Le CrocoDeal du moment : -43%
Braun Tondeuse À Barbe BT3041
Voir le deal
28.59 €

Partagez
 

 Curieux hasard feat. Keon Quill

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Esprit
Albert Muranov
⚝Paroles Échangées : 112
⚝Localisation : Los Angeles

Curieux hasard  feat. Keon Quill Empty
Message# Sujet: Curieux hasard feat. Keon Quill   Curieux hasard  feat. Keon Quill EmptyLun 19 Aoû - 17:31

Curieux hasard

Downtown et ses tours à bureaux immenses, ses gratte-ciels sans limite et l’abondance de vie humaine se fichant les unes des autres en continuant leurs besognes  sans se douter une seconde de ce qui se passe réellement durant la nuit. Je sortais du Wilshire Grand Center avec mon costume sans cravate et mon visage sérieux, mais fatigué. Être Albert Muranov demandait une bonne dose d’énergie et surtout de temps supplémentaire au travail. Je n’allais pas me plaindre. Ce type avait un compte en banque immense et une vie tranquille depuis que j’avais envoyé son âme loin de son corps. Il était hors de question pour moi de coexister dans un corps avec une autre âme. Je voulais la place pour moi et moi seul.

Je regardais mon téléphone cellulaire dernier cris en triant mes courriels. Je poussais un long soupir. Un de mes clients poussait la note un peu trop, mais si je désirais le garder, je devais faire mousser son compte en banque et prendre les bonnes actions au bon moment.

Je suivais la masse dense de brebis jusque dans le métro de Los Angeles. Endroit hautement dangereux le soir et la nuit et étouffant durant les heures de pointe comme maintenant. J’étais dans ma bulle, je regardais peu les gens autour de moi. Je devais faire plusieurs arrêt avant de sortir du train souterrain. J’avais envie d’aller manger dans un bon restaurant dans le quartier Hollywood. Endroit rempli de vices, mais hautement divertissant en soi.

Une place assise se libéra près de la fenêtre. Je la prenais immédiatement en continuant de regarder mon appareil électronique. Je déboutonnais le premier bouton de ma chemise avec nonchalance. Il faisait toujours chaud dans ce fichu métro, surtout lorsqu’il y avait autant de gens dans ce dernier. J’étais si concentré à répondre à mes courriels que je me rendais compte que j’avais passé droit de mon arrêt après une vingtaine de minute. Je poussais un soupir. Ma réservation était pour 20h45 et il était 20h15. Je restais donc dans le wagon et relevais la tête quelques secondes pour me rendre compte que ce dernier était de plus en plus vide. La place à ma droite se libéra et je portais pas plus attention que ça.

Je continuais de garder les yeux sur mon appareil en écoutant plus attentivement les arrêts. Je ne voulais pas manquer ma réservation.
lumos maxima


Albert Muranov
   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Médium
Keon Quill
Keon Quill
Médium
⚝Paroles Échangées : 336
⚝Age : 31
⚝Localisation : Downtown

Curieux hasard  feat. Keon Quill Empty
Message# Sujet: Re: Curieux hasard feat. Keon Quill   Curieux hasard  feat. Keon Quill EmptyMar 20 Aoû - 2:09

Curieux hasard



Il se fait tard et en sortant du travail, Keon est bien pressé de rentrer chez lui. Habituellement, il en prend pour quarante-cinq minutes de marche jusqu’à son domicile. Il n’y a pas de petites économies et les transports en commun sont assez onéreux lorsqu’on les utilise quotidiennement. Il faut dire que lorsque l’on est aussi pauvre que les Quill, tout semble couter une fortune. Cependant ce soir, il pénètre les couloirs du métro de Los Angeles, sa femme ne travaille pas ce soir et ils passent trop peu de temps ensemble ses derniers temps, alors il souhaite rentrer chez lui le plus rapidement possible.

Il quitte Hollywood sans regret, cet endroit lui fait peur pour tout dire. C’est toujours un supplice pour lui que les quinze premières minutes de marches lorsqu’il quitte l’hôtel où il travaille. Les bras se succèdent sans pitié, les gens sont joyeux, même les sans abris sur un tas de cartons ou à pousser leur cadis ont leur petite bouteille d’alcool. Il doit résister à tout ça. Souvent, il fixe ses écouteurs sur ses oreilles, les branches sur son téléphone qu’il a rechargé au travail pour économiser quelques dollars d’électricité. Chose qu’il fit ce soir malgré le métro, il écoute des chansons que beaucoup trouveraient ringarde, il est un grand addict des grands du siècle dernier.

Se dandinant à moitié sur « Come and Get Your Love » de Redbone, il valide tout fièrement son ticket de métro, pas même obligé de voler ce soir non ! Il possédait déjà quelques ticket récupérés dans les chambres des clients qui lorsqu’ils quittent les lieux et qui laissent derrière eux des choses qui ne leur semblent plus utile une fois hors de Los Angeles.  Keon grimpa dans une rame de métro, resta debout, cet asticot turbulent ne tenant pas vraiment en place sagement assis, cependant quelque chose vint le contrarier. Une interférence encore... Il tente de bidouiller son téléphone, mais le grésillement de ses écouteurs manque de lui déchirer les tympans, il juge plus sage d’arrêter là. Son regard se balade car il sait que ce genre de problème technique, n’est pas uniquement du au fait que son téléphone prend de l’âge, mais bien souvent... Un ou des esprits.

Rien. Il marche avec prudence au travers du wagon, scrutant les plans qui se dessinent devant ses yeux, sa clairvoyance allait finir par le perdre un jour dans une de ces dimension, il s’y est déjà engouffré une fois, heureusement pour lui, il n’en a pas le souvenir. Il serait bien trop terrifié...

Il regarde cet homme si étrange, comme s’il y avait deux niveaux dans la même personne. Ce n’est pas possible, hein ? Il repense au fil de fer, ce mec dans le désert qui l’avait poursuivit... Oui, le même profil, sauf que cet homme là n’a pas l’air rachitique voir, zombifique.

Il ne sait pas si c’est une bonne idée, il vient d’offrir son talisman de protection à Hellebore et dieu sait à quoi il avait à faire ! mais il vint prendre place à la droite de l’inconnu. Assis, il se rend bien compte qu’il est plus petit et plus fin. C’est qu’il est rudement chic cet homme avec son costume, son joli teint et ses cheveux piqués d’argenté. Lui porte ce t-shirt beaucoup trop coloré dissimulé sous son parka fin de couleur kaki. « Euh... Salut... » Qu’il s’hasarde en piquant un fard, indéniablement impressionné par un homme tel que lui. Le canadien est quelqu’un de particulièrement sociable, cependant il se rabaisse très  facilement lorsqu’il se compare aux autres. « Vous... Vous n’avez pas des problèmes de réseau vous ? » Il montre l'écran de son téléphone à l’étranger pour montrer les lignes de couleurs qui traversent son écran de manière totalement incohérente.


lumos maxima


|/ Ode à l'anxiété

≈ Si ça se trouve c'est bourré d'oiseaux venimeux.
Y'en a des rouges, des jaunes, des re-rouges et des pourpres !
Y bouffent que des noisettes et des escalopes de veau.
Et quand ils vous donnent un coup de bec,
Vous voyez une grande lumière et ça vous donne la diarrhée !

Curieux hasard  feat. Keon Quill 1bbq
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit
Albert Muranov
⚝Paroles Échangées : 112
⚝Localisation : Los Angeles

Curieux hasard  feat. Keon Quill Empty
Message# Sujet: Re: Curieux hasard feat. Keon Quill   Curieux hasard  feat. Keon Quill EmptyMer 21 Aoû - 3:04

Curieux hasard

J’étais dans ma bulle. Je me concentrais sur les noms de station qui était lentement nommés au fur et à mesure que le temps passé. Je ne portais pas vraiment attention à l’homme qui s’assoyait près de moi, sur ma droite. C’était un inconnu comme des milliers que j’avais pus croiser dans ma vie. Du moins, c’est ce que je croyais. Je relevais un œil lorsqu’il me saluait en haussant un sourcil. Il avait l’air pratiquement négligé mais ce n’était pas une chose anormale. Ce n’était pas tout le monde qui avait la chance d’avoir le salaire que j’avais ainsi que la position sociale.

- Bonsoir…

L’homme à ma droite me montra son téléphone cellulaire dont l’écran semblait avoir de gros problèmes. Problèmes qui étaient de réseau selon ce dernier. Je regardais mon écran en le tournant vers lui. Une image de plage ornait le fond d’écran et était d’une banalité sans limite. L’appareil était le dernier sortis dans la gamme. Je regardais ensuite cet homme avec une attention plus particulière. Il me semblait familier. J’avais déjà vu ses traits quelque part.


- Non, mon réseau fonctionne parfaitement. Peut-être avez-vous échappé votre appareil ou l’avez-vous heurter quelque part?


Supposition débile. Les humains faisaient attention à ses petits jouets plus qu’à leur propre enfant. Je lui tendais mon appareil sans aucun soucis. Si ce dernier était un voleur, il pouvait bien partir avec. Annuler un téléphone prenait cinq minutes et j’en aurais un nouveau en moins de temps qu’il n’en fallait pour dire « café ».

- SI vous avez besoin de passer un appel, vous pouvez prendre le miens quelques minutes. Mes clients peuvent bien attendre le temps que vous utilisiez mon appareil. Nous sommes nous déjà croisé?


Je haussais un sourcil en me demandant s’il allait accepter mon offre. Elle n’était pas mauvaise, mais remplie d’honnêteté. Au fond, je me fichais bien des clients tant que j’avais suffisamment d’argent pour terminer de restaurer le Bâtiment Wilkins, c’était ça l’important.

- Je me nomme Albert Muranov et vous êtes?
lumos maxima


Albert Muranov
   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Médium
Keon Quill
Keon Quill
Médium
⚝Paroles Échangées : 336
⚝Age : 31
⚝Localisation : Downtown

Curieux hasard  feat. Keon Quill Empty
Message# Sujet: Re: Curieux hasard feat. Keon Quill   Curieux hasard  feat. Keon Quill EmptyMer 21 Aoû - 20:16

Curieux hasard



Keon sait pourquoi son téléphone ne fonctionne pas, mais il n’a pas envie d’accepter cette réalité, il voudrait seulement rentrer chez lui et s’il joue les innocents, peut-être que l’esprit qui se trouve dans le métro se détournera de lui. Sait-on jamais, ce n’est pas comme si ça avait fonctionné ne serait-ce qu’une fois, mais il aura essayé... L’homme affirme que le réseau n’a pas le moindre problème, le médium lorgne sur le téléphone de ce type qui le lui tend. C’est qu’il n’a pas peur ce gars là ! Keon est impressionné par une telle marque de confiance, il est lui-même naïf, mais pas au point de confier quelque chose de si cher entre les doigts d’un étranger rencontré dans le métro. C’est le royaume des pickpockets ici, tout le monde le sait parce que c’est comme cela dans toutes les villes équipées de ce genre de transport ! « Je pense surtout qu’il est très vieux, je suis loin d’avoir un modèle aussi récent que le votre. » Définitivement pas, il adorerait avoir ce genre de gadget, Keon est un petit geek à son niveau financier. Il joue en ligne à des jeux gratuits comme fortnite et télécharge illégalement les films de super-héros. Il a quelques t-shirt avec des logos de jeux, de films ou encore séries qu’il adore. C’est un grand enfant qui touche plutôt bien sa bille en informatique.

« Non je n’crois pas, j’me souviendrais de quelqu’un comme vous. » Enfin peut-être pas, après réflexion, il doit admettre voir beaucoup de gens et ceux fortunés il les rencontrait sur son lieu de travail. « Oh, je travaille dans un hotel de luxe sur Hollywood, peut-être vous y avez créché... Euh, séjourné. » Oui, parce qu’il faut essayer de ‘parler bien’ quand on est face à un type aussi chic. Il affiche un petit sourire confus, le téléphone de l’inconnu entre les doigts sans savoir quoi en faire au final... Il ne devrait pas contacter Violet par le biais de l’appareil d’un étranger – Albert Muranov d’ailleurs, c’est beaucoup trop dangereux... « Moi c’est Keon Qu... Quoi ?! » Il écarquille les yeux, car l’écran de l’homme se mit à faire exactement la même chose de le sien « Tabarnak ! Je suis terriblement confus, je... Tenez ! Je n’ai rien fais j’le jure... » Il s’affole un peu, il remet le boitier dans la main de cet Albert, mais se fige littéralement au contact appuyé de leurs mains. Pourquoi c’est si étrange... Tous ces poils se hérissent en signal d’alarme. Ses yeux se fixent dans le regard de l’homme d’affaire, ses pupilles tremblent légèrement « On s’est déjà vu, hein ? » Certitude, mais il n’en avait pas le moindre souvenir, le néant le plus total... Et si cet homme était un vampire ?

lumos maxima



HRP : Pour info, Kéké s’appelait encore Yorick à l’époque où il est allé faire sa balade dans les limbes, du coup ça ne sera pas forcement parlant son nom.


|/ Ode à l'anxiété

≈ Si ça se trouve c'est bourré d'oiseaux venimeux.
Y'en a des rouges, des jaunes, des re-rouges et des pourpres !
Y bouffent que des noisettes et des escalopes de veau.
Et quand ils vous donnent un coup de bec,
Vous voyez une grande lumière et ça vous donne la diarrhée !

Curieux hasard  feat. Keon Quill 1bbq
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit
Albert Muranov
⚝Paroles Échangées : 112
⚝Localisation : Los Angeles

Curieux hasard  feat. Keon Quill Empty
Message# Sujet: Re: Curieux hasard feat. Keon Quill   Curieux hasard  feat. Keon Quill EmptyDim 25 Aoû - 13:10

Curieux hasard

Je souriais à ce jeune homme qui semblait faire un effort incroyable pour bien tourner ses phrases. C’était à la limite mignon comme tout. Il parlait de son appareil qui semblait avoir vécu de meilleures jours. Je replaçais mon veston pour être à l’aise et croisais la jambe en le regardant dans les yeux.

- Le modèle le plus récent ne signifie pas que l’attachement qu’on lui porte est plus important. Souvent, les vieux objets, qu’ils soient électronique ou non, offre une valeur sentimentale immense et sans limite. Comme l’éternité d’une âme.

Il n’avait sans doute pas compris grand-chose à mon charabia de vieil esprit. Il disait qu’il se serait souvenu d’un homme comme moi. Étonnant, je n’étais ni une célébrité, ni un homme avec un statue haut placé dans cette ville. Je le laissais continuer à parler en regardant mon reflet dans la vitre. Cette ville avait tellement changé. Il fit par de délier la langue pour se nommer et je ramenais mon regard vers lui. Il avait prit l’appareil depuis un petit moment déjà.

- Je suis un homme d’affaire comme des milliers qui existent dans cette ville. Je ne pense pas avoir déjà séjourné dans un hôtel de Hollywood. Généralement, je dors à mon domicile. J’y suis très... attaché.

Soudain, le jeune Keon s’emballait et se confondait en excuse pour un téléphone? Je regardais l’écran qui semblait être en proie à la même connerie que le sien. Sans doute un problème avec la ligne de métro. Le signal devait être si mauvais que les appareils électroniques se déréglaient. À moins que ça ne soit moi? Je ne pensais pas dégager une aura aussi importante sans être sous ma forme astral.

- Mais je le sais bien que vous n’avez rien fait. Gardez ce téléphone.

Le cellulaire se retrouvait dans mes mains et il y avait eu un contact peau à peau. Je fixais les yeux de Keon Quill sans le lâcher d’une semelle. Un médium, je l’avais déjà vu dans les limbes. Maintenant le souvenir de lui était un peu plus clair. Il était bien différent et m’avait amené dans un hôpital.

- Oui monsieur Keon nous nous sommes déjà rencontrer mais pas dans un hôtel et votre nom n’était pas le même Keon.

Mon regard se bruma et je me tournais vers la vitre pour regarder mon reflet une fraction de seconde. Mon âme se dessinait en superposition du corps. Je reprenais le téléphone pour le replacer dans la poche interne de mon veston. Il semblait avoir une certaine peur de ma personne. Je ne voulais pas de mal à ce jeune homme, loin de là.

- Je ne vous ferai aucun mal. Le hasard semble nous avoir remis sur la route de l’un et de l’autre.
lumos maxima


Albert Muranov
   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Médium
Keon Quill
Keon Quill
Médium
⚝Paroles Échangées : 336
⚝Age : 31
⚝Localisation : Downtown

Curieux hasard  feat. Keon Quill Empty
Message# Sujet: Re: Curieux hasard feat. Keon Quill   Curieux hasard  feat. Keon Quill EmptyMar 27 Aoû - 6:39

Curieux hasard



Keon ne voulut pas vexer l’homme avec son histoire de sentimentalisme pour un téléphone, il n’était pas un homme matérialiste. Il ne possède rien, ça aide à aller dans ce sens. Les seuls objets de valeur à ses yeux sont la photo de sa mère et lui dans son portefeuille – mais également numérisée sur son portable car c’est un homme moderne – ainsi que son alliance. Le reste importe peu, il aime beaucoup de ses objets c’est vrai, mais pas au point d’y avoir un réel attachement. Et les choses lui conviennent parfaitement comme ça. Il ne peut pas comparer son téléphone à une âme, il en voit des âmes, et bien souvent, trop souvent. Keon sait que certains objets sont véritablement habités,  c’était même terrifiant. Le canadien se contente d’afficher un large sourire qui se veut fortement poli, avant de poursuivre la conversation.

Cela ne l’étonne pas vraiment qu’il ne soit pas du genre à aller à l’hôtel s’il a une maison, probablement une villa de luxe soit dit en passant, pas comme leur maison à eux. Cependant, il s’y sent bien sous ce toit, même si beaucoup de travaux restent à faire pour en faire un véritable petit nid d’amour. « Moi aussi j’ai une maison ! » Qu’il annonce tout fier, c’est que ça lui changeait de la caravane où il vivait avec sa femme, à se gratter comme un malade parce qu’il avait contracté  la gale. Autant dire qu’ils n’ont pas emporté beaucoup d’affaires du Canada et qu’il avait scrupuleusement suivit le traitement pour s’en débarrasser !

Seulement il déchanta rapidement lorsqu’il vit l’écran du téléphone partir en vrille ! Bon sang, ce qu’il peut être une catastrophe ambulante quand il s’y met ! Pourtant, en venant au contact de sa peau, le médium sent qu’en effet, ils se connaissent. Albert confirme, affirme même. Quand il lui annonce le connaitre de son passé, il blêmit. Son passé ne pouvait pas le suivre de si loin ! Le canadien ôte sa main, incapable de dire quoi que ce soit… Il a ce petit geste de recul, puis il se lève quand il voit son âme, ce… C’est un esprit ! Le médium n’a croisé que peu de possédé et cela lui fichait les jetons ! Il avait vu les esprits roder autour du corps de sa femme lorsqu’elle partait dans le plan astral, il ne leur fait pas confiance. « Je ne vois pas de quoi vous voulez parler. » Belle tentative, si seulement il n’était pas en train de fuir. Ses doigts instinctivement sur la cicatrice qui défigure sa gorge,  il faudrait qu’il perde cette manie, dès lors qu’on parlait du passé ou qu’il y songe beaucoup trop fortement. « Vous devez m’confondre avec un autre, j’suis désolé de… » Pourquoi est-ce qu’il l’a abordé ? Hein ? Pourquoi est-ce que ça avait été plus fort que lui, tout comme avec Louise ? Il met ça sur le compte des esprits, après tout, c’est toujours de leur faute, il ne peut pas leur faire confiance. Il s’éloigne, il est devant les portes automatiques, mais le wagon vient à peine de démarrer et il devra s’écouler encore quelques minutes avant le prochain arrêt.




lumos maxima


|/ Ode à l'anxiété

≈ Si ça se trouve c'est bourré d'oiseaux venimeux.
Y'en a des rouges, des jaunes, des re-rouges et des pourpres !
Y bouffent que des noisettes et des escalopes de veau.
Et quand ils vous donnent un coup de bec,
Vous voyez une grande lumière et ça vous donne la diarrhée !

Curieux hasard  feat. Keon Quill 1bbq
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit
Albert Muranov
⚝Paroles Échangées : 112
⚝Localisation : Los Angeles

Curieux hasard  feat. Keon Quill Empty
Message# Sujet: Re: Curieux hasard feat. Keon Quill   Curieux hasard  feat. Keon Quill EmptyMer 28 Aoû - 16:39

Curieux hasard

Ce pauvre homme était nerveux comme jamais. Il reculait en voyant mon âme dans le reflet de la vitre du wagon de métro. Je devais avouer que cette image devait être des plus troublantes, mais il avait visiblement un don pour la voir car peu de gens le pouvait. Il rejetait totalement l’idée que nous nous soyons déjà vu par le passé dans les limbes. Il portait sa main à sa gorge pour toucher une cicatrice. Un tic nerveux sans doute lorsque le stress et l’angoisse prenaient de l’ampleur. Je le laissais se morfondre en excuse sans vraiment réagir. Je le regardais faire avec toute sa nervosité maladive.

Il se levait pour aller devant les portes qui wagon. Coup de chance ou pas, ses dernières étaient closes et le métro se remettait en marche pour aller au prochain arrêt. De longues minutes allaient s’écouler pour ce jeune homme et je n’avais pas envie de le laisser comme ça. Je ne lui voulais aucun mal, loin de là. Certes, je pouvais me montrer excessivement perturbateur et agressif, mais généralement c’était uniquement avec les personnes qui osaient franchir la porte du bâtiment Wilkins sans y être invité. Je remettais mon téléphone portable dans ma poche intérieur avant de replacer mon veston d’un geste un peu sec.  Je soupirais longuement avant de me lever pour aller me placer derrière lui. Il pouvait voir mon âme dans la vitre parfaitement s’il levait les yeux.

- Je ne vous veux aucun mal monsieur Keon. Les esprits ne sont pas tous mauvais en tout temps.

L’âme à l’allure diffuse montrait un homme avec une vieille chemise qui semblait blanche, des pantalons d’époque ainsi que des bretelles qui retenaient ce dernier. J’avais une barbe de quelques jours et les cheveux placé comme Albert Muranov. Ma gorge était cependant tranchée et le sang avait coulé sur la chemise. Mon âme était grise et blanche sans vraiment de particularité.

- Vous semblez aller mieux. La dernière fois que je vous ai vu vous m’aviez amener voir votre corps dans un hôpital. Vous étiez bien mal en point. Qu’est-ce que vous tenez tant à fuir de cette façon? Est-ce moi ou votre passé que vous fuyez? Soyez assuré que je ne compte pas vous faire de mal. Je parle à peu de gens et j’en ai fait fuir des milliers au cours des années.

Je restais dans ma position avec les mains jointes en le regardant toujours. J’espérais qu’il n’allait pas me fuir, qu’il resterait pour discuter un peu. Ce jeune homme avait une vie difficile visiblement, si je pouvais être en mesure de l’aider, je le ferai. Amelia aidait toujours les jeunes gens qui en avait besoin. Que ce soit avec un petit boulot de course, une livraison, en donnant des surplus de nourritures ou de vêtements. Je le faisais un peu en sa mémoire, mais Keon m’intriguait également beaucoup.
lumos maxima


Albert Muranov
   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Médium
Keon Quill
Keon Quill
Médium
⚝Paroles Échangées : 336
⚝Age : 31
⚝Localisation : Downtown

Curieux hasard  feat. Keon Quill Empty
Message# Sujet: Re: Curieux hasard feat. Keon Quill   Curieux hasard  feat. Keon Quill EmptySam 31 Aoû - 17:16

Curieux hasard



Keon aurait été prêt à faire sa petite prière pour que les portes du métro veuillent bien s’ouvrir à nouveau avant de décoller de la station, mais c’état trop tard. Il a déjà vu des esprits dans des corps, mais aucun d’eux n’avait parlé de son passé, du moins pas ici. Le médium est terrifié, il tente de se contrôler, mais sa peur est plus que palpable. Il n’a jamais été doué pour dissimuler ses émotions, fait qui n’est guère étonnant de la part d’un si mauvais menteur. Il voit clairement le reflet dédoublé de son interlocuteur, lentement il pivote, entendant résonner lourdement dans sa boite crânienne ses pulsations cardiaques. Il fit à nouveau face à l’homme qui debout était bien grand, le forçant quelque peu à lever la tête pour le regarder directement dans les yeux.

« Les esprits me demandent toujours de faire quelque chose pour eux et parfois, ce ne sont pas des bonnes choses. » Non loin de là et puis, comment il l’a eut ce corps ? Il l’a forcement volé à quelqu’un, comme tous ceux qui rodent toujours de sa femme lorsqu’elle part dans le plan astral. Ils lui ont peur, il est terrifié à l’idée qu’ils lui volent la femme de sa vie un jour. Et cet esprit ne le rassure pas, cette chemise pleine de sang, la gorge tranchée. Le médium ne peut pas s’empêcher de continuer de toucher sa cicatrice, mais ça ne parvient que faiblement à le calmer malheureusement.

Il dégluti bruyamment sa salive alors qu’Albert lui parle, comme s’il devait se souvenir de quelque chose. L’amener à son corps à l’hôpital ? « Je... Je regrette, mais j’ignore de quoi vous parlez... » Il était sincère, véritablement. Il ne garde aucun souvenir de l’entre deux, sa mémoire avait verrouillé ce souvenir pour le protéger certainement, bien qu’il est impossible de savoir quand il sera prêt à faire front. « Je ne vous ai jamais conduit nulle part, je... Oui... J’étais à l’hôpital, mais je ne vous ai pas vu... Enfin non j’y... Etais pas. » Son odieux mensonge lui fait monter le rouge aux joues. Qu’est-ce qu’il fuit ? Aussi bien les esprits que son passé pour tout dire ! Il dévie son regard, honteux, mal à l’aise, vulnérable avant tout. « Ce n’est pas vous, mais monsieur, je n’ai aucun souvenir de vous avoir vu Ni même... Votre fantôme. Je ne comprends pas... Qu’est-ce que vous savez ? » Voir Yorick refaire surface lui fait peur, il ne veut pas avoir de problème, Violet semble si épuisée ces derniers temps, il n’a pas la moindre envie de lui ajouter et il ne peut pas s’empêcher de se sentir responsable. « Qu’est-ce que vous voulez ? » Après tout, il sait d’expérience que les esprits ont toujours quelque chose à demander. Il est si méfiant, impossible d’ignorer qu’il cherche à cacher quelque chose, un secret qu’il se doit de protéger, une vérité trop grande qui ronge son quotidien. Et pourtant, c’était si injuste. Ce sont eux les victimes, mais c’est à eux de se cacher, de ne plus vivre.
lumos maxima


|/ Ode à l'anxiété

≈ Si ça se trouve c'est bourré d'oiseaux venimeux.
Y'en a des rouges, des jaunes, des re-rouges et des pourpres !
Y bouffent que des noisettes et des escalopes de veau.
Et quand ils vous donnent un coup de bec,
Vous voyez une grande lumière et ça vous donne la diarrhée !

Curieux hasard  feat. Keon Quill 1bbq
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit
Albert Muranov
⚝Paroles Échangées : 112
⚝Localisation : Los Angeles

Curieux hasard  feat. Keon Quill Empty
Message# Sujet: Re: Curieux hasard feat. Keon Quill   Curieux hasard  feat. Keon Quill EmptyDim 15 Sep - 18:50

Curieux hasard

Ce pauvre garçon, il était dans un tel état de stress. Il avait sans doute dut en voir de toutes les couleurs. Certains médiums développaient une crainte extrême du monde extérieur et sombraient dans la folie. J’espérais que ça ne serait pas le cas de ce pauvre homme. Il craignait que je ne lui demande quelque chose de malsain, mais il n’en était rien. Être un esprit avait quelque chose de particulier mais l’isolement me pesait et voir un visage familier m’avait en quelque sorte rassuré. Je ne lui voulais pas de mal et surtout je n’avais aucune demande à lui faire. J’avais tout dans un certain sens. J’avais désormais de l’argent pour entretenir le Bâtiment Wilkins adéquatement et lui rendre sa splendeur d’antan. C’était une chose onéreuse et les artisans que j’employais ne se plaignaient jamais. Je les payais grassement même lors de leurs jours de congé. Je mettais mes mains dans mes poches en prenant une grande inspiration pour lui répondre.

- Je ne sais que peu de choses sur vous. Je sais simplement que vous m’avez amené à votre corps rien de plus. Vous étiez dans un état lamentable, j’espère simplement que vous allez mieux depuis même si je constate que physiquement c’est le cas.

Je prenais une pause en regardant mon propre reflet dans la vitre du wagon. Ma mort avait été violente et se voyait sous ma forme spectrale. Je ramenais mon regard rapidement sur Keon. Je n’avais pas envie de me remémorer ma mort. J’étais noyé dans l’alcool et la dépression ce soir là. J’étais au bord du désespoir et le remord me rongeait les sangs et avait consommer mon âme comme jamais. Amelia me manquait et j’avais décidé, impulsivement, d’en finir avec la vie avec la plus violente des façons. Je m’étais placé devant le miroir avec un couteau de cuisine bien aiguisé dans la main droite. Je me regardais avec le désespoir sans fin dans les yeux et d’un coup, je m’étais ouvert la gorge d’un côté à l’autre. Mon sang chaud avait alors giclé sur le miroir et couler abondamment sur ma chemise. La première chaleur que je ressentais depuis la mort de ma femme deux ans plus tôt.

- Je ne veux pas grand-chose, simplement discuter. La solitude me pèse et j’ai peu la chance de converser avec quelqu’un qui me voit tel que je suis et non comme un simple riche homme d’affaire courtier en bourse. Je comprendrais que vous refusiez mais sachez que je serais heureux d’une simple conversation autour d’un repas ou d’un verre que je vous offrirais. Les banalités de la vie courantes sont parfois utiles dans les conversations de ce genre. Je n’ai rien à vous demander Keon.
lumos maxima


Albert Muranov
   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Médium
Keon Quill
Keon Quill
Médium
⚝Paroles Échangées : 336
⚝Age : 31
⚝Localisation : Downtown

Curieux hasard  feat. Keon Quill Empty
Message# Sujet: Re: Curieux hasard feat. Keon Quill   Curieux hasard  feat. Keon Quill EmptyLun 7 Oct - 22:07

Curieux hasard



Le passé est beaucoup trop proche, Keon peut sentir son souffle menaçant sur sa nuque. Il veut protéger sa femme, ce n’est pas que la mort qui lui fait peur. Mais les torture qu’ils lui feront, ils vont la découper vive après lui avoir fait du mal, l’avoir violé peut-être. Qui sait de quoi ils sont vraiment capable ces monstres ? Keon ne supporte pas cette idée, ça lui donne la nausée, des vertiges, il se sent si mal, terrifié même.

Il touche sans cesse sa cicatrice, son coeur bat si vite que ça lui fait mal. Terriblement mal, c’est insoutenable. Le médium écoute les mots de l’homme, il regrette tant… C’est lui qui est venu s’asseoir à côté de l’autre, il s’est montré une fois de plus, terriblement imprudent.

Les mots de l’esprit le surprenne, il comprend que celui-ci se sent seul. Terriblement seul. IL n’ose imaginer en effet, mais il ignore avant tout ce qu’il doit faire. Il est divisé entre son instinct qui lui dit de prendre la fuite et l’autre qui a pitié, qui est curieux de savoir.

- C'est vrai oui. Je… Je sais que je suis pauvre, mais on ne peut pas m’acheter, monsieur. On ne peut plus m’acheter.

Oui, c’est fini cette époque.
Il veut laisser ça derrière lui, il veut une vie meilleure où il n’est pas une marchandise, c’est ce dont il rêve tant. Keon a le terrible sentiment de voir son rêve s’évanouir à cause de cet homme, si l’on peut l'appeler un homme…

- Si… Si vous promettez de ne parler à personne de… De ce que vous avez cru voir. J’accepte… Mais s’il vous plaît, ne… J’essaie d’avoir une vraie vie. Comme vous j’imagine, avec ce corps, pas vrai ?

Il ne sait pas qu’il est aussi une menace pour l’homme, qu’il pourrait dénoncer un cas de possession, après tout, c’est ça qu’il s’est passé. Keon en a conscience, mais lui, il ne sait pas exorciser, il n’a pas une bonne maîtrise de ses pouvoirs.
Il en est l’esclave la plupart du temps…

Il soupire, parvient à se détendre quelque peu. Sa main retombe le long de son corps, il se sent vulnérable, mais comme bien souvent après tout. Il déglutit avec difficulté, le wagon s’arrête à la nouvelle station, mais il ne s’enfuit pas par la porte, il choisi de rester. Ils ont probablement des choses à se dire, Keon a besoin de savoir ce que l’inconnu sait sur lui avant d’en parler à Violet, avant de l'inquiéter encore plus.

- Où va-t-on ?


lumos maxima


|/ Ode à l'anxiété

≈ Si ça se trouve c'est bourré d'oiseaux venimeux.
Y'en a des rouges, des jaunes, des re-rouges et des pourpres !
Y bouffent que des noisettes et des escalopes de veau.
Et quand ils vous donnent un coup de bec,
Vous voyez une grande lumière et ça vous donne la diarrhée !

Curieux hasard  feat. Keon Quill 1bbq
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Curieux hasard  feat. Keon Quill Empty
Message# Sujet: Re: Curieux hasard feat. Keon Quill   Curieux hasard  feat. Keon Quill Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Curieux hasard feat. Keon Quill

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Perfume of Blood :: Los Angeles :: ♰ Downtown of L.A-