Partagez
 

 Un détail coûteux... [PV Claude]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Esprit
Amarante Byron
⚝Paroles Échangées : 188
⚝Age : 28
⚝Localisation : Hotel Lux

Un détail coûteux... [PV Claude] Empty
Message# Sujet: Un détail coûteux... [PV Claude]   Un détail coûteux... [PV Claude] EmptyLun 30 Déc - 13:10

Amarante et Sigvard sortaient dîner ensemble ce soir. Comme toujours Ama était ravissante avec une robe bordeaux, l’esprit était coquet et un doux parfum de violette  embaumait son sillage, amis cela n’avait rien de miraculeux, Amarante était toujours ainsi. Le véritable miracle de cette soirée et qu’elle avait réussi à convaincre Sig de porter un costard. Il était tellement classe quand il faisait un peu d’effort son géant nordique. Son regard couvait affectueusement son ami si bien que quand on lui apporta la carte du restaurant, elle eut un petit sursaut surpris. Elle avait presque oublié le monde alentour. Amarante rendit au serveur son sourire poli. Elle semblait charmante vraiment, un petit ange qui allait pourtant finir par se transformer en démon. Mais pour le moment, elle devait faire un choix de plat, enfin plusieurs car elle était diablement gourmande et ses deux ou trois heures de sport intensif par jour lui permettait. Quand on vivait sa vie, il fallait être toujours en forme, l’ennemi pouvait surgir de partout et si elle n’en avait pas pour le moment, cela ne voulait pas dire qu’elle n’en n’aurait jamais. Elle était la personne qui possédait un coffre-fort caché avec un tas de secret problématique de beaucoup de gens. Le serveur revint elle avait fait son choix.

- Une bouteille de vin riesling d'Alsace, une salade fraîche de crevette, un bar grillé au miel et du saumon aux herbes du jardin, mais sans aneth c’est possible ?
- Oui madame, tout est servi frais chez nous, on prépare sur place et n’est pas un plat mariné que vous avez choisi là.
- C’est parfait alors, merci de votre si agréable service.

Grand sourire, un véritable ange. Une fois le serveur parti elle plongea son regard dans les yeux verts de son collaborateur.

- Encore des gambas ?
- Toujours. Je n’ai pas un palais aussi délicat que le tien.

Amarante leva les yeux au ciel avec un petit rire sec Il y a des choses qu’elle ne changerait jamais chez son ami et c’était presque mieux ainsi, elle n’aimait pas les gens dociles. Le vin arriva et on leur servit deux coupes, le duo trinqua alors pour fêter son nouveau corps


Un détail coûteux... [PV Claude] Tumblr_pv2hdxJGZj1tno6c3o5_640

« Balzac lui a fait comprendre une chose:
la beauté d'une femme est un trésor qui n'a pas de prix. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit
Claude Doe
⚝Paroles Échangées : 73
⚝Localisation : Sous un pont

Un détail coûteux... [PV Claude] Empty
Message# Sujet: Re: Un détail coûteux... [PV Claude]   Un détail coûteux... [PV Claude] EmptyJeu 2 Jan - 0:02


Un détail coûteux...
Amarante Byron & Claude Doe



C'est pas moi, je suis innocent !
La nuit tombait sur Los Angeles et nimbait les rues de nuances orangées. Dans ces couleurs chaudes, baigné par les températures clémentes de la Californie, le monde se mettait en branle. La plupart des habitants rentraient chez eux après une longue journée de travail, d’autres sortaient se promener, passer la soirée en ville. Au milieu de tout ça, Claude courait. Ce qui, il fallait l’avouer, n’était pas une chose si étonnante venant de lui. Ou plutôt n’était-ce pas une chose étonnante venant de Luka, mais particulièrement déstabilisante pour quiconque connaissait feu Claude. Luka, lui, avait passé sa vie à courir, à fuir le danger, peu importait la forme qu’il prenait. D’ailleurs, il avait, aussi, passé sa mort à courir loin du danger. Il n’y avait eu que Louise pour calmer sa lâcheté et le forcer à rester immobile quand il rêvait de prendre ses jambes à son cou. En deux ans de cohabitation avec l’humaine, il ne se souvenait pas, pas une seule fois, l’avoir vue courir. Lui, il ne pouvait pas comprendre ça.

Néanmoins, ce soir, Luka ne courait pas pour sauver sa vie. Ou pas exactement. L’esprit, trop heureux de pouvoir profiter d’une journée de repos et d’un bon lit dans un hôtel, s’était assoupi un poil trop longtemps. Maintenant, il était en retard pour le service de nuit et courait pour essayer, en vain, de raccourcir au maximum ce retard. Avec un peu de chance, personne ne remarquerait rien et il pourrait prendre son poste sans craindre de représailles.

Évidemment, ce ne fut pas le cas. Claude débarqua dans la cuisine du restaurant, haletant, et noua son tablier autour de sa taille. Le chef le réprimanda sans qu’il ne l’écoute vraiment, un peu dans le coton à cause de l’effort de la course. Que pouvait-il dire, de toute façon ? Il n’avait aucune excuse pour prendre sa défense. Il ne pouvait clairement pas dire à son patron qu’il habitait, encore deux semaines auparavant, sous un pont, et qu’il piquait dans les restes du restaurant pour ne pas avoir à s’acheter à manger. Question d’honneur, ou du peu d’ego que l’esprit espérait pouvoir sauver.

Travailler dans un restaurant n’était franchement pas le job rêvé pour Luka. Non pas qu’il ne sache pas cuisiner, au contraire ! De son vivant, et dans sa mort aussi, le sorcier avait été un vrai cordeau bleu, capable de transformer un plat de pâtes en repas digne d’un hôtel quatre étoiles (sans exagération, noooon). Néanmoins, il n’a jamais aimé ça, cuisiner. Lou a toujours rêvé plus. Ce qu’il voulait, lui, c’était la puissance, le pouvoir ! Pas concocter des petits plats pour… pour qui, de toute façon ? Luka n’avait jamais vraiment eu d’amis.

Ce n’était que par extrême nécessité que l’esprit avait accepté ce travail. Une ancienne connaissance chez qui il avait espéré pouvoir squatter un temps (sans succès) l’a recommandé au patron, consciente des talents culinaires de Lou. Les horaires idiots, la chaleur des cuisines, devoir se presser pour tout, tout le temps… Il n’en pouvait plus. Ce petit retard, couplée aux remontrances de son patron, confortèrent l’ancien sorcier dans son idée : il était temps de démissionner. Il trouverait autre chose ailleurs, mais ça, là, il n’en pouvait plus.

Alors, Luka se concentra sur son dernier plat de la soirée. Il prépara tout ce que les clients avaient demandé et, quand on lui précisa de mettre de l’aneth, il mit de l’aneth, sans comprendre pourquoi on le lui précisait alors qu’il mettait toujours de l’aneth avec le saumon. C’était que Lou avait, un peu, l’esprit ailleurs, au moment de préparer la commande. Puisqu’il avait décidé que ce saumon serait son dernier plat de la nuit, Claude s’empara de l’assiette, ainsi que de l’autre, et les emmena lui-même à la bonne table. Il déposa le tout sur la table et, avec un grand sourire, souhaita un bon appétit au couple devant lui.

Sans attendre de réponse, puisqu’il n’était, de toute façon, pas là pour ça et qu’il s’en fichait royalement, Claude se réfugia dans les vestiaires, défit le nœud de son tablier et le lança dans son casier, en échange de sa paie des deux dernières semaines. Voilà ce qu’il y avait de bien à se faire payer deux fois par mois, plutôt qu’une ! Il pouvait quitter le travail aujourd’hui et ne jamais revenir, il empochait tout de même un joli petit salaire. Une bonne chose de faite !

« Qui a mis de l’aneth dans cette assiette ?!! entendit-il crier dans la cuisine. »

Liquéfié sur place, Lou décida qu’il était temps de fuir le restaurant. Maintenant, tout de suite, et le plus vite possible. Quitte à partir en courant, sans se retourner, jusqu’à tomber d’épuisement. Oui, bonne idée. Très bonne idée, même. Mais par où devait-il s'enfuir ?

(c) ROGERS.



You only live once, or twice, or... well, enjoy life
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit
Amarante Byron
⚝Paroles Échangées : 188
⚝Age : 28
⚝Localisation : Hotel Lux

Un détail coûteux... [PV Claude] Empty
Message# Sujet: Re: Un détail coûteux... [PV Claude]   Un détail coûteux... [PV Claude] EmptyJeu 2 Jan - 18:16

La soirée devait être agréable, tout semblait pour le moment parfait. Amarante était dans un excellent restaurant avec son meilleur ami. Elle se sentait belle et désirable dans sa nouvelle enveloppe. Le riesling arriva et elle interrompit le serveur, pour se servir elle-même, elle et Sigvard. Le poignet souple et expert elle servit leurs deux verres, sa langue glissa légère de satisfaction sur sa lèvre supérieure. Elle pétillait autant que sa boisson, une fois qu’elle eut fini un sourire en coin elle s’adressa avec tendresse à Sig.

- Goûte…

Elle était sûre d’elle. Par le passé elle avait déjà goûté à ce vin et il était délicieux. Le regard pétillant elle fixa la coupe de vin monter aux lèvres de son ami. Amarante analysa son expression, elle vit sa glotte tressaillir. Il aimait.

- Tu aimes ? fit-elle avec l’empressement d’une petite fille.
- Oui, Ama…

Elle eut un sourire ravie, qui s’agrandit en voyant la suite arriver. Son regard s’illumina, elle était affamée. Son ventre criait famine, alors qu’il avait mangé quelques heures auparavant ailleurs. Amarante était tellement gourmande. La salade de crevette fondit rapidement sous son palais. Avec une classe incroyable pour l’estomac sur patte qu’elle était-elle engloutit son entrée. Il fallait dire qu’elle avait pris des cours d’étiquettes pour manger avec élégance quel que soit la situation, mais c’était un peu ridicule à avouer. Amarante avait l’impression d’être au paradis, ce palais-là avait souffert d’un régime vegan. Eve Carter n’avait pas touché à un aliment d’origine animale depuis plus de 18 ans. Elle allait vite remédier à ça, elle ne comprenait pas ce désir de privation qu’avait certain être humain. Quand elle et Sig eurent terminé l’entrée, le fameux saumon aux herbes arriva. Le serveur était vraiment cute, elle lui offrit un grand sourire et des œillades charmeuses. Elle en ferait bien son dessert, mais bon elle était avec son ami, peut-être pas ce soir, mais plus tard, elle reviendrait probablement. Pour tout avouer elle ne savait pas à quoi ressembler de l’aneth et ce fut avec confiance qu’elle piqua sa fourchette dans son plat.

- C’est tellement bon, soupira-t-elle avec plaisir.

Manger était vraiment la chose la plus fantastique de l’univers, avec le sexe qui n’était pas mal du tout ne mentons pas.

- Ama… l’interrompit Sigvard.
- Oui ? répondit-elle en suspendant son geste pour sa prochaine bouchée. Sigvard lui attrapa la main et la lui montra. Ama poussa un petit cri aigu d’horreur et porta ses mains à ses joues ou elle sentit des plaques de bouton naître. Oh mon dieu !

Elle chercha dans son sac à main un miroir de poche et vit son visage… il était défiguré par d’horribles plaques rouges de boutons. Elle se mordit la lèvre inférieure, puis le démon en elle sortit, elle se leva soudainement renversant sa coupe de vin et balbutia.

- Qui… qui a fait ce plat ? C’est… inadmissible, siffla-t-elle sa voix habituellement grave partant dans les aiguës. Mon beau visage, fit-elle en le touchant encore. Vous savez combien m’a coûté ce putain de visage ? rugit-elle.

Non elle n’avait pas fait de chirurgie, mais pour paraître avoir seulement 20 ans alors qu’elle en avait 30 elle avait payé les soins esthétiques les plus cher de la ville.

- Mon visage c’est mon.... métier faillit-elle dire, mais Sigvard c’était levé pour l’envelopper de ses bras.
- Calme-toi.
- Non, non, non… Je vais pas me calmer, je veux le coupable. Tout de suite ! Ou je fais fermer ce restaurant…

Elle avait l’argent pour, elle ne le ferait probablement pas, mais pour le moment elle était juste aveuglée par la colère.










Un détail coûteux... [PV Claude] Tumblr_pv2hdxJGZj1tno6c3o5_640

« Balzac lui a fait comprendre une chose:
la beauté d'une femme est un trésor qui n'a pas de prix. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit
Claude Doe
⚝Paroles Échangées : 73
⚝Localisation : Sous un pont

Un détail coûteux... [PV Claude] Empty
Message# Sujet: Re: Un détail coûteux... [PV Claude]   Un détail coûteux... [PV Claude] EmptyJeu 9 Jan - 10:22


Un détail coûteux...
Amarante Byron & Claude Doe



C'est pas moi, je suis innocent !
Le cri traversa le couloir, à côté des vestiaires, et s’enfonça dans la cuisine. Luka n’avait pas besoin de voir la scène pour comprendre ce qu’il se passait. Le chef devait passer entre les plans de travail, des veines rouges tout le long du visage, la gorge crispée sur sa rage. Une main en l’air, peut-être même frappait-il quelques dos, secouait-il quelques épaules, il cherchait le coupable, scrutant intensément ses petits larbins pour croiser le regard fuyant de celui qui avait fait une telle erreur. Lou ne doutait pas que le chef du restaurant pourrait réduire en cendres le coupable, d’un simple coup d’œil meurtrier. Il en eut la chair de poule et sentit poindre en lui une petite dose de compassion. Il ne souhaitait la colère du chef à personne. Mais bon, quelqu’un avait fait une erreur et cette personne devait payer. C’était la vie.

Claude rangea sa paie dans sa poche, referma son casier et se dirigea vers le couloir, dans l’intention de s’enfuir le plus loin possible du restaurant et rentrer… rentrer nulle part, en fait. Il n’avait pas de chez lui. Peut-être pourrait-il s’offrir une nuit dans un motel, histoire de ne pas finir sa nuit au coin d’une rue. Néanmoins, ce besoin, au fond de lui, de prendre ses jambes à son cou, l’inquiéta un peu. Lou avait l’habitude d’avoir peur, de fuir le danger pour ne pas l’affronter. Ce n’était pas une chose nouvelle. Il la traînait derrière lui depuis sa toute première vie et n’avait jamais réussi à se séparer de cette lâcheté. D’ailleurs, il ne considérait pas du tout cela comme de la lâcheté ! C’était de l’instinct de survie, de conservation. Et ça n’avait absolument rien à voir.

Néanmoins, Luka ne savait pas que penser de cette intuition, accrochée à ses os, qui lui hurlait de fuir. Il savait que de travailler dans un restaurant n’était pas la meilleure chose qu’il eut fait de sa vie, ou de sa mort, mais ce n’était pas un calvaire à ce point-là. Il avait pu le supporter jusqu’à aujourd’hui et il était persuadé que le chef ne lui en voudrait pas de se barrer. Son boss appréciait peut-être ses talents culinaires, mais Lou ne s’y trompait pas : dans les yeux du cuisinier, il voyait toute la haine que sa personne lui inspirait. Il ne comprenait pas vraiment, même s’il en avait l’habitude. Pour une fois, l’ancien sorcier n’avait pourtant rien fait pour le mériter. À part cuisiner, assez concentré pour ne rien faire tomber, pour ne pas se tromper. Peut-être était-ce ça, le problème. Un visage de vingt-et-un ans qui cuisine aussi bien que Luka, de son vivant, alors qu’il devrait avoir, aujourd’hui quarante-cinq ans passés.

Bref ! Rien de tout ceci ne le concernait désormais. Claude sourit et sortit des vestiaires, décidé à partir loin d’ici. Ce fut, cependant, à ce moment-là que le chef sortait des cuisines pour fondre sur lui. Les grosses mains de l’homme se refermèrent sur ses épaules et le secouèrent fortement. Le jeune asiatique entendit quelques insultes, puis une gifle monumentale le força à tourner la tête sur le côté. Il vit, alors, dans la salle du restaurant, la cliente qu’il avait servie quelques instants plus tôt. Debout, elle semblait faire un scandale, tandis qu’une serveuse slalomait entre les tables pour la rejoindre et essayer de la calmer. Luka n’avait pas besoin d’être témoin de la suite pour savoir que la serveuse, si elle atteignait sa destination, n’arriverait à rien. La cliente semblait furieuse.

« Espèce de petit con ! T’es viré ! cria le chef, en postillonnant un peu. »

« Quoi ? »

L’esprit s’insurgea, la bouche tordue sur un rictus haineux. La serveuse s’était arrêtée à mi-chemin, interpellée par le cri du chef et, une main posée sur la bouche, elle semblait presque plus choquée que Luka. Lui, il avait, une fois encore, l’habitude. Combien de fois s’était-il fait virer ? Néanmoins, c’était sûrement la première fois qu’il démissionnait avant d’être viré. D’habitude, Lou s’efforçait de dire qu’on ne pouvait pas le virer, que c’était, de toute façon, lui qui démissionnait, ce qui était faux et ne servait à rien. Cette fois, alors qu’il pouvait s’en vanter, il ne dit rien. Il se défit de l’emprise du chef, grogna un peu et se dirigea vers la salle du restaurant. Malheureusement, la vipère qui n’aimait pas l’aneth se trouvait entre Luka et son salut : la sortie. Alors, il s’arrêta à son niveau, la toisa de sa hauteur et sourit, d’un petit sourire un poil mauvais.

« Ça te va plutôt bien, tu sais. C’est accordé à ta tenue, ricana-t-il, en jetant un coup d’œil au chef qui repartait, comme une furie, dans les cuisines. T’as raison, fais fermer le resto. De toute façon, c’est pas toujours très propre, là-bas. Même sans aneth, tu en serais peut-être arrivée au même résultat. »

Ce qui était absolument faux, mais Luka n’était plus à un mensonge près. D’ailleurs, savoir la cliente si près de lui (bien qu’il ait gardé, entre lui et son… garde du corps ? une distance de sécurité) ne le mettait pas à l’aise. Il déglutit péniblement et regarda autour de lui de quelle manière il pourrait s’enfuir, sans risquer d’entrer dans le périmètre « danger » qu’il voyait briller autour du couple.

« C’est eux qui m’ont dit de mettre de l’aneth, j’y suis pour rien moi ! Ils ont jamais pu me blairer, de toute façon… »

Ce qui était absolument vrai, mais Luka avait passé sa vie à être détesté. D’ailleurs, il cherchait et adorait se plaindre d’avoir trouvé.

(c) ROGERS.



You only live once, or twice, or... well, enjoy life
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esprit
Amarante Byron
⚝Paroles Échangées : 188
⚝Age : 28
⚝Localisation : Hotel Lux

Un détail coûteux... [PV Claude] Empty
Message# Sujet: Re: Un détail coûteux... [PV Claude]   Un détail coûteux... [PV Claude] EmptySam 11 Jan - 0:46

Ama tapait un caprice ne mentons pas, son visage ne garderait pas la moindre trace elle avait le moyen de guérir sans trace de cicatrice, mais cela le personnel du restaurant ne le savait pas et ils venaient de gâcher sa soirée alors oui elle leur fessait payer. Le corps d’Eve Carter tremblait de rage, elle se mordit la joue attendons qu’on lui remette le responsable, des clients la fixait, mais elle n’en avait rien à foutre. Soudain un homme sortit des cuisines pour se stopper devant elle. Ama remarqua son aura c’était un esprit comme elle, très vite elle comprit autre chose, ce dernier était le responsable de son état, elle grimaça. Amarante avait envie de gratter ses plaques, mais elle devait résister. Dire qu’elle avait trouvé cet énergumène séduisant. Amarante avait envie à présent de lui sauter dessus et pas pour des choses agréables, ses yeux lançaient des éclairs et cela empira quand il ouvrit la bouche.

- Mais…

C’était incroyable il était en train de se foutre de sa gueule, il n’avait pas le moindre soupçon de remord, le pire c’est qu’Ama après un ou deux cris aurait très bien pu se calmer et même l’excuser, elle n’était pas si sadique, pas avec les proies faibles en tout cas. Là il lui donnait envie de se déchaîner, seule la présence d’humain la tempérait il pouvait se considérer chanceux, très… Amarante avait envie d’attraper la salière sa table et l’enfermer dans un cercle de sel, c’était une chose qu’elle avait fait au Lux quand un de ses clients esprit avait dépassé les limites. Elle se sentait de plus en plus mal, elle n’allait pas tarder à s’esquiver, mais pas sans un clac de fin. Quand le coupable eut enfin terminé, elle fit un pas, leva la main et le cuisinier en force n’eut le droit au salut que grâce à l’intervention de Sigvard qui l’a stoppa, elle le fusilla du regard et écrasa son pied sur le sien pour qu’il ne la lâche. Libérée elle fit un pas pour se trouver nez à nez avec l’énergumène.

- Tu veux répéter ou tu préfères t’excuser ?

Ama ne comptait pas le frapper, mais elle comptait juste sur le fait qu’elle était une bonne actrice et qu’elle semblait incroyablement déterminé à en découdre. Elle se pencha pour lui murmurer à l’oreille.

- Conseil d’amie opte pour l’option deux, j’ai des yeux partout à LA esprit, murmura-t-elle, et le bleu ne t’irait pas si bien au teint.

Elle recula d’un pas, pas plus perturbée, elle s’était montrée implacable, un peu monstrueuse, mais dans son monde elle se devait de l'être.


Un détail coûteux... [PV Claude] Tumblr_pv2hdxJGZj1tno6c3o5_640

« Balzac lui a fait comprendre une chose:
la beauté d'une femme est un trésor qui n'a pas de prix. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Un détail coûteux... [PV Claude] Empty
Message# Sujet: Re: Un détail coûteux... [PV Claude]   Un détail coûteux... [PV Claude] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Un détail coûteux... [PV Claude]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Perfume of Blood :: Los Angeles :: ♰ Downtown of L.A-