Partagez
 

 Meeting with the leader.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Croquemitaine
Ypolite Saint-Yves
Ypolite Saint-Yves
Croquemitaine
⚝Paroles Échangées : 30
⚝Localisation : Los Angeles

Meeting with the leader. Empty
Message# Sujet: Meeting with the leader.   Meeting with the leader. EmptyMer 2 Oct - 17:43





Meeting with the leader.
Feat. Karl Fitzgerald et Ypolite Saint-Yves.



☾☾ Je suis définitivement trop vieux pour ce genre de conneries. Vraiment. J'ai 150 ans, pas 50... la nuance est importante lorsque l'on est un croquemitaine de mon âge. Je sais que ma fin approche, qu'un de ces jours un petit merdeux viendra prendre ma place et ce petit merdeux pourrait ne pas être mon fils. Je mentirais de dire que ma couronne ne pesait pas lourdement sur ma tête et mes épaules en ce moment, mais la vie de roi n'a jamais été facile peu importe la monarchie auquel elle est rattachée.

J'étais en plein collage sur mon mur lorsque j'entendais cogner à la porte de ma maison. Je lâchais mon cigare entre mes deux en lâchant un grognement avant de me diriger vers la porte d'entrée. J'avais horreur d'être dérangé sans avoir été avisé. J'ai un emploi du temps rempli : dormir, manger, fumer un peu, lire les journaux et classer mes fabuleux objets lumineux. Le tout, bien sur, en lavant chaque poignée de porte et en vaporisant du Lysol sur les objets avant de les manipuler. Les humains sont tellement dégoûtants et ne semblent pas s'améliorer avec les années. J'ouvrais la porte en gardant le loquet dans cette dernière. Hors de question qu'un inconnu n'entre chez moi.  Dans le quartier les jeunes me nommaient : Le fou. Peut-être avait-il raison au fond. J'étais un vieux fou et surtout complètement dangereux. Je poussais un soupir de soulagement en voyant un de mes croquemitaines à la porte.

- Sainte-Marie-MÈRE-DE-DIEU Edgard ! Je t'ai déjà dit 854 fois d'appeler avant de te pointer ici.


- C'est urgent mon roi ... très urgent.


Je levais les yeux au ciel en grognant. Je le sommais d'attendre quelques secondes et je refermais la porte. Je retirais les quatre loquets présents sur la porte d'entrée avant de lui ouvrir. J'étais dans un peignoir bleu foncé à moitié déchiré, aucun chandail dessous, un simple caleçon noir et mes cheveux étaient en bataille. Je l'amenais dans la seule pièce de toute la maison qui ne soit pas encombrée par mon entassement compulsif : le salon des invités. J'allais directement dans mon fauteuil usé et laissais tombé ma vieille carcasse sans aucun ménagement. Je prenais la bouteille de gel hydroalcoolique pour la posée sur la table basse entre mon fauteuil et le grand canapé.

- Lave tes mains. Je sais pas où tu as traîné tes sales pattes dégoûtantes.


L'homme encapuchonné s'exécutait sans rien ajouté et levait les yeux vers moi avant d'ouvrir la bouche pour parler.

- Depuis quand n'êtes-vous pas sortie réellement ?

- Accouche que l'on baptise!

Je n’étais pas un homme patient. Ceux qui avait le plaisir de cotoyer régulièrement ma présence le savait parfaitement. J’étais furieux et je sentais mon instinct de croquemitaine prendre le dessus. L’envie d’éviscérer ce petit larbin était des plus tentantes, mais je me retenais en lavant mes propres mains avec le gel. Cette pièce aurait besoin d’une désinfection complète ensuite.

- Un des nôtres se fait trop … présent. Vous devez agir avant que notre présence ne soit révelé au grand jour. Il s’agit d’un nouveau dans le quartier qui était en Europe avant.

- Je vois de qui tu parles. Sors d’ici et ferme la porte derrière toi.

Le larbin partait sans rien ajouté. Les croquemitaines ont horreur de la présence des autres, mais nous nous devions de faire notre travail. Je me levais pour aller barrer la porte avant de me rendre dans ma salle des journaux des deux dernières semaines. Je n’avais pas terminé mon tri. Je commençais à fouiller frénétiquement. Disparition de 4 enfants et morts suspectes de 3 autres. Le fils de pute. Il avait osé manger à outrance et surtout dans mon propre quartier. Je remarquais une concentration dans la zone du Red House. Je ne pouvais agir seul. Certes, je devais appliquer la sentence et agir, mais je ne pouvais surveiller un quartier à moi seul. Je poussais un profond soupir. Je devais avisé le régent d’ouvrir l’œil. Conneries … Je me levais pour aller mettre mon habit de sortie : Un complet blanc avec de fines rayures et une chemise d’une couleur douteuse que m’avais offert ma femme pour lorsque j’allais à des réunions officielles. Elle aimait le paraître et moi, je m’en fichais.

C’est ainsi habillé et armé de mon gel hydroalcoolique,avec des mouchoirs de tissus dans ma poche interne de veston, que je faisais venir mon chauffeur. Je me rendais au bar avec un grand dégoût. Tout ces gens, tout ces … eurk. Je n’avais pas de mots suffisants pour décrire le dégoût qui m’envahissaient. Les germes et les bactéries qui polluaient ce genre d’endroit.  Je sortais du véhicule pour entrer dans le bar et m’installer à une table au fond, un peu dans la noirceur. Je commandais une bouteille neuve et non ouverte de whisky avec un verre. Je payais la note avant de demander à voir le régent. Je ne me souvenais pas avoir croisé ce dernier. Je ne suivais pas vraiment ce qui se passait en dehors de mon petit cercle. Je prenais le verre avec un de mes mouchoirs et je nettoyais le rebord ainsi que l’intérieur en attendant ce fameux régent.  Je disais régent, mais c’était peut-être une régente? J’avais déjà mal à tête avec tout ce bruit. J’allais avoir besoin d’un cachet d’aspirine plus tard.

CODAGE PAR AMATIS



Est-ce que tu as réellement les mains propres ? Je me pose simplement la question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcier
Karl Fitzgerald
⚝Paroles Échangées : 438
⚝Age : 43
⚝Localisation : quelque part à LA

Meeting with the leader. Empty
Message# Sujet: Re: Meeting with the leader.   Meeting with the leader. EmptyDim 29 Déc - 0:43





Meeting with the leader.
Feat. Karl Fitzgerald et Ypolite Saint-Yves.



☾☾

Je suis encore jeune, mais j'ai l'impression que toutes les responsabilités qui m'incombent en tant que régent, m'ont vieilli plutôt que prévu en témoignent à présent mes tempes partiellement blanchies. Le moins, que l'on puisse dire, c'est que j'avais à faire ces derniers temps, assez pour nourrir mon appréhension pour preuve je dormais peu et j'avais délaissé le thé au profit du café, un arabica fort en goût de préférence, assez pour vous réveiller un mort. Un café que je me procurais là où quelques semaines plutôt, j'avais fait la connaissance de ce cher Albert. Une rencontre ma foi forte sympathique qui m'avait valu de goûter à l'un des meilleurs cafés du coin et tant pis si à présent, il me fallait traverser la moitié de la ville pour me le procurer. C'était un petit plaisir que je n'étais pas prêt à me refuser, plus encore lorsque je devais m'occuper de la corvée paperasse, l'un des aspects les moins attrayants du job de régent. Mais il fallait s'y coller et de toute évidence, je ne pouvais compter sur Matthew mon bras-droit, encore aux abandonnés absents. Soit, je me débrouillerai moi-même une fois encore. La chose étant informatisée, je n'aurais besoin que de mon ordinateur plutôt que de me coltiner l'un des gros classeurs que mon père utilisait jadis. C'est donc pourvu de mon mac dernier cri – on ne se refuse rien – que je rejoignis la salle déserte du bar, désertant de ce fait l'atmosphère trop feutré de mon bureau. J'avais besoin d'un peu de bruit et je pouvais compter sur les quelques employés déjà présents qui s'occupaient de redresser la salle.

Je pris place sur l'une des tables près du bar, légèrement à l'écart, mais qui me permettait d'avoir l'œil sur tout. Armé de mon ordinateur et de mon mug de café fumant, je pouvais dès lors commençait à trier les mails sans attendre. Une réunion était à prévoir dans les prochains jours et au vu de l'échange, plusieurs sorciers semblaient insister pour que nous rapprochions cette entrevue. « C'est encore cette histoire de disparition ? » Décollant mes yeux fatigués de l'ordinateur, je ne pus que constater l'efficacité du barman qui avait déjà fini de nettoyer l'imposant bar de notre établissement et qui se tenait face à moi à présent. « - Oui. Ils sont inquiets et ils ont de quoi. Certains estiment préférable d'avancer la réunion. Je doute que nous soyons capables de trouver des solutions malgré tout. » « Vous pensez à qui ? » « - A quoi plutôt ! J'ai eu un doute sur des vampires, mais l'attaque ciblée sur des enfants, ça ne leur ressemble pas. » « Pourtant, on dit que le sang des enfants... » « - On dit beaucoup de choses qui ne sont pas toutes forcément véridique. » Pratiquant la magie de sang, je pouvais aisément prétendre maîtriser le sujet « - Non les vampires ne sont pas forcément plus attirés par le sang des enfants que celui des autres. J'ai aussi pensé à des loups-garous, mais aucun corps n'a encore été retrouvé, ni de traces de sang. Les garous ne sont pas du genre, discrets. » « A quoi vous pensez ? » Sa question était légitime après un tel argumentaire, mais de vous à moi, je n'avais pour l'heure pas la moindre idée sur la nature du ou des tueurs, si tueur, il y avait.

Le barman souhaita bonne chance à son patron. De la chance, il allait indubitablement en avoir besoin dans cette affaire. Les premiers clients firent alors leur entrée, tandis que le régent achevait ses basses besognes administratives en triant les derniers mails qu'il avait reçu. Il s'apprêtait d'ailleurs à regagner son bureau avant que l'une des serveuses ne vienne le chercher. « - Oui ? » Elle lui fit savoir qu'un type étrange le demandait, appuyant sur le fait qu'il souhaitait s'adresser au régent. La demoiselle le désigna avant de repartir s'occuper d'autres clients. Karl posa discrètement son regard, sur l'une des tables du fond, la plus reculée et de ce fait la moins éclairée. Étrangement l'invité ne semblait s'en plaindre et s'apprêtait à déguster le Whisky qu'il venait de commander dans une bouteille entière. « Qui fais ça ? » se questionna Fitz en s'approchant prudemment de ce type qui n'était certainement pas un habitué. « - Bonsoir ! Vous m'avez demandé ? Je suis Karl Fitzgerald et vous êtes ? » Le sorcier n'était pas du genre méfiant d'ordinaire, mais cette fois, il se retrouvait face à un bien étrange personnage qui malgré son excentricité, ne lui inspirait aucune confiance. « - En quoi puis-je vous aider ? » demanda-t-il avec politesse, car il était de son devoir de régent et de propriétaire des lieux, de se montrer conviviale, et ce, malgré la méfiance suscitée.



CODAGE PAR AMATIS



I'm in love and always will be



color=#186157
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Meeting with the leader.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Perfume of Blood :: Los Angeles :: ♰ Downtown of L.A :: The Red House-