Partagez
 

 La vérité doit être rétablie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sorcière
Lyanna Johnston
⚝Paroles Échangées : 480

La vérité doit être rétablie Empty
Message# Sujet: La vérité doit être rétablie   La vérité doit être rétablie EmptyVen 11 Oct - 17:26



La vérité doit être rétablie
Karlily

Tout était sens dessus-dessous, ses pensées, ses émotions… L’avant-veille, la nuit avait été un véritable cauchemar, Lyanna avait contribué à sauver la ville au prix de la raison qui l’avait momentanément quittée, rendant son esprit totalement bouleversé. Et alors qu’elle avait par la suite essayé de s’en remettre avec Karl, ce qui aurait été taxé de mauvaise idée par quiconque les connaissait, la découverte qu’ils firent fut l’apothéose. Incapable de comprendre, elle était allée demander des explication au seul qui pouvait lui en fournir : Rufus Clayton, le vampire qui l’avait aidée, qui lui avait sauvé la vie cette fameuse nuit de 1986. Sauf que la mémoire de Lily avait été modifiée, c’était ce que Clayton lui avait avoué. Selon sa propre demande à elle ! Il lui avait fait revoir et revivre la vérité, plus douloureuse encore que les doutes. Alors c’était vrai, elle avait vraiment mis au monde Zéphyr et l’avait abandonné. Tout ceci avait de quoi la rendre folle, plus encore que les effets de la boite de Pandore fragmentée. Apparemment, être dans sa chapelle entourée de runes n’avait pas suffit à la calmer, et pleurer en vidant deux bouteilles entières d’alcool fort non plus. Lily ne supportait tout simplement pas la vérité, et à dix-sept ans, elle savait déjà que ce serait le cas, d’où sa demande au vampire pour effacer de sa mémoire la naissance du petit. Malgré tout, cette vérité, elle devait la partager avec Karl. Il n’avait que des fragments de réponse, et puisqu’elle connaissait le fin mot de l’histoire, elle se devait de la lui conter, lui aussi étant concerné. Ruffus allongé sur l’autel ne la quittait pas de ses yeux bleu turquoise, et lorsqu’elle se releva en titubant, il se redressa à son tour.

Où vas-tu ?

-Je dois parler à Karl, Ruffus, je lui dois la vérité.

Tout en parlant, elle réunit ses runes et autres objets magiques, de gestes mal assurés, pour les ranger. Les larmes camouflaient sa vision mais elle y parvint.

Tu es complètement ivre, attends un peu.


La régente s’avança vers le familier et glissa ses doigts dans sa fourrure. Ce contact l’apaisa un peu et la dégrisa un minimum.

Je déteste quand tu fais ça.

Elle se pencha pour déposer un baiser entre ses deux oreilles et quitta la White Chapel. Elle se rendit au quartier général de Red House, un lieu dont elle connaissait l’emplacement mais où elle n’avait jamais mis les pieds. Elle se l’était promis, mais aujourd’hui, les choses étaient différentes. Des sorciers en sortaient quand elle arriva et tous la regardèrent avec étonnement. Ils savaient qui elle était. L’un d’eux avait même été banni de son coven pour manquement à des règles élémentaires. Les murmures se firent entendre sur son passage tandis qu’elle avançait d’un pas décidé vers l’intérieur. Le peu de sorciers encore présents furent tout aussi surpris que ceux l’ayant croisé, et ils tournèrent leur regard vers Karl qui se trouvait près du bar. A son tour, la régente posa ses iris sur lui, sentant son coeur se serrer. Puis, d’un léger mouvement de tête, elle leur fit comprendre qu’ils devaient quitter les lieux. La rivalité entre les deux covens mais plus encore entre les deux régents étant de notoriété publique, les trois sorciers présents quittèrent sans se faire prier la salle de bar, fermant derrière eux les lourdes portes et laissant Karl et Lyanna seuls. La belle brune avança vers son ex, cette fois avec un pas moins assuré.

- Karl… commença-t-elle. Je sais maintenant, je connais la vérité. Est-ce que… tu veux savoir aussi ?

Les soubresauts de sa voix trahissaient des sanglots qu’elle était parvenue à contenir tant que d’autres pouvaient la voir. Mais maintenant qu’ils étaient seuls, maintenant qu’il savait partiellement ce qui s’était passé vingt-trois années auparavant, à quoi bon contenir tout cela ? La régente avait beau paraître forte, elle savait que ce pan de son existence serait sa faiblesse, toujours et à jamais.

(c) DΛNDELION


Once I loved and once I learnt
Love is weakness, love will leave you burnt.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcier
Karl Fitzgerald
⚝Paroles Échangées : 438
⚝Age : 43
⚝Localisation : quelque part à LA

La vérité doit être rétablie Empty
Message# Sujet: Re: La vérité doit être rétablie   La vérité doit être rétablie EmptyDim 13 Oct - 22:40



La vérité doit être rétablie
Karlily


Depuis combien de temps était-il assis dans son bureau, le regard perdu dans l'âtre d'une cheminée sans feu ? Visiblement assez longtemps, pour que ce fauteuil – son préféré – soit désormais le plus inconfortable de tous les fauteuils sur lesquels il avait impunément posé son fessier. Il tenait d'une main, la lettre ayant scellé son destin tandis que l'autre soutenait le verre qu'il porta à sa bouche pour s'enivrer et non se désaltérer. La bouteille de Cognac – hors de prix – disposée sur la table basse qui lui faisait face, s'était considérablement vidée en à peine quelques heures. Pourtant, le régent de Red House, ne se sentait pas encore assez ivre, pour tout oublier et ce n'était pas faute de le vouloir plus que tout à présent. « Monsieur Fitzgerald ! » pouvait-on entendre. Le régent avala bruyamment sa salive et tâcha de se redresser non sans mal, tandis que son barman continuait à tambouriner contre la porte du bureau, close depuis des heures. Le personnel en grande majorité, s'inquiétait de l'état du propriétaire des lieux, qui s'était réfugié dans son bureau pour ne plus en sortir. L'inquiétude était si grande, que le bras droit du régent, Matthew Crawford, avait été appelé en renfort. Mais l'enseignant et vieil ami de la famille Fitzgerald, demeurait à nouveau aux abandonnés absents.

« Patron ! » insista le barman. Karl, qui peinait à rester debout, tituba jusqu'à la porte, défit le verrou du regard et se retrouva face à son interlocuteur qui serra la mâchoire et tâcha de se montrer le plus avenant possible. « Patron... On... On s'inquiétait pour vous. Tout va bien ? » Question rhétorique, mais que le jeune garçon se sentait obligé de poser malgré tout. « - Est-ce que tu trouves que j'ai l'air d'aller bien ? » répondit le régent avec une hostilité qu'on ne lui connaissait pas. « - La prochaine fois que j'ai besoin d'un psy, je te ferais signe. En attendant, fais ce pourquoi, tu es payé » Le barman ébranlé par la froideur de son patron, se contenta d'acquiescer avant de tourner les talons et de regagner l'escalier pour regagner le bar au plus vite. Karl resta planté là se sentant à nouveau habité par le vide abyssal qui l'avait assailli lorsqu'il s'était trouvé avec Lyanna à peine un jour plus tôt, tout ça avant d'être pris sur le vif par Zephyr. D'ailleurs comment avait-il fait pour contourner le sort ? N'était-il pas censé être ce que l'on pourrait appeler un "boulet" pour tout ce qui attrait au domaine de l'ésotérisme ? Alors, comment était-ce possible ? L'esprit de Fitz était tellement embrouillé par la tragédie qui venait de s'abattre sur lui, qu'il n'avait même pas songé aux liens du sang. « - C'est de ma faute » laissa-t-il entendre pour lui seul. C'était donc ça le vide abyssal ? Il en était persuadé, la première fois qu'il l'avait ressenti, cette fameuse nuit où la passion avait tout emporté sur son passage, quelque chose s'était passée au sein du domicile de son l'ex-femme, un quelque chose que Fitz était persuadé d'avoir ressenti. Tout prenait sens pour lui et la culpabilité devenait de ce fait, la meilleure des compagnes. « - C'est de ma faute » répétait-il en revenant machinalement sur ses pas, laissant la porte grande ouverte cette fois. Il se resservit un verre de Cognac qu'il avala cul-sec avant de reprendre pour la énième fois, la lecture de cette terrible lettre tâchée de sang qu'il commençait à connaître par cœur tant il l'avait lu.

Si vous trouvez cette lettre, il sera probablement trop tard et cette fois, je ne me serais pas loupé. Voilà des années que je mène cette entreprise d'auto-destruction, des années, que je lutte contre des démons qui n'étaient pas les miens avant que ma route croise celle de Karl Fitzgerald. J'ai aimé cet homme au-delà du raisonnable, je lui étais dédié corps et âme. J'ai vu en lui un grand sorcier, un leader, un héros. Lui qui ne s'imaginait pas les épaules pour assumer ce rôle, lui qui voulait rester dans l'ombre. J'ai crû en lui comme personne, je l'ai soutenu, j'étais à ses côtés. Je pense avoir été une épouse dévouée, mais l'amour n'était qu'à sens unique. Cet être infâme, qui se cachait sous une fausse modestie, m'a brisé le cœur au nom de son ambition et cette lumière que je voyais en lui n'était qu'une façade. Il m'a abandonné, moi et cet enfant dont il n'a jamais voulu. Il m'a brisé en dédiant son cœur et son âme à ce coven dont il prétendait ne pas vouloir assumer la charge. Je suis si fatiguée si vous saviez. Ma vie est un enfer depuis ce jour où il m'a répudié. J'ai voulu rester forte pour mon enfant, j'ai tenu bon des années avant de comprendre mon inutilité dans ce monde. Je n'ai plus la force de faire semblant, je me sens sale, déracinée, Red House me manque tant tout comme ce sorcier que j'ai continué à aimer. Si vous avez cette lettre entre vos mains, transmettez là lui. J'ose espérer qu'il est encore assez humain pour émettre de la tristesse. Je suis désolée Nathan, tu méritais mieux qu'un amour à sens unique...

Titubant jusqu'à la porte, il trouva enfin la force de quitter son bureau et tenta, non sans mal de regagner le bar. Il n'avait pas fière allure le régent de Red House et les regards qui se posaient sur lui, en disaient loin sur la pitié qu'il suscitait. Arrivé à bon port, il s'accrocha au comptoir avant de se poser lourdement sur un tabouret et de faire signe au jeune barman venu s'enquérir de son état quelques minutes plutôt. « - Mets-moi quelque chose de fort et ne lésine pas sur la dose. » Hésitant, l'homme s'approcha un peu plus, triste de voir son patron dans un tel état sans en connaître les raisons. « Monsieur vous... » « - Je quoi ? Aux dernières nouvelles, je suis le régent de ce coven non ? Contente-toi de m'obéir si tu ne veux pas devoir te trouver un autre job.» Tout penaud, l'homme sortit tout l'attirail du parfait chimiste et prépara ce qu'il fallait d'absinthe avec une pointe de Whisky pur feu. Le genre de boisson qu'un humain lambda ne pourrait ingérer non sans quelques hallucinations, voir pertes de connaissance. Se massant les tempes à plusieurs reprises, Karl observa les quelques personnes qui se trouvaient à proximité avant de se rabattre sur son verre. La migraine commençait déjà à se faire sentir.

« - Quand cette journée de merde prendra-t-elle fin ? » Il se prit la tête entre les mains et souffla un long moment avant qu'une voix familière ne se fasse entendre. « - Non, pitié... pas maintenant, pas ici ! » Il se découvrit le visage et tomba nez à nez sur une Lyanna Johnston qui n'en menait pas large et qui fut malgré tout la première à s'exprimer, érigeant la vérité en sujet principal d'une conversation à laquelle Karl Fitzgerald ne voulait participer. Une conversation qui fut toutefois à l'origine d'un bien triste quiproquo pour le sorcier accablé par la culpabilité. « - La vérité ? Quoi ? Quelle vérité ? Elle est morte et c'est de ma faute. Pas besoin de creuser plus que ça, tu l'as ta vérité. Et je suis désolé que ton coven perde une sorcière, mais si cela peut te rassurer, je doute que mon fils accepte de rejoindre le mien. » Il semblait si détaché, si lointain, si sarcastique, tellement que l'on était en droit de se demander où était donc passé le vrai Karl Fitzgerald ?

(c) DΛNDELION


I'm in love and always will be



color=#186157
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière
Lyanna Johnston
⚝Paroles Échangées : 480

La vérité doit être rétablie Empty
Message# Sujet: Re: La vérité doit être rétablie   La vérité doit être rétablie EmptyMer 16 Oct - 22:39



La vérité doit être rétablie
Karlily

Ils étaient seuls à présent dans le bar qui était le repère de Red House. Le serveur avait déserté et Karl semblait affligé comme jamais. Alors qu’elle s’était rapprochée, Lyanna le vit relever la tête vers lui. Il était accablé d’une manière à faire frémir, le voir ainsi retourna Lily qui se sentit encore plus mal. Elle-même était encore troublée des révélations de Clayton la nuit précédente et elle n’avait dormi pour ainsi dire qu’une heure ou deux en deux nuits. Ce qu’elle avait appris l’avait confortée dans un doute qu’elle avait eu aussitôt qu’elle avait constaté que le jeune sorcier était passé outre le double sort d’invisibilité.

Fitz ne sembla pas enchanté de la voir et Lily était trop mal pour s’en offusquer. Elle eut d’ailleurs du mal à comprendre la teneur de ses propos. Elle lui parlait de Zéphyr et lui d’une femme qui était morte. La régente eut, une seconde durant, le regard de celle qui ne comprenait pas de quoi l’on parlait. Mais la suite des propos de son rival l’éclaira immédiatement, et lui fit froid dans le dos. Une sorcière était décédée, et il s’agissait de sin ex-femme qui avait rejoint White Chapel quelques temps auparavant. Dire qu’elle n’avait pas pris le temps de consulter ce genre de nouvelle qui, probablement, devait lui être parvenu sur son bureau. Elle se sentit soudain en-dessous de tout.

- Oh Karl… commença-t-elle d’une voix tremblante. Je suis désolée. Je m’en veux terriblement.

Oui, elle s’en voulait. Il était de son devoir, en tant que régente, de protéger les sorciers de son coven, et visiblement elle n’avait su protéger l’ancienne madame Fitzgerald. Lyanna, qui se remettait souvent en question pour être la meilleure possible, se sentit soudain indigne de ce poste et réellement navrée pour cette femme qui ne méritait certainement pas de mourir. Et pour leur fils qui perdait sa mère. Elle s’en voulait aussi pour Zéphyr, de lui avoir infligé une vie entière de questionnements, de solitude à ne pas avoir réellement trouvé sa place pendant vingt-trois ans.

- Fitz, je ne venais pas pour te parler de ça. Mais peut-être n’est-ce pas le bon moment…

Elle sentait les larmes poindre à nouveau. Elle avait tant de mal depuis quarante-huit heures à contenir ses émotions. Elle lorgna alors sur le verre d’absinthe posé devant le régent. Elle en aurait volontiers absorbé le contenu, mais une autre idée lui vint en tête. La belle brune se saisit du verre et laissa une de ses larmes tomber à l’intérieur. Elle passa ensuite sa main au-dessus.

- Verum memoriae, murmura-t-elle avant de reposer le verre.

La sorcière osa enfin regarder son confrère dans les yeux.

- Zéphyr. Quoi que tu aies pu redouter l’autre soir quand il nous a surpris, c’est vrai. Si tu veux savoir, bois ça. Tu verras les souvenirs de celui qui m’a sauvé la vie il y a vingt-trois ans, et qui a remplacé mes souvenirs à ma demande ce jour-là. Tu sauras tout.

La gorge nouée et les émotions la gagnant, elle préféra tourner les talons. Karl serait libre d’apprendre et voir la vérité par lui-même, ou de ne pas le faire. Lyanna avait été bouleversée lorsque Clayton avait consenti à lui montrer par sa propre vision ce qui s’était réellement passé un soir de début juin 1996, dans la forêt aux alentours de l’académie. Cet accouchement suivi d’une hémorragie, ce nourrisson qu’elle n’avait même pas osé regarder ou prendre dans ses bras de peur de s’y attacher et ne pas avoir la force d’abandonner pour qu’une autre famille puisse l’élever, une famille qui aurait voulu de lui et qui serait capable de prendre soin de lui, et non une adolescente de dix-sept ans qui n’aspirait qu’à réussir ses études de sorcellerie. A présent, Lyanna avait honte en se remémorant ce dialogue qui lui paraissait aujourd’hui surréaliste, qu’elle avait eu avec ce vampire. Elle avait marchandé avec lui pour qu’il accepte de confier l’enfant à une bonne famille et de lui modifier la mémoire en échange de son sang. Un sang qui, visiblement, plaisait aux vampires. Lyanna se détestait à présent. Quand elle voyait les échecs successifs dans la vie de Zéphyr, elle ne pouvait s’empêcher de culpabiliser. Elle se sentait coupable parce qu’il était impossible qu’elle ait si bien réussi et que lui ait si bien échoué. Elle comprenait alors mieux pourquoi elle avait senti comme ce devoir de l’aider à chaque fois qu’il en avait besoin, là où elle aurait simplement dit à quelqu’un d’autre de se débrouiller, et sans doute aussi de changer de coven.

(c) DΛNDELION


Once I loved and once I learnt
Love is weakness, love will leave you burnt.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcier
Karl Fitzgerald
⚝Paroles Échangées : 438
⚝Age : 43
⚝Localisation : quelque part à LA

La vérité doit être rétablie Empty
Message# Sujet: Re: La vérité doit être rétablie   La vérité doit être rétablie EmptyDim 27 Oct - 12:53



La vérité doit être rétablie
Karlily


Il avait suffi d'un regard, pour que le bar se vide intégralement. Un regard, rien de plus pour que les quelques habitués qui traînaient encore par-là, comprennent qu'ils n'avaient à présent plus leur place. Karl, qui se fichait pas mal de son chiffre d'affaire, ne s'offusqua pas de cette initiative. Pour ainsi dire, il se fichait de tout, mais plus encore de ce bar et du coven dont il avait la charge. Une charge soudainement plus pesante qu'elle ne l'avait jamais été. Mais puisqu'il fallait faire la conversation, il tâcha de se redresser pour croiser le regard de Lyanna Johnston. L'attitude qu'elle arborait était aux antipodes de cette suffisance qu'elle affichait d'ordinaire. La grande régente de White Chapel avait bien piètre figure ce soir et la voir ainsi fit mal à Karl, bien plus qu'il ne l'aurait imaginé. Ce n'était certainement pas le bon soir pour faire preuve de faiblesse. Ne pouvait-elle pas choisir un autre jour ? Mâchoires serrées, Karl cracha un venin qui n'était pas le sien. Il se surprit lui-même à faire preuve de distance et d'être sarcastique à un moment où il ne fallait pas l'être. Peut-être était-ce l'alcool qui faisait enfin effet et peut-être, avec un peu de chance, parviendrait-il – l'espace d'un instant – à occulter toute cette culpabilité qui empêchait le régent d'être digne de sa fonction. Si seulement ! On le sait, rien n'est facile et si chacun gère le deuil à sa façon, on ne peut échapper à la douleur. En songeant à la lettre – pourvue du sang de son ex-femme – qui lui était destinée et qu'il avait de ce fait prit le temps de lire, Karl se sentit à nouveau lourd et entraîné vers les abysses, tellement qu'il se fichait à présent de tout, même de la présence de Lyanna, qui passait l'incompréhension, fit montre d'une pitié dont son ex-amant se serait bien passé.

« - Arrête ça ! » lança-t-il froidement à sa suite avant de se saisir de son verre et d'en boire une gorgée. Forcé de reconnaître que la mixture amère de surcroit, n'était certainement pas aussi appréciable qu'un verre de simple Whisky. Le sorcier sentait d'ailleurs la chaleur de la préparation, se répandre dans son estomac. « - Encore trois comme ça et peut-être que j'oublierai tout » Il désigna son verre à moitié vide avant de reprendre. « - J'ai le monopole de la culpabilité madame la régente et tu as raison, ce n'est pas le bon moment. » Il acquiesça ensuite avant de plonger la main dans sa poche et d'y sentir le papier plié qui y tapissait le fond tandis que Lyanna se saisissait de son verre. « - Mais qu'est-ce que tu fous ? » lança-t-il avec virulence avant de la voir verser une larme en affublant son geste d'une locution latine. « - Quoi ? Mais qu'est-ce que tu racontes ? C'est quoi ce délire ? Quels souvenirs ? » Il avait en stock tout un tas de questions, mais de toutes évidences, il devrait à l'avenir les éluder seul, car déjà, la régente de White Chapel tournait les talons. « - Et, tu vas te barrer comme ça et me laissait seul avec tes souvenirs ? Tu vas vraiment faire ça Lyanna Johnston ? » Il venait de quitter son tabouret non sans difficulté. « - Il y a quelques heures à peine, je me trouvais chez elle, à nettoyer le sang qui engorgeait le parquet.J'ai fait face au cadavre de mon ex-femme qui s'est tirée une balle en pleine tête parce qu'elle ne supportait plus cette putain de vie à cause de moi. Je suis coupable de ça et je suis seul.... Complètement seul à devoir .... Ne te tire pas comme ça, je ne supporterai pas l'explosion d'une deuxième bombe dans ma vie....» Il ne s'était même pas rendu compte que sa voix et ses genoux tremblaient, tellement qu'il dût aussitôt s'accrocher au comptoir pour ne pas tomber. « - Aie le courage de me le dire en face au moins. »


(c) DΛNDELION


I'm in love and always will be



color=#186157
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière
Lyanna Johnston
⚝Paroles Échangées : 480

La vérité doit être rétablie Empty
Message# Sujet: Re: La vérité doit être rétablie   La vérité doit être rétablie EmptyMer 13 Nov - 13:48



La vérité doit être rétablie
Karlily

Ils étaient tous les deux au fond du gouffre, mais visiblement pour des raisons différentes. Lyanna se sentit mortifiée en apprenant le décès soudain de l’ex-femme de Karl, qui en plus était, depuis quelques temps, une sorcière de son coven. Le régent de Red House était encore plus revêche que ce qu’il avait pu montrer par le passé et sa rivale comprit alors pourquoi. Cependant, elle-même n’en menait pas large avec ce qu’elle avait appris, ou plutôt ce que son ami Clayton lui avait remis en mémoire. Elle ne pouvait pas le garder pour elle, il fallait que Fitz le sache aussi, même si, elle le savait, la culpabilité ne la quitterait plus jamais et qu’il ne se gênerait sans doute pas pour en remettre une couche. Elle n’avait plus la force de le voir se plaindre et ronchonner, elle voulait rentrer chez elle et pourquoi pas elle aussi finir dans l’absinthe. Ou rester s’enivrer ici, peut-être, à présent que les sorciers du coven adverse avaient déserté les lieux. Alors que la régente avait utilisé un moyen pour permettre à son ex de comprendre la situation, lui ne semblait pas de cet avis, il ne semblait pas enclin à la laisser partir. Elle se retourna et ce qu’elle vit lui brisa le coeur une seconde fois. Pourtant, elle se croyait désormais indifférente au sort de Karl Fitzgerald. Force était de constater que non. Le voir ainsi en proie à la détresse, la voix et les jambes tremblantes, apprenant ce qu’il venait de traverser, c’était trop dur. Reprenant un peu de courage et de maintien – il fallait bien qu’un des deux en ait -, seules les larmes qui dévalaient ses joues trahissaient son état émotionnel. Lily retourna auprès de Karl pour le soutenir et le fit asseoir dans un fauteuil en cuir.

- Tu n’es pas prêt. Ne bois pas ça maintenant,
dit-elle alors qu’elle le faisait s’asseoir. Tu en as trop vécu pour aujourd’hui. On en discutera quand tu seras prêt. Fais ton deuil d’abord.

Jamais elle n’aurait cru qu’elle serait un jour dans l’enceinte de Red House, et moins encore à se montrer aidante envers Karl, celui-là même à qui elle avait rêvé des milliers de fois d’arracher les yeux.

- Si tu as besoin d’une présence, je veux bien rester un peu avec toi le temps que tu te reprennes. Tes sorciers n’ont pas besoin de te voir ainsi, prononça-t-elle d'une voix résignée.

Elle tourna la tête vers la porte d’entrée qu’elle verrouilla à l’aide d’une formule. Elle en profita pour faire venir à elle une bouteille de Bourbon et un verre et s’empressa de se servir pour l’engloutir d’une traite.

- Tu devrais t’allonger et dormir un peu.

Le regard de Lyanna se posait partout sauf sur le propriétaire des lieux. Elle observait les coins et recoins, la décoration, était attentive à l’odeur et à tous les détails. Jamais de sa vie elle n’avait mis les pieds dans le quartier général de ce coven qui ne l’avait, à aucun moment, attirée. Sa place était à White Chapel depuis toujours, elle le savait, elle l’avait toujours su. Ses parents étaient aussi des sorciers de magie élémentaire, descendants des tous premiers sorciers de Salem. Mais comme tous les jeunes sorciers diplômés, elle avait eu le choix. A cette époque, celle de ses jeunes années à l’académie, elle pensait encore que son destin et celui de Karl étaient liés à jamais, qu’ils passeraient leurs vies ensemble, heureux et amoureux comme au premier jour, et que même si Karl décidait de suivre son père, ce qui, de prime abord, semblait impensable, rien n’entacherait jamais leur relation. Et pourtant, c’était allé si vite. Juste avant la fin de la troisième année de Lyanna et la dernière de Karl, ils s’étaient séparés. Et lorsqu’ils s’étaient revus vingt-trois ans après, il y avait de cela que quelques semaines, la discussion à ce propos avait paru obscure. Une histoire de lettres qu’il pensait avoir écrites, une autre de rupture qu’il pensait avoir reçu, l’absence inlassable de Karl que Lily espérait voir revenir. Rien n’était arrivé, rien ne s’était passé et l’un et l’autre avaient eu le coeur brisé. Et dans tous ce chaos d’émotions, Zéphyr était né, une nuit de juin, peu avant les examens de dernière année de Lily.
(c) DΛNDELION


Once I loved and once I learnt
Love is weakness, love will leave you burnt.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcier
Karl Fitzgerald
⚝Paroles Échangées : 438
⚝Age : 43
⚝Localisation : quelque part à LA

La vérité doit être rétablie Empty
Message# Sujet: Re: La vérité doit être rétablie   La vérité doit être rétablie EmptyDim 8 Déc - 18:58



La vérité doit être rétablie
Karlily


En de telles circonstances, peut-on encore faire preuve de gentillesse ? Quand la vie vous joue de tels tours, est-il encore possible de faire perdurer nos belles valeurs ? Karl était complètement perdu. Et pour combien de temps ? Telle est la question que nous sommes en droit de nous poser en posant notre regard sur cette pauvre âme en peine. Le régent, en parfait déséquilibre, avait – quelques heures auparavant – planté son meilleur ami sur place, alors que l'enquête en était à ses prémisses. Avait-il seulement besoin d'entreprendre une enquête ? Les mots de son ex-femme, continuaient à hanter Karl. Elle s'était donnée la mort, nul besoin de parler de crime. Toutefois, selon Fitz, il subsistait un coupable et il attendait sa peine en noyant sa détresse dans quelques verres. Et tant, le pis pour l'image, finalement, est-ce si important ? Il songea alors à son père et ce manque d'expression sur son visage lorsqu'il avait fait enterré sa femme vingt ans plutôt. « Tu es tellement pathétique Fitz. Regarde-toi ! Tu es censé représenter une autorité et te voilà à boire encore et encore. » Sa bonne conscience ne le quittait pas, ou peut-être était-ce une autre force qui tentait non sans mal de déployer des trésors d'efforts pour que ce pauvre Karl alourdit par la culpabilité, sorte la tête de l'eau. Plus rien n'avait de sens, pour celui qui pensait avoir hérité de la bonté de sa défunte mère qui n'était plus là pour voir cette déchéance. « Une chance ! » pensa l'homme en silence alors que la solitude l'assaillait à nouveau avec le départ précipité de Lyanna qui venait toutefois de l'affubler d'un cadeau empoisonné sûrement aussi destructeur que la boîte de Pandore. La colère saisit alors le sorcier en voyant son amour passé prendre la tangente pour le laisser seul avec des fantômes qu'elle n'avait – de toute évidence – plus la force de supporter seule. Mais la force, lui non plus ne l'avait plus et son état pathétique avait sûrement incité Lyanna à revenir sur ses pas pour faire preuve d'une bonté qui surprit l'intéressé qui plongea aussitôt l'azur de ses yeux sur la sorcière. Sa colère n'avait plus aucune raison d'être, car elle était revenue et l'aidait à présent à s'asseoir, ce qu'il fit sans se faire prier avant d'observer avec insistance son interlocutrice.

« - Comment fait-on pour faire le deuil d'une personne qu'on a tué ? » demandait-il presque naïvement et la voix pleine d'incertitude tandis que la jeune femme laissait entendre qu'elle resterait présente s'il avait besoin d'une présence. Karl saisit alors la main de son ancienne aimante et la serra fort contre la sienne. « - Je me fiche bien de ce qu'ils peuvent penser de moi maintenant. » La demoiselle qui avait encore la tête sur les épaules, prit soin de verrouiller la porte pour s'assurer que personne ne pénètre l'établissement en sa présence. « - Lyanna, si je t'ai fait du mal je m'en excuse » Il essayait de capter son regard, non sans difficulté, car la demoiselle semblait décidée à le fuir, mais pas Karl au summum de la culpabilité, était prêt à assumer une responsabilité qui n'était pas la sienne. Et sans réfléchir davantage, le régent de Red-House attrapa le verre d'absinthe que Lyanna avait ensorcelé quelques minutes plutôt et se l'enfila d'une traite, loin de se douter de ce qui l'attentait.

Il s'enfonça dès lors à toute vitesse, à travers une brume qu'il n'avait pas l'impression d'avoir remarqué en amont. Le froid se faisait ressentir, tellement que tout son corps trembla sous une première impulsion avait d'être assailli par la chair de poule. Il faisait nuit et voilà que dehors, des cris résonnaient. Karl s'avança vers eux pour sauver la malheureuse qui s'époumonait de douleur. Les lieux lui semblèrent familiers jusqu'à ce qu'il ne se rende compte, qu'il s'agisse du parc qui bordait l'Académie. Il vit alors Lyanna allongée dans l'herbe « - Lyanna ? LYANNA ? » il se précipita vers elle avant qu'elle ne disparaisse dans un nuage de fumée pour réapparaitre face à lui. Il n'était plus dans le parc et sentait à présent son cœur battre douloureusement, comme si un coup de poignard lui eut été donné. Il comprit en posant son regard sur Lyanna et en voyant le couloir de pierre qui menait à l'une des salles de classe, qu'il revivait leur déchirante rupture. Les pleurs résonnèrent alors dans sa tête, alors que Lyanna disparaissait à nouveau dans un épais nuage de fumée. Tout demeurait flou et il se demandait ce qu'il faisait là et ce qu'il était supposé voir quand soudain Lyanna apparut devant un miroir, la main sur le ventre – un ventre très arrondi – « - Non, c'est impossible ! » Le régent de Red House voulu s'approcher de l'adolescente avant qu'elle ne disparaisse à nouveau pour le ramener au parc où les cris et les douleurs ébranlèrent Karl qui la vit donner naissance dans l'herbe avant de prier son bienfaiteur de lui faire tout oublier. » Karl se reprit aussitôt et quitta les souvenirs. Tout devenait clair. « - Zephyr ? »

(c) DΛNDELION


I'm in love and always will be



color=#186157
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière
Lyanna Johnston
⚝Paroles Échangées : 480

La vérité doit être rétablie Empty
Message# Sujet: Re: La vérité doit être rétablie   La vérité doit être rétablie EmptyMar 17 Déc - 14:13



La vérité doit être rétablie
Karlily

L’alcool ou bien tout le ressentiment de Lyanna à l’égard de Karl y jouant sûrement, la régente était à bout de patience. Et voir Karl tel un déchet humain en plein quartier général de son coven avait de quoi faire pitié, mais tout ce qu’elle éprouvait était une pointe de colère. Elle s’était toujours battue pour que son statut reste celui d’une personne digne et respectable, tandis que lui, à qui on avait offert le poste sur un plateau, ne semblait que peu s’embarrasser des obligations. Cependant, étant tout de même capable de compassion et elle-même fortement affligée par tout ce qu’elle avait appris, était plus encline tenter de l’aider qu’à le sermonner. Elle aurait aussi pu simplement partir en claquant la porte, après tout, elle ne lui devait rien hormis la vérité qu’elle était venue lui apporter. Mais peut-être se sentait-elle liée à lui à cause de Zéphyr, allez savoir. Toujours était-il qu’elle préféra tenter de sauver sa dignité en verrouillant la porte et l’aidant à s’asseoir afin de lui éviter une chute qui pourrait lui causer des dommages. Voilà que Fitz se remettait à chouiner, à croire que ça lui plaisait d’endosser les responsabilités des malheurs des autres.

- Arrête ! claqua-t-elle sur un ton légèrement sévère. Les gens font leurs choix, Karl, tu ne peux pas en endosser la responsabilité. Tu ne l’as pas tuée. Elle s’est tuée, c’était son choix et personne n’y peut rien.

Cela pouvait paraître froid, mais c’était vrai. Elle sursauta presque en le sentant attraper sa main. Il paraissait si vulnérable en cet instant, elle en avait mal au coeur. Il disait se moquer de ce qu’on penserait de lui à le voir ainsi, et il en venait même à lui présenter ses excuses. Lily serra les dents et retira sa main de celle de son ex petit ami.

- Tu me rediras ça une fois sobre, ce qu’on dit étant bourré ne compte pas.

La belle brune ne parvenait toujours pas à garder son regard dirigé vers lui. Combien de fois en vingt-trois ans avait-elle souhaité le voir ainsi démuni pour se venger de lui ? A présent, tout semblait différent. Elle était toujours en colère, mais plus au moins de lui balancer au visage qu’il méritait ce qui lui arrivait. Comme si la vérité l’avait assagie ou quelque chose du genre. Cependant, malgré l’été d’ébriété avancé, le régent se saisit du verre d’absinthe dans lequel Lily avait versé sa larme ensorcelée, et le vida cul-sec avant qu’elle n’ait eu le temps de l’arrêter. Bouche bée, elle le regarda, cette fois, tandis que son regard à lui se faisait vide. Il était absorbé dans le souvenir, ceux de Clayton. Il voyait par ses yeux ce qui était arrivé lors de sa rencontre avec Lyanna. Cette dernière soupira.

- Pourquoi tu n’écoutes jamais ?… murmura-t-elle sur un ton légèrement agacé qu’il n’entendrait probablement pas.

Elle attendit qu’il revienne à lui, prononçant le prénom de celui qui était manifestement leur enfant. Le regard rivé sur la table devant eux, elle ferma les yeux, laissant rouler une larme avant de hocher la tête légèrement. Elle avait tellement honte de son comportement. Déjà, tomber enceinte pendant ses études et étant mineure n’était pas très glorieux, mais abandonner son propre enfant ne l’était guère plus. Elle se sentait la dernière des sans coeur. Les souvenirs étaient un peu biaisés par l’hypnose qu’elle avait demandé à Clayton pour oublier que Zephyr existait. Elle avait préféré croire qu’elle avait avorté quand il était encore temps, c’était sans doute moins cruel que d’abandonner un nouveau-né, bien qu’elle ait demandé au vampire de lui trouver une famille aimante.

- Jette-moi la pierre si tu veux, mais j’étais terrifiée, j’avais honte, j’étais seule et je ne savais pas quoi faire.

Elle prit une grande inspiration et se leva.

- Il vaut mieux que je m’en aille. J’étais venue pour te dire ce que tu étais en droit de savoir. Tu n’es pas en état d’avoir une discussion, alors si tu veux en parler, on verra ça à un autre moment...

A la vérité, Lyanna se sentait terriblement mal à l'aise, qui plus est dans un environnement qui n'était pas le sien.

(c) DΛNDELION


Once I loved and once I learnt
Love is weakness, love will leave you burnt.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcier
Karl Fitzgerald
⚝Paroles Échangées : 438
⚝Age : 43
⚝Localisation : quelque part à LA

La vérité doit être rétablie Empty
Message# Sujet: Re: La vérité doit être rétablie   La vérité doit être rétablie EmptyDim 22 Déc - 15:23



La vérité doit être rétablie
Karlily


Jamais encore, il n'avait autant souffert. Il se sentait seul dans l'obscurité et se demandait s'il parviendrait à en sortir avant qu'il ne soit trop tard. La présence de Lyanna ne l'aidait pas vraiment. Il était ivre certes, mais plus encore, incapable de contrôler ses émotions, ce qui, à n'en pas douter, le rendait pathétique aux yeux de la régente, chose qui lui aurait été impossible sobre. D'ailleurs, les grognements de Maze – dans sa tête – faisaient entendre un mécontentement à peine voilé. « Ferme là ! » lui répondit froidement le régent, une froideur dont le loup n'était pas habitué et qui l'ébranla davantage, au point d'en rester muet et de laissait tout le loisir à Lyanna pour se faire entendre et accaparer l'attention de son ancien amant qui s'offusqua malgré l'ivresse, d'entendre l'impératif rythmé la conversation. « - Que j'arrête ? Ah oui, je vois. Quelle bien piètre image que celle d'un régent qui chouine. Moi, j'ai fait le choix de me détourner parce que je ne l'aimais pas. Ouais, j'ai été lâche, quand du jour au lendemain, je me suis retrouvé face à une étrangère. J'ai pris le coven et mes responsabilités comme une excuse pour fuir cette famille dont je ne voulais pas. Et en faisant ce PUTAIN de choix, j'ai entraîné cette pauvre femme dans une longue et interminable chute. » Malgré la dureté de ses mots, il saisit la main de la régente, pour ensuite amoindrir la force de ses maux. Ses sentiments défaillaient, sûrement un coup de l'ivresse, qu'il regretta d'avoir invoqué si vite au détriment de la raison et de son rang. Il le savait, il avait des responsabilités, des droits, mais plus encore des devoirs et en agissant ainsi, il renvoyait une bien piètre image de l'héritage de son père. Il tenta donc de faire entendre ce qui ressemblait à des excuses, avant que la régente de White Coven ne se reprenne et retire sa main tout en faisant montre d'une austérité et d'une froideur qui blessa Karl, plus qu'il ne l'aurait crû. Et c'est sûrement ce qui lui sembla être la pique, qui l'incita à boire le contenu du verre, préalablement ensorcelé par Lyanna pour faire entendre une vérité qu'elle était tout bonnement incapable de faire entendre avec ses propres mots.

Le voyage à travers les souvenirs de Miss Johnston dénombra quelques turbulences pour Karl qui découvrit horrifié, une vérité qui faisait encore défaut à Lyanna quelques heures auparavant. Le cœur de Karl cessa même de battre l'espace d'un instant avant qu'une vive douleur ne l'arrache de cette réalité qui n'en était plus une depuis des années. Une fois encore, son sang s'était mis à bouillir. Le sorcier devait passer outre l'ivresse et vite reprendre le contrôle. S'il ne le faisait pas pour lui, il le devait au moins à Lyanna. « - Attends non... je ...je ne suis certainement pas la bonne personne pour juger... » Mais de toute évidence, ce n'était pas suffisant pour la pratiquante de magie blanche qui venait de se lever et semblait bien décidée à mettre un terme à la discussion. Karl, ayant conscience de sa défaillance, se leva – non sans mal – à son tour  « - Attends ! » Il secoua vivement la tête, pas certain de parvenir à lancer son sort au vu de son état. Il posa deux doigts sur sa nuque, comme s'il s'apprêtait à sentir son pouls avant d'apposer ses mêmes doigts sur son poignet et de fermer les yeux pour murmurer « - Vocatus est venenum. Sanguine mundantur » à trois reprises. La sensation fut désagréable, autant que peuvent l'être les aigreurs d'estomac. Puis peu à peu la sensation de chaleur se mua en froideur, hérissant ainsi chacun des poils du régent qui serra la mâchoire avant de secouer vivement la tête et de se sentir à nouveau sobre. « - Maintenant, je suis en état pour avoir une discussion, sauf si le courage vint à manquer à l'un d'entre nous ce soir. »


(c) DΛNDELION


I'm in love and always will be



color=#186157
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière
Lyanna Johnston
⚝Paroles Échangées : 480

La vérité doit être rétablie Empty
Message# Sujet: Re: La vérité doit être rétablie   La vérité doit être rétablie EmptyMer 25 Déc - 19:38



La vérité doit être rétablie
Karlily

Venir jusqu’à Red House lui avait demandé un effort considérable. Lyanna n’avait jamais été attirée par cet endroit, mais encore moins depuis sa rupture avec Karl, et encore encore moins depuis qu’il en était devenu régent. Le revoir était douloureux, mais devoir lui avouer la vérité l’était d’autant plus. Et à présent, c’était une autre vérité qui les assaillait tous les deux : le décès de l’ex femme du régent. Lui culpabilisait, mais Lily trouvait qu’il se flagellait pour rien. Si quelqu’un était à blâmer, n’était-ce pas elle ? N’avait-elle pas pour devoir de protéger les sorciers sous sa coupe ? Elle n’avait pas été au courant de la détresse de la jeune femme, elle semblait plutôt épanouie à White Chapel avec son fils et ce sorcier qui était toujours avec elle. Et puis la régente avait d’autres soucis à gérer, si personne ne venait lui expliquer son propre cas, elle ne pouvait pas le deviner. Essayant de faire comprendre à Karl qu’il devait arrêter de se sentir coupable pour tous les maux du monde, elle voyait bien qu’elle se heurtait à un mur, ce qui la fit soupirer et serrer les dents.

- Mais qu’est-ce que tu racontes, Karl ! Des couples qui se séparent, c’est la vie, ça arrive de partout, tous les jours, dans tous les pays ! Arrête de croire que tout tourne toujours autour de toi ! Elle avait retrouvé un équilibre à White Chapel, tu peux me croire, elle n’était pas seule ! Alors arrête de t’autoflageller !

Sentir la main de son ex attraper la sienne l’avait presque faite sursauter tant elle ne s’attendait pas à ce contact. Le pauvre Fitz n’était plus que l’ombre de lui-même. Lyanna voulait partir, elle ne se sentait pas à sa place, elle voulait fuir cet homme dont l’absence l’avait tant faite souffrir par le passé. Une ancienne et profonde blessure qui semblait se rouvrir chaque fois qu’elle le voyait, malgré le temps écoulé. Et comme toujours, Karl n’en fit qu’à sa tête et ingurgita le contenu du verre, revoyant les souvenirs transmis par Clayton qui avait sauvé la vie de la jeune Lyanna ce fameux soir de 1996. Maintenant, il savait. La régente de White Chapel était sur le départ, elle ne voulait pas rester et l’entendre l’accabler de reproches là où elle-même culpabilisait déjà suffisamment. Contre toute attente, Fitz semblait dire que ce n’était pas son intention. Et il voulut la retenir. Le regard de la sorcière se posa sur lui et elle le vit procéder à une incantation. Vu l’état d’ébriété, jamais elle n’aurait osé essayer et encore une fois, elle le trouva bien imprudent. Mais il semblait que le sort fonctionnait, il paraissait sobre à présent. Une chance. Ou pas. Elle lui lança un regard noir.

- Tu oses prétendre que je manque de courage ?
commença-t-elle avant de se mordre la lèvre pour se retenir de lui balancer une insulte.

Elle finit par souffler, ne voulant pas perdre la face, et revint s’asseoir.

- Tu n’as pas ton pareil pour être un emmerdeur de première ! Bon, OK, tu veux avoir une discussion, parfait. Parle, pose tes questions, qu’on en finisse. J’en ai ma claque d’être tourmentée et de souffrir, je veux que ça s’arrête ! T’as une solution pour ça ?

Ses yeux brillaient d’émotion et de tristesse.

- On a un gamin de vingt-trois ans qui n’a, visiblement, pas hérité de nos capacités respectives. Ça fait des semaines que j’essaie de lui faire rattraper son retard, mais je crois qu’il faut simplement lui apprendre à se comporter comme une personne normale. Il attire les ennuis comme personne mais avec une telle innocence, c’est affligeant.

Le regard dans le vide, elle souffla longuement, comme si dire tout cela à voix haute ne rendait les faits que plus réels encore.

- J'aurais mieux fait d'y rester ce soir-là, bougonna-t-elle.
(c) DΛNDELION


Once I loved and once I learnt
Love is weakness, love will leave you burnt.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcier
Karl Fitzgerald
⚝Paroles Échangées : 438
⚝Age : 43
⚝Localisation : quelque part à LA

La vérité doit être rétablie Empty
Message# Sujet: Re: La vérité doit être rétablie   La vérité doit être rétablie EmptyDim 29 Déc - 0:14



La vérité doit être rétablie
Karlily




Il est difficile d'avoir les idées claires lorsque votre cœur se brise, que l'alcool coule dans vos veines et que le passé vous rattrape. Mais Lyanna avait raison et ça en coûtait à Karl Fitzgerald de devoir le reconnaître. De ce fait, il préféra placer cet aveu sous silence. Il était faible, mais pas assez pour lui donner trop rapidement raison. Alors, ils en étaient là ? Encore à se battre pour se préserver et ne faire montre d'aucune faiblesse, juste par orgueil ? Quelle bien étrange sensation pour Karl qui repensait alors à l'attitude de son père à l'enterrement de Penny, deux décennies plutôt. Face aux autres, le régent qu'il allait devenir, faisait montre d'un contrôle qui avait ébranlé son fils, trop émotif et atteint par le chagrin pour se résoudre à préserver les apparences. Mais aujourd'hui, ici, il n'y avait plus personne. Tous avaient déguerpi lorsque Lyanna les avait exhorté à quitter les lieux. Alors, pourquoi Karl continuait-il à se montrer orgueilleux ? Avait-il encore besoin d'agir de la sorte après avoir chouiné et fait montre d'une trop grande faiblesse pour un régent ? « - Oui sauf que je ne l'ai jamais aimé » Il ne s'en était pas encore rendu compte, mais cette fois, l'hésitation n'avait pas mis à mal son propos. C'était sorti tout seul, avec une telle fulgurance. Pourquoi ici ? Pourquoi maintenant ? Étaient-ce les effets de l'alcool ? Sûrement ! L'alcool nous désinhibe, c'est connu, il amoindrit nos protections tel un philtre de vérité. « Non, c'est impossible ! Je n'ai pas pu dire ça. Elle vient de mourir, bon sang ! » Dans la tête de Karl, c'était l'effervescence, la culpabilité subsistait malgré les « efforts » de son interlocutrice. « - Tout ne tourne pas autour de moi » lança-t-il avec sévérité « - Je n'ai jamais été comme ça » C'était important pour lui de le rappeler puisque de toute évidence la régente semblait l'avoir oublié. « - Et quand tu vas bien, tu ne te suicides pas ! » Cela n'avait aucun sens et plus il y pensait, plus l'hypothèse de suicide ne tenait pas la route.

Cela aurait toutefois pu s’arrêter, si Lyanna s’en était allé et si Karl n’avait pas joué les têtes de mules, intrépides de surcroît. Mais c’est ainsi que le monde tourne. Certains passent à côté de leur vie et choisissent de jouer les autruches, tandis que d’autres optent pour le hors-piste ou sautent dans le vide. Les effets de l’alcool l’avaient sûrement rendu plus audacieux lorsque sans réfléchir, il s’était enfilé le verre ensorcelé, lui permettant ainsi d’avoir accès à un fragment du passé de Lyanna. Et quel fragment ! L’année 1996, en somme l’une des plus sombres et pour l’un et pour l’autre. Mais plus encore, par-delà les scènes défilantes devant lui, Karl y découvrit un secret bien gardé, tellement qu’il avait fallu plus de deux décennies à l’intéressée pour lever un voile qu’elle avait contribué à se foutre devant la gueule pour oublier l’existence de ce petit être qui allait la lier à jamais à Karl. Bam ! Premier choc ! Si la vérité avait été douloureuse, le retour à la réalité le fut tout autant. Mais cette fois, il n'avait pas le droit à l'erreur et encore moins à la défaillance. Alors et sans vraiment réfléchir aux risques hypothétiques, le sorcier jeta un sortilège pour assainir son sang. Ce n'était pas la première fois qu'il l'utilisait, mais son degré d'alcoolémie était bien plus élevé que les fois précédentes. Assez pour rendre le sortilège légèrement douloureux et pour le dissuader de recommencer. « - On manque tous de courage un jour, c'est comme ça. Nous sommes imparfaits par définition. » Il était calme, posé et semblait avoir retrouvé un peu plus de contenance posant sur la jeune femme, un regard oscillant entre une douceur passée et une légère tristesse.

« - Je n'ai pas envie de transformer cette discussion en interrogatoire. Je ne veux pas non plus te juger et encore moins te tourmenter Lyanna. Tu n'es pas une mauvaise personne, cette souffrance qui t'assaillit tu ne la mérites pas. Malheureusement pour toi, je n'ai aucune solution pour réparer un cœur brisé. Ce n'est pas faute d'avoir essayé pourtant. » Il parvint à lire, une fois encore, de la tristesse dans son regard, mais préféra ne pas le faire savoir pour lui donner l'impression qu'elle avait encore le contrôle. Il se tue ensuite, persuadé qu'elle avait des choses à dire et qu'il était primordial qu'elle les fasse entendre. Elle se mit alors à évoquer ce fameux gamin de vingt-trois ans, le fruit d'un amour passé, qu'ils ne pouvaient désormais plus ignorer. « - Je l'ai rencontré à Black Stone Street il y a peu. De mauvaises personnes lui tournaient autour. J'ai compris qu'il n'était pas mauvais, mais qu'il serait incapable de se défendre comme il faut... Bon sang » Il se frotta le visage, histoire d'être sûr que tout cela n'était pas un mauvais rêve. « - Notre fils ? » Il avait encore besoin de certitude tandis que sa consœur s'enfonçait elle un peu plus dans le désespoir en imaginant le pire comme la meilleure des alternatives. « - NON ! » Il se surprit lui-même à l'avoir presque hurlé à sa face tant l'idée. « - Non, tu ne peux pas dire ce genre de choses. » Ca l'avait perturbé, plus qu'il ne l'aurait crû. Pourtant, ce n'était que des mots, rien de plus. « - Je pense que c'est trop tôt. On devrait attendre un peu avant de reprendre cette conversation. Laissons passé quelques jours qu'est-ce que tu en dis ? »


(c) DΛNDELION


I'm in love and always will be



color=#186157
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

La vérité doit être rétablie Empty
Message# Sujet: Re: La vérité doit être rétablie   La vérité doit être rétablie Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

La vérité doit être rétablie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Perfume of Blood :: Archives :: ♰ Archives :: RPS finis-