulu m’avancer, prendre ses petites mains, entrelacé mes doigts rugueux dans les siens si doux mais je me retins. « La Chasse ne sera pas toute ma vie Ailish car aujourd’hui… » Je pris une grande inspiration, ferma les yeux, avant de les rouvrir et sourire, un mince sourire mais un sourire sincère. «  J’en ai fini avec la Chasse. »

C’était ma vie. C’était maintenant un nouveau chapitre qui s’ouvrait, un chapitre où je déciderais, tout comme elle de ce que je voudrais écrire. Aegh jappa et se mis entre nous deux, l’air de dire, c’est pour quand le bisous ? Mais il n’y en aurait peut être pas tout de suite. Ma famille, peut être même Ciaran tenterais de me faire changer d’avis, mais ma décision était irrévocable. J’allais peut être devoir chercher en urgence un logis, car mes hôtes américains ne seraient pas très ouvert à abriter un vétéran. Vétéran. Je ne pensais pas l’être si tôt dans ma vie, et pourtant, tout partait d’une décision, et celle-ci, je la prenais aujourd’hui, puisse les dieux m’en soit témoins.  

(c) oxymort




Come back, come back to me,
Because the angels hear me cry...
Take my heart, my love #c14211

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
Ailish E. Moore
⚝Paroles Échangées : 81
⚝Age : 28
⚝Localisation : Dans un diner de LA

Take me back to the flow | Sealish - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: Take me back to the flow | Sealish   Take me back to the flow | Sealish - Page 2 EmptyMar 22 Oct - 19:20

Take me back to the flow
Seamus C. O'MordhaAilish E. Moore

Croire quelqu'un n'était jamais aussi facile qu'on le dit. On pouvait prétendre qu'on avait une confiance aveugle en quelqu'un, on pouvait le dire encore et encore, affirmer qu'on le suivrait en enfer tellement on a confiance en lui, les choses n'étaient jamais aussi simples que cela. Beaucoup de temps avait passé, beaucoup trop, avec les joies mais surtout les peines, et l'irlandaise se demandait si elle devait croire encore à ce qu'il pouvait dire. Combien de fois avait-il menti, même sans penser que c'était un mensonge ? Combien de fois avait-il promis, en ne sachant même pas qu'il allait briser sa promesse le lendemain ? Combien de fois l'avait-il déçue, sans même s'en rendre compte ? Beaucoup trop, voilà combien de fois. Elle voulait aimer, elle voulait une vie normale, elle voulait une famille...Pouvait-elle encore avoir tout ça, avec ou sans lui ? Elle n'en savait rien et, au fond, elle ne voulait pas vraiment avoir la réponse à cette question difficile.

Etaient-ils réconciliés ? Sans doute pas. Elle lui en voulait encore, elle lui en voulait même pour des choses nouvelles, comme être rentré chez elle par effraction. Ce n'était pas convenable, ça ne se faisait vraiment pas, même si elle avait été sienne et, qu'officiellement, elle l'était encore. Il était, en effet, peut-être déjà trop tard, malgré son amour pour lui, malgré les années partagées, malgré tout ce qu'ils pouvaient avoir encore en commun. Ils avaient trop de différences, que ce soit d'âge, de caractère ou de passion, ils étaient bien trop différents l'un de l'autre. Elle avait souvent entendu "les contraires s'attirent" mais ne disait-on pas également "qui se ressemble s'assemble" ? Des proverbes idiots, ce n'étaient que cela, elle le savait mais elle ne pouvait s'empêcher d'y penser et de se demander ce qui se serait passé entre eux si elle avait été une Chasseresse, comme sa mère. Les choses auraient sans aucun doute été beaucoup moins compliquées.

Ailish regarda son mari et soupira longuement. Elle ne savait pas si elle devait le croire. Non. Elle ne savait pas si elle avait envie de le croire en réalité. C'étaient deux choses différentes. " Prends le temps, " articula-t-elle d'une voix encore un peu tremblante de ses larmes récentes. " Pense à tout ce que ça veut dire, à nos familles, à ce que tu veux... " Elle savait qu'insister n'était pas une bonne idée, que ça pouvait lui faire changer d'avis alors qu'il avait dit ne vouloir qu'elle et une vie simple, une vie sans Chasse. Mais elle n'y pouvait rien, elle était persuadée qu'elle allait finir encore malheureuse si il se forçait pour elle et ne voulait pas ça. " Bonne nuit Seamus, " dit-elle doucement, il était temps de rentrer.

Sans regret ni regard en arrière, la rouquine se retourna et regagna vers la porte de l'immeuble, ses talons claquants sur le sol humide. Elle ne voulait pas se retourner, pas parce qu'elle ne voulait pas le voir mais parce qu'elle se savait faible et qu'un regard en arrière pourrait la ramener dans ses bras malgré elle, malgré ce qu'elle voulait, même si ce n'était que pour une nuit avant de le laisser repartir pour la Chasse et la vie qu'il devait mener, chez les siens. Entrant dans l'immeuble, elle poussa un nouveau soupire, presque de soulagement, à l'idée de ne plus être devant lui. Il ne lui fallut pas longtemps pour retourner dans l'appartement mais cela lui prit bien plus longtemps de jeter les roses et de faire comme si il n'était jamais entré chez elle par effraction...


(c) noctae



A THOUSAND YEARS
LOOKING FOR A WORLD
WAITING FOR A BIRD

⊹ CODE BY LIZZOU







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseur
Seamus C. O'Mordha
⚝Paroles Échangées : 19
⚝Localisation : // NORD L.A

Take me back to the flow | Sealish - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: Take me back to the flow | Sealish   Take me back to the flow | Sealish - Page 2 EmptyDim 27 Oct - 23:22



take me back to the flow

ailish & seamus

◊ ◊ ◊

Les mots tapent mon crâne. Je renonçais. J'avais décidé de vivre pour Toi. Cette décision, je l’avais prise tout ayant réfléchi à chaque aspect. Toi. Moi. Notre famille. Peut-être que finalement, elle n’a jamais voulu m'accorder une chance. Peut-être qu’elle ne faisait ça, que pour me renvoyer l’ascenseur, me donner de l’espoir pour mieux le briser en mille morceaux. J’avais peut-être eu un élan de colère, mais jamais, jamais, je n’avais porté la main sur elle. Jamais je n’avais été de ceux qui laissaient leur frustration se peindre sur le corps d’un autre. J’avais tenté de noyer, me noyer, dans ses litres d’alcool, car parler, lorsqu’on était chasseur n’était pas une chose que l’on apprenait. Non. On apprenait à se battre. On apprenait à pleurer seul. Voir, ne pas pleurer. Entériner chaque once d’émotions, car chacune d’entre elles pouvait nous déstabilisait lorsque le moment de tuer venait à se montrer. Les mots tapent. Encore. Prends le temps.. Pense à tout ce que ça veut dire, à nos familles, à ce que tu veux..  

La volonté était une chose primordiale, j’en savais quelque chose. Peut-être que cette volonté chez Ailish, celle de tenter à nouveau quelque chose, ne se montrerait plus. C’était certainement trop tard. Apprendre à aimer, c’était tellement plus difficile que de manier une hache ou tirer. C’était peut-être même impossible quand la priorité durant des années avait été de tuer plutôt que d’aimer. Est-ce que j’avais au moins une putain de chance dans toute cette histoire. Les sons tapent, ceux de ses talons. Je les entends partir. Le bruit résonne et tape ma cervelle. Quel con j’ai été de croire que tout ce que j’avais fait ici pouvait changer la donne. Je sortis une clope de mon paquet, fit rouler la roue de pierre et inspira lorsque l’extrémité du tube de tabac se mis à rougeoyer. Aegh me regardait, attendant, comme le bon soldat que j’avais entraîné, à recevoir le prochain ordre. Un léger coup de tête vers l’arrière suffit à lui faire comprendre qu’il était temps de partir. En deux foulées et un joli saut, le malinois reprit sa place au sol de la place passager. Il déposa d’ailleurs, une fois couché, le jeton violet. Je regardai la fenêtre légèrement éclairée, et tout en tenant entre mon index et mon majeur, ma clope, me pinça le nez tout en fermant les yeux. Je pris une grande bouffée de tabac et rouvris les yeux. Il était temps de rentrer. J’écrasai la clope à terre alors qu’elle n’avait même pas grillé jusqu’à la moitié et me retourna. J’ouvris la porte du pickup et pris place. Mes yeux tombèrent sur le jeton que je récupérai, et fourrèrent celui-ci dans l’une de mes poches.

Je mis le contact, prenant la route pour la maison de mes comparses américains. Ma vie était un joyeux bordel. Un avenir flou, un coeur certainement en miette, et pourtant, les mots que j’avais dit à cette rouquine, restaient, revenaient à la charge à chaque fois que je pensais à ce que je comptais faire. Mon coeur de Chasseur était mort lorsque mon frère avait rendu l’âme. À quoi bon continuer dans cette voie de toute façon ? De toute, j’avais l’argent pour recommencer. J’avais la possibilité de vivre comme je l’entendais, et ça, ce n’était réellement pas donné à tous. Je conduisais vers l’extérieur de la ville quand je fus dépassé par deux SUV noir, suivi de voiture de flics. Flics. Était-ce possible pour moi ? C’était échangé un métier d’assassinat pour celui de protecteur de cette communauté humaine pour lequel j’avais prêté serment. Je serais juste un chasseur sans Chasse non ?. N'était-ce pas une bonne solution compte tenu de mes capacités et de mon entraînement ? J’allais devoir faire mes recherches, mais pour le moment, un lit était la seule chose que je voulais.  
 

(c) oxymort




Come back, come back to me,
Because the angels hear me cry...
Take my heart, my love #c14211

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Take me back to the flow | Sealish - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: Take me back to the flow | Sealish   Take me back to the flow | Sealish - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Take me back to the flow | Sealish

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» I knew the pathway like the back of my hand . Le 24/12 à 14h
» 07. Back in the reality - this is not just ocean [CLOS]
» I fell apart but got back up again and then ▬ Nemesis & Ever
» ~ Back to Liverpool [Anabanana]
» Dans les brumes du Paradis [Flash Back]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Perfume of Blood :: Archives :: ♰ Archives :: RPS finis-