AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 It's the darkest part (stefano)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité

MessageSujet: It's the darkest part (stefano)   Dim 8 Juil - 14:07



It's the darkest part
Stefano & Lucius

« This is the world I've created. The product of what I've become. My soul and my youth. Relent or resist ? Seems the monster always wins. »
Le monde n'a jamais été qu'une ronde ne cessant jamais de tourner, de ressasser des époques trop semblables. Et pourtant, ce nouveau siècle était différent, l'humanité cherchait à apprendre, à progresser, à s'éloigner de l'obscurantisme pour mieux sombrer dans la décadence oubliée, rejetée, des millénaires bafoués. Sous le prétexte de la science, elle se noyait dans des pratiques douteuses, dans des meurtres de masse... La religion pour plus bel étendard, cela faisait sourire Lucius qui trouvait le fait que le ciel, et ce Dieu unique trop jaloux de ceux qui voulaient trôner comme son égal, puisse être le prétexte d'atrocités délicieuses. Lui qui autrefois en avait commises tellement que la malédiction était venue, leur tombant dessus comme la plus insupportable des douleurs ressenties, comme si l'on avait voulu qu'ils éprouvent les douleurs de leurs victimes. Et la faim, cette soif qui avait rougi leurs yeux, les laissant massacrer à nouveau sans l'ombre d'un remord, s'abreuver de cette liqueur qui semblait mille fois plus divine que du temps de leur humanité. Papilles survoltées, sensations démesurées. Il y avait de cela dans chacune de ses toiles, et de ce petit quelque chose de dérangeant qui semblait vouloir trouver la noirceur de chaque âme, la nourrir, la satisfaire, la faire étinceler, comme une pulsation sourde méconnue jusqu'alors.

Ainsi, alors qu'il menait à ses lèvres sa cigarette presque finie, il scruta l'extérieur de la galerie, la foule qui se pressait à l'entrée, pour tenter de pénétrer à l'intérieur, de voir les nouvelles œuvres... Le haut du panier de L.A. était là, comme fasciné par l'horreur relatée dans chacune de ses toiles, écho taciturne de l'esprit galvanisé par le macabre. Deuxième exposition qui se tenait ici, et le succès de l'artiste signant de deux "L" entrelacés, non sans rappeler le symbole de Seth qui s'étirait à l'intérieur de son bras... On le surnommait "L" dans le domaine, parce que l'on ignorait son identité. Mais il avait été là à chaque inauguration... celle-ci s'avérant la seconde influente, celle qui se solderait sans doute par la vente de l'intégralité des œuvres. Argent facile, alors qu'il conservait son air de gamin, qu'il cultivait même le style décontracté pour coller avec l'époque. Mais son regard trahissait cette noirceur délicieuse que l'on imaginait n'être que le reflet de ses tourments intérieurs. D'un geste nonchalant, il laissa tomber le mégot au sol, l'écrasant de la pointe de son pied, avant d'avancer jusqu'au guichetier qui le salua d'un bref signe de tête, avant de le laisser passer devant tout le monde. Ca attira l'attention, s'interrogeant brièvement sur qui était ce gamin... visage si vite oublié parce que c'était l'identité de l'artiste qui poussait la curiosité des visiteurs à leur paroxysme, s'interrogeant sur qui était capable d'une telle... créativité ? Le mot serait si mal choisi pour exprimer la vérité, mais parfait dans le milieu civilisé de l'art.

Ses mains enfoncées dans ses proches, il avançait silencieusement, jouant au visiteur intrigué, tandis qu'une coupe de champagne finissait entre ses doigts. Abandonnée là par quelqu'un se moquant bien de son âge véritable, tandis qu'il s'arrêtait aux côtés d'une femme entre deux âges, semblant captivée par la peinture sanglante et torturée du vampire. Vous connaissiez avant de venir ? lui demanda-t-il en désignant de sa coupe la toile qui s'étirait sur le mur. J'avais déjà vu l'une de ses toiles chez un ami, c'est... fascinant. souffla-t-elle, avant de venir poser un regard intrigué sur l'adolescent qui lui parlait. Lucius. Je suis stagiaire à la galerie. répondit-il en lui tendant sa main libre, qu'elle prit, la retenant par pur intérêt. Vous connaissez l'artiste alors ? Je l'ai déjà rencontré. répondit-il en hochant vaguement la tête, alors qu'il sentit les doigts féminins caresser sa peau, comme une promesse improbable qu'une femme comme elle puisse s'intéresser à un ado comme lui. Pathétique. Comment est-il ? s'empressa-t-elle de demander, se rapprochant subtilement pour placer ses charmes sous son nez. Mais ce fut une autre odeur qui attira l'attention du vampire... Hum... je ne crois pas qu'il apprécierait que j'en parle. souffla-t-il déjà presque trop distrait, mais elle ne lâcha pas l'affaire, et glissa une carte dans la poche du pantalon, profitant de l'occasion de frôler une partie plus privée de son anatomie, parvenant à retrouver l'entière attention du vampire. Faites-moi plaisir, laissez-moi une chance de vous convaincre, appelez-moi. Sans faute. répondit-il d'un petit sourire amusé, tandis qu'il s'éloignait déjà, comme s'il répondait à l'appel de quelqu'un, venant se placer aux côtés d'un autre vampire... Stefano. Intéressant, non ?

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
 

It's the darkest part (stefano)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Départ non réfléchi et vite regrété.
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» Les membres du CEP frappés d’interdiction de départ
» Mentor/Apprentie Le Départ!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Perfume of Blood :: ⚝ Archives :: ♰ Archives :: Sujets abandonnés-