Partagez
 

 Ca commence toujours... par un café

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sorcier
Karl Fitzgerald
⚝Paroles Échangées : 438
⚝Age : 43
⚝Localisation : quelque part à LA

Ca commence toujours... par un café - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: Ca commence toujours... par un café   Ca commence toujours... par un café - Page 2 EmptyDim 8 Déc - 23:10




Karlabert



Ca commence toujours par un café.



Je crois qu'il ne faut jamais être fermé aux rencontres et je revendique la sociabilité comme une valeur que l'on devrait toutes et tous partager. Oui, ainsi, vous êtes tentés d'imaginer que je suis dans le meilleur des cas, un utopiste convaincu ou à l'inverse un indécrottable naïf. Et j'imagine que même du côté de mon Coven, certains se demandent encore comment quelqu'un d'aussi aimable pour avoir la poigne nécessaire pour tenir toute une institution vieille de plusieurs siècles ? Moi-même, lorsque j'ai commencé, je me suis posé la question. Je redoutais même de devoir renoncer à mes valeurs pour rentrer dans le moule imperméable des régents. Pour moi la gentillesse est bien plus qu'une valeur et une force, je considère cela comme un héritage qui m'a été légué par ma mère elle-même détentrice de cette gentillesse. Elle se plaisait à voir du bon en chaque personne et j'imagine que c'est ce qui l'a poussé vers mon père. Là où les autres y voyaient une cause perdue, elle a su voir la lumière sous les ténèbres. Mais ne vous y trompez pas, j'ai beau être gentil et sociable, je peux aussi me montrer sévère et rude quand il le faut et par les temps qui court, ce n'est plus occasionnel. Et je dois reconnaître que cela fait longtemps que je n'ai pas pris le temps de simplement me poser, loin du tumulte de mes responsabilités, pour converser avec un parfait inconnu. Ce type, Albert était agréable, autant que notre échange, avant qu'il ne soit, disons-le, pollué par la magie.

« - Red House est une institution pour les sorciers et les êtres surnaturels » Et j'avais à coup sûr, si ce n'était pas un sorcier, un être de cet acabit face à moi. « - Je ne me m'éprends pas, n'ayez crainte. » La conversation redevenait agréable, du moins avant que nous évoquions « un sujet » qui l'était moins au demeurant. « - Hum...La reine des abeilles est, je trouve, un surnom qui lui va bien. Et je ne peux qu'attester son franc parlé. Indéniablement, elle pique comme une abeille. Mais il en faut, avec toutes les responsabilités que nous avons, un fort caractère n'est pas de trop. Quant à Dieu, pardonnez-moi, mais je pense qu'il a d'autre chose à faire, s'il existe, que de se pointer sur terre pour nous faire la causette. Mais permettez-moi de faire preuve de curiosité. Vous me semblez parler avec l'expérience d'un homme qui a vécu. Vous avez quel âge si ce n'est pas trop indiscret ? » Je n'étais pourtant pas du genre à être trop curieux, mais j'avais comme l'impression que pour faire avancer notre conversation, il me fallait poser quelques questions. « - Si vous me trouvez trop indiscret, dites-le, je ne m'en offusquerai pas » Il avait tout à fait le droit de le prendre mal. C'était quelque peu intrusif comme type de question, surtout pour une personne que l'on ne connaît que depuis quelques minutes.

Mais de toute évidence, il lui en fallait plus pour s'offusquer puisqu'il me demanda si je croyais aux êtres de la nuit. « - Les êtres de la nuit ? » Le terme ne m'était pas inconnu, mais je peinais à définir l'appellation. Parlait-il des ténèbres inhérentes aux pratiquants de magie noire ou avait-il évoqué des créatures dont je n'avais connaissance ? Par chance, l'homme n'était pas avide en précision et finit par lâcher en plus des précisions, la véritable problématique de notre sujet. « - Vous pensez que les fantômes sont des êtres affiliés aux ténèbres ? N'est-ce pas une vision réductrice ? J'ai quelques amis médiums dans mon entourage. Pour certains, les conversations avec les esprits ne sont pas de tout repos. Il m'est même arrivé de percevoir leur présence. Donc oui, par la force des choses, je suis bien forcé d'admettre que j'y crois. Je suis un sorcier mon ami. Et vous, qu'est-ce que vous êtes exactement Albert ? »


(c) DΛNDELION


I'm in love and always will be



color=#186157
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit
Albert Muranov
⚝Paroles Échangées : 105
⚝Localisation : Los Angeles

Ca commence toujours... par un café - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: Ca commence toujours... par un café   Ca commence toujours... par un café - Page 2 EmptyLun 9 Déc - 3:30




Karlabert



Ca commence toujours par un café.


Le régent de Red House était un homme prudent et je ne pouvais que le comprendre. Il n’avait absolument aucune idée de qui j’étais et qu’elles étaient mes intentions. Il me parlait des fantômes et de mon opinion réductrice selon lui envers ces derniers. Si seulement, les gens savaient ce qui se trouvait dans mes limbes. C’était plus que des âmes en peine et perdu. C’était le néant et la souffrance permanente. Une chose que je ne voudrais pas infliger à mon propre ennemi. La mention des mediums me donnait froid dans le dos et je massais mon cou en tournant la tête légèrement. Fichus tensions qui ne partaient jamais. Il posait finalement la question de plein front et j’en étais étrangement heureux.

- Ce ne sont pas tous les esprits et les fantômes qui sont bons Karl. Certains sont avides de pouvoirs et de cruauté. Lorsque l’on meurt notre âme peu restée prise entre deux mondes et nous nous retrouvons dans les limbes. Je ne souhaiterais ce sort même pas à mon pire ennemi. Il s’agit d’un endroit que même le plus valeureux des cowboys de l’Ouest ne voudrait aller.

Je buvais une gorgée de café et je me tournais vers Karl Fitzgerald. Les lumières flashèrent dans le petit café comme si une baisse de courant intense avait eu lieu. Je n’étais pas mauvais. Du moins, je ne me voyais pas comme tel. Je le regardais dans les yeux pour parler calmement.

- Je suis l’un de ceux dont l’âme n’a jamais réellement quitté cette terre car ma tâche en ce monde n’est pas accompli. Je suis de ceux qui vous donne les cauchemars la nuit ou que vous croyez voir au détour d’une fenêtre. Ceux qui font dérailler les engins électronique à cause des ondes qui interfèrent. Je suis de ceux qui ont perdu un être cher et qui ne peuvent pas partir car la douleur est trop intense même après plus de 150 ans … Je suis un fantôme Karl.

Je marquais une légère pose sans lâcher son regard.

- J’ai vu cette ville naître et grandir. J’ai vu White Chapel et Red House grandir.  J’ai vu les anges partir et les ténèbres prendre le dessus sur tout. Les ténèbres ont toujours été là Karl. Elles sont dans les hommes au plus profond d’eux. Dieu ne nous a pas créer à son image et il m’a abandonné en laissant cet homme tuer ma femme dans ma propre maison. Je peux vous fournir des réponses sur le passé dans une certaine mesure, mais pas toutes j’en ai bien peur. Je cherche à garder mes biens comme ils sont … Les gens ont oublié les fondements de cette ville. La conquête de l’ouest et la recherche d’or. Le soleil se couchant dans le désert avec les amérindiens qui foulaient cette terre avant nous.

J’étais nostalgique dans mes paroles. Cette époque révolue me manquait… Amelia me manquait … Mais peut-être avais-je près de moi, le premier ami que je pourrais avoir depuis plus de 150 ans de silence lourd.
(c) DΛNDELION


Albert Muranov
   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcier
Karl Fitzgerald
⚝Paroles Échangées : 438
⚝Age : 43
⚝Localisation : quelque part à LA

Ca commence toujours... par un café - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: Ca commence toujours... par un café   Ca commence toujours... par un café - Page 2 EmptyDim 29 Déc - 0:39




Karlabert



Ca commence toujours par un café.




Karl, durant sa folle jeunesse et avant de croiser la route de Lyanna Johnston, passait le plus clair de son temps, dans la bibliothèque de l'académie pour parfaire son savoir et découvrir de nouvelles choses. Il aimait aussi s'intéresser aux autres créatures qui peuplaient – et peuplent encore – ce monde. Tout y était passé, les légendaires, les animorphes, les vampires, les lycanthropes, les démons et bien sûr les esprits. Des créatures au combien fascinantes qui peuplaient bien des ouvrages et qui faisaient la part belle à tout autant d'œuvres fictionnelles. Dès lors et avec une imagination aussi fertile que celle de Karl à cette époque, il était facile de se perdre dans le fantasme. Par chance, le régent avait aujourd'hui face à lui, la personne adéquate pour discerner le faux du vrai et permettre ainsi au sorcier d'en apprendre un peu plus sur les esprits. « - On le sait, tout n'est pas noir ou blanc et j'imagine que même pour les esprits, le gris est une couleur adéquate. Je vous avoue avoir lu beaucoup de choses, quand j'étais jeune. J'étais du genre curieux, enfermé dans la grande bibliothèque de Ravenwood, bien décidé à étayer ses connaissances. Mais de vous à moi, c'est bien la première fois que je fais face à un véritable connaisseur. Certains sorciers sont aussi cruels et avides de pouvoirs malheureusement et pour eux, la destinée semble moins funeste. La mort est déjà une punition, je trouve ça rude de s'imaginer prisonnier de la sorte, entre deux mondes. » Un constat qui l'ébranla un peu plus lorsqu'il se surprit, pour une raison étrange, à penser à sa propre mère. « - Mais dites-moi, les esprits qui perdurent ici, sur ce plan, sont des êtres qui n'ont pas achevé leurs tâches sur terre, c'est ça ? Je me suis toujours posé la question, sans avoir de réponse. » Il se sentit soudainement bien naïf, assez pour regretter d'avoir laissé ses pensées quittaient sa tête. Puis quelque chose d'étrange se passa, l'intensité de la lumière sembla s'amoindrir l'espace d'un instant et dans le regard de l'homme au patronyme russe, quelque chose éveilla la curiosité de Karl, avant que la lumière ne cesse de défaillir. Le régent imita alors son interlocuteur et vida sa tasse de moitié avant de faire signe à l'une des serveuses en service pour qu'elle lui serve un autre café tandis qu'Albert acceptait de se livrer un peu plus. Une entreprise qui fit plaisir à Fitz et qui lui permit d'enfin avoir une réponse à la question posée précédemment.

« - Voilà donc les esprits ne peuvent se résoudre à quitter la Terre, tant qu'ils n'ont pas accomplis tout ce qui leur reste à faire ! » Mais l'homme alla plus loin en consentant à dévoiler sa véritable nature attisant encore plus la curiosité de Karl. « - Vous semblez si réel, vous avez un corps, une vie, une existence, on vous voit...C'est fascinant » Mais cela l'attrista aussitôt. Sa mère était peut-être elle aussi un fantôme errant entre les limbes ou jouant bien malgré elle, le même rôle qu'Albert. « - Mais... vous n'avez pas l'air d'être mauvais et je peine à vous imaginer torturer l'homme des gens la nuit durant en les affublant de cauchemars ou en faisant dérailler des engins électroniques. » Cela n'avait pas de sens pour lui et il espérait se tromper plutôt que d'imaginer sa mère agir de la sorte, si d'aventure elle aussi était un fantôme. « - Mon père, l'ancien régent, a été confronté aux ténèbres lui aussi, mais il est parvenu à s'en sortir, preuve que même si elles nous habitent, nous pouvons vaincre leur emprise. Je suis un grand optimiste, malgré ce que j'ai vécu. Je voudrais juste savoir une chose et c'est le plus important. Je ne vous alourdirai pas ensuite de tout un tas de questions, soyez en rassuré. » Le sorcier attrapa sa nouvelle tasse de café, préalablement posée devant lui quelques secondes auparavant et l'en délesta de plusieurs gorgées. « - Ma mère chassait les ténèbres, littéralement. C'était une grande sorcière, qui a fait beaucoup de bien de son vivant. Elle nous a quitté, il y a plus de vingt ans, mais j'ai la conviction profonde qu'elle n'est pas morte dans un accident de voiture comme on s'est évertué à nous le faire croire. Je pense que les ténèbres ne sont pas étrangères à cela. Est-ce que vous croyez qu'elle...qu'elle aurait pu devenir un fantôme ? Et si c'est le cas, est-ce que cet état est susceptible de transformer en bonne âme ? » Jamais encore, excepté avec son père et Ezechiel Draven, Fitz n'avait évoqué cette histoire, et même s'il ne connaissait Albert que depuis peu, il avait l'intime conviction, qu'il pouvait lui faire confiance, fantôme ou pas. « - Vous avez l'air d'être quelqu'un de bien Albert, même si je ressens en vous une profonde souffrance. »

(c) DΛNDELION


I'm in love and always will be



color=#186157
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit
Albert Muranov
⚝Paroles Échangées : 105
⚝Localisation : Los Angeles

Ca commence toujours... par un café - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: Ca commence toujours... par un café   Ca commence toujours... par un café - Page 2 EmptyMar 31 Déc - 17:15




Karlabert



Ca commence toujours par un café.


Les choses que nous ignorons nous amènent à nous poser des questions sur la vie ainsi que sur le mort. Les fantômes ou les esprits sont des êtres qui ne peuvent pas partir de ce monde tant que leur tâche respective n’a pas été accomplie. Karl Fitzgerald semblait avoir étudié de nombreuses pistes lors de ses études. Les autres créatures avaient quelque chose d’absolument captivants. Je ne pouvais que comprendre la curiosité de l’homme en face de moi. Je souriais à sa question concernant les tâches des esprits. C’était un sujet que je maîtrisais plus que bien avec les années.

- Vous avez effectivement la piste adéquate concernant les esprits Karl. Tant que notre tâche n’est pas achevée, il nous ait impossible de regagner le ciel ou les enfers. La mienne durera sans aucune doute éternellement. L’éternité est une chose longue et infini qui peut devenir épuisante. Une promesse que l’on a faite, que l’on a oublié et qui au final nous fera souffrir beaucoup plus que l’on ne pouvait le croire.

Le régent de Red House se dévoilait à moi. Un parfait inconnu devant un café. Il faut dire que rencontrer un esprit était une chose plutôt rare et qui plus est, un esprit qui ne cherchait pas à faire le mal ou à nuire aux autres. J’étais du genre très calme comme fantôme. Je faisais mes petites affaires calmement de mon côté en évitant de me mêler aux autres. Je ne voulais surtout pas tomber sur un exorciste qui se ferait un plaisir de me renvoyer dans les limbes. Je commandais également un second café qui arrivait en même temps que celui de Karl Fitzgerald. Je buvais lentement une gorgée de ce dernier.

J’avais l’impression d’avoir un jeune homme qui venait de perdre sa mère devant moi. Je ne pouvais que comprendre la douleur qu’il pouvait ressentir. La perte d’un être cher est quelque chose de difficilement surmontable dans un certain sens. J’écoutais chacune de ses paroles avec attention avant de lui répondre. Je voulais peser mes mots et ne pas lui dire de bêtises ou lui donner de faux espoir.

- Je suis navré pour votre mère. Je me doute que la perte de cette dernière à dut être une immense source de chagrin et un déracinement profond pour vous. J’ai vécu une chose semblable avec la mort de ma femme. Votre mère aurait pus devenir un fantôme, c’est là une chose possible si elle considérait ne pas avoir terminé une tâche sur cette terre. Savoir si elle se trouve dans les limbes ou si elle a prit possession d’un corps est cependant un mystère. Je crois cependant, que si elle serait dans un corps vous le sauriez depuis longtemps. Nous revenons sur les lieux importants pour nous ou vers les gens que nous aimons profondément. Nous voulons les protéger même après notre départ.

J’évitais soigneusement de parler de ma souffrance. Elle était permanente et ne partirait jamais. Pour moi, il était impossible que je me remettais de la mort de ma belle et charmante Amelia. Je me contentais de sourire avant de prendre une autre gorgée de café.

- Si vous le souhaitez … Je pourrais parcourir les limbes pour vérifier si votre défunte mère y est présente … Il faut cependant des sorts de protection et s’assurer que mon corps reste en bon état durant ce temps. Aucun esprit ne viendra la prendre ou encore un démon, mais il a besoin de soins si je m’absente trop longtemps.
(c) DΛNDELION


Albert Muranov
   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcier
Karl Fitzgerald
⚝Paroles Échangées : 438
⚝Age : 43
⚝Localisation : quelque part à LA

Ca commence toujours... par un café - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: Ca commence toujours... par un café   Ca commence toujours... par un café - Page 2 EmptyJeu 2 Jan - 22:46




Karlabert



Ca commence toujours par un café.




C'était tellement fascinant, que cela en devenait déroutant. L'homme qui faisait face à Karl maîtrisait son sujet comme personne et semblait pourvu de réponses pas accessibles au commun des mortels. Qu'était-il exactement ? Une question qui revenait sans cesse dans l'esprit de Fitz qui n'était pas encore au fait de la véritable nature de son interlocuteur. Pour l'heure, ce dernier consentait à lui offrir quelques réponses, sûrement pour enrichir un peu plus la conversation et inconsciemment entretenir le mystère et la fascination inhérente à tout ce qui attrait au monde des esprits. « - Alors ce ne sont pas juste que des rumeurs ? Un esprit peut se retrouver éternellement sur terre ? N'est-ce pas la pire des punitions que de passer l'éternité sur cette planète ? » Ca le révulsait de s'imaginer sa mère, prisonnière pour l'éternité de ce monde qui l'avait fait si injustement disparaître. L'expression sur son visage parlait pour elle, il était troublé et regrettait presque d'avoir posé autant de questions pour avoir des réponses si déstabilisantes à l'arrivée. « - Je suis désolé pour toutes ces questions, c'est malpoli, je dois reconnaître » commença-t-il pour mettre un terme au silence qui lui était d'ordinaire insupportable dans une conversation et sentant qu'il avait face à lui quelqu'un de confiance, le régent laissa entendre quelques éléments de son histoire qui de ce fait, justifieraient cette soudaine curiosité pour le monde des esprits. « - Ne soyez pas désolé, vous ne pouviez savoir. Cela s'est passé il y a longtemps » Il but une nouvelle gorgée, une façon pour lui de se focaliser sur autre chose que l'alimentation de ses théories les plus folles concernant le devenir de sa mère. Malgré tout et avec une grande bienveillance, Albert qui fit entendre que lui aussi avait été confronté à la perte d'un être cher et à la souffrance ressentit « - J'en suis désolé, je n'ose imaginer ce que cela doit être que de perdre l'amour de sa vie » Le sien vivait encore et il ignorait que pour assurer la pérennité de son coven et de celui de White-Chapel, on les avait ensorcelés pour les poussaient à se séparer.

« - Et si... si on l'a assassiné ? Je pense que ma mère n'est pas morte dans un accident de voiture comme on s'est évertué à nous le faire croire. Mais ça n'a pas de sens, comme vous dites si elle avait pris possession d'un corps, elle me l'aurait fait savoir. Alors peut-être que... » Il n'eut pas le loisir d'achever sa réflexion qu'Albert, le sourire aux lèvres, lui coupa l'herbe sous le pied en lui faisant savoir qu'il pouvait vérifier si Madame Fitzgerald se trouvait dans les limbes. Une proposition qui sortit Karl de sa torpeur et fit émerger une once d'espoir dans son regard aux couleurs de l'océan. « - Je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour vous assurer la protection adéquate et tout ce dont vous aurez besoin avant et après cela va de soi. Je sais que c'est peu orthodoxe comme demande, mais je crois que j'ai besoin de savoir. Je ne supporterai pas de savoir qu'elle souffre et qu'elle est condamnée pour l'éternité dans un quelconque purgatoire. Ma mère était vraiment quelqu'un de bien, altruiste, généreuse, une magnifique sorcière qui aurait contribué à faire de grandes choses. Et c'est ce que je m'efforce d'accomplir pour elle, pour sa mémoire. Je suis ravi de vous connaître Albert, vraiment. Vous n'êtes pas obligé de répondre à la question que je m'apprête à vous poser, mais j'ai quand même bien envie de vous demander depuis combien de temps vous êtes mort ? »


(c) DΛNDELION


I'm in love and always will be



color=#186157
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit
Albert Muranov
⚝Paroles Échangées : 105
⚝Localisation : Los Angeles

Ca commence toujours... par un café - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: Ca commence toujours... par un café   Ca commence toujours... par un café - Page 2 EmptyDim 5 Jan - 14:43




Karlabert



Ca commence toujours par un café.


J’avais l’impression d’avoir devant moi le jeune homme qui avait perdu sa mère quelques jours auparavant. Je ne pouvais que comprendre sa douleur. J’avais moi-même énormément souffert de la mort de ma femme et j’avais chercher cette dernière dans les limbes, mais le fait était qu’elle était partie rejoindre un monde meilleure. Elle n’était pas resté près de moi, elle avait accompli son devoir sur cette terre malgré un départ prématuré. Je lui en avais voulu un moment avant de me faire une idée. Le deuil restait cependant toujours palpable. Il était impossible d’oublier ceux que l’on aimait profondément, je ne le savais que trop bien.

J’avais semé l’espoir dans l’esprit de Karl. Le regard de ce dernier avait changé. Ma proposition était périlleuse. Aller dans les limbes n’était pas une mince tâche. Mon corps serait vulnérable aux attaques extérieures, mais par chance je savais comment le protéger pour empêcher les démons et les autres esprits de prendre possession de ce dernier. Mon regard devenait déterminé à mesure que le régent de Red House parlait. Je voulais l’aider, même si pour l’instant il ne restait qu’un inconnu. J’avais trop longtemps regarder le temps passer et les événements sans intervenir. Je me devais de faire quelque chose et de m’inclure dans le monde fantastique de Los Angeles. Je me garderais cependant de divulguer ma véritable identité … Je ne voulais pas être exorcisé.

- Je vérifirai si elle est dans les limbes pour vous. Le processus prendra au moins une nuit entière si ce n’est deux. Nous devrons trouver un endroit tranquille dans le cas échéant. Un corps « vide » à la fâcheuse tendance à attirer les problèmes si vous voyez ce que je veux dire.

Je sortais une carte personnelle de mon veston. Pas celle de mon travail. Celle avec mon numéro de portable privé. Je la tendais au régent de Red House avec un petit sourire.

- Vous pouvez m’appeler quand vous le désirez. Je ne dors que très peu en fait. L’insomnie est un peu ma maladie.

J’hésitais à lui répondre concernant mon décès, mais finalement je le faisais. J’avais confiance qu’il ne m’exorciserait pas.

- Je suis mort depuis plus de 150 ans. Laissez moi vous dire que j’ai eu le loisir d’observer cette ville longtemps et de la voir évoluer. Les choses ne sont plus ce qu’elles étaient avant. À l’époque d’où je viens, tout était plus simple. Nous nous contentions de vivre simplement. Certes, il y avait des problèmes, mais ils étaient expédiés plus rapidement qu’à coup de procès. La pendaison était une chose courante dans le Far West américain. Il était plus que normal de croisé des pendus à un arbre au milieu de nul part ou dans une zone dédiée à cet effet dans la ville. Aujourd’hui la justice se traduit majoritairement par de long procès décevant. Les prisonniers sont libérés et recommence. C’est un cercle sans fin. Nous étions trop impulsifs à l’époque et maintenant c’est tout le contraire qui se produit.
(c) DΛNDELION


Albert Muranov
   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Ca commence toujours... par un café - Page 2 Empty
Message# Sujet: Re: Ca commence toujours... par un café   Ca commence toujours... par un café - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Ca commence toujours... par un café

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» G - "With or Without You" [HENTAÏ] [PV Mina]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Perfume of Blood :: Los Angeles :: ♰ North of L.A :: Béni-boui-boui-