Partagez
 

 Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elfe Noir
Jesus Goodman
Jesus Goodman
Elfe Noir
⚝Paroles Échangées : 158
⚝Localisation : Dans ton Q ♥

Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge] Empty
Message# Sujet: Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge]   Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge] EmptyJeu 5 Sep - 15:22


 
Jésus reviens parmi les tiens
 
Ignatius Forge & Jesus Goodman

 
 
Quand il reviendra, il fera grand jour


D’un coup de main précis, l’homme décapsule sa bière. La bouteille bouge à peine sur la table tandis que la capsule saute, expulsée de son promontoire, pour s’écraser sur le sol de la pièce en plusieurs clic, clic métalliques. Dans un ralenti magnifique, la vidéo remontre l’exploit surhumain de celui qui n’a, à l’évidence, rien de mieux à faire de ses journées que d’user de kung-fu contre une boisson, sauter dans un canapé, une main plongée dans un pot de pop-corn, et regarder un bon match de football américain bien violent.

L’écran échappe soudain au regard de Jesus, penché au-dessus de l’épaule d’un inconnu, pour mater impunément ce qu’il regarde sur son téléphone portable. L’autre n’a pas l’air ravi, les dents serrées, la gueule outrée, et le chauve le fixe en retour, totalement indifférent à ses protestations. Son téléphone à lui n’a pas un écran si grand, prêt à casser à la moindre chute. L’idée, d’ailleurs, de donner un malencontreux coup de main au mauvais endroit, pour admirer le vol plané de l’appareil, arrache un sourire mauvais à l’elfe noir. L’inconnu, lui, n’apprécie pas la grimace du chauve et s’éloigne, non sans manquer de lui cracher quelques insultes à la figure.

Jesus s’étire sur son banc, enfin débarrassé de l’humain à côté de lui. (Précisons qu’il est arrivé avant lui.) Il plonge une main dans son pot de pop-corn chauds, enfourne le tout dans un grand bruit de mastication visant à énerver le plus de public possible et se fait la réflexion que, lui aussi, il décapsulerait bien une bière avec sa main, pour se poser devant un match de football, un combat de MMA ou tout autre sport présentant ne serait-ce que le moindre risque de faire gicler un peu de sang. Néanmoins, l’elfe n’a pas besoin de se lancer dans une telle entreprise pour savoir ce qui finira pas arriver : la bouteille lui explosera entre les mains et regarder la télé, pour une minuscule goutte de sang sur la caméra, finira par le soûler. Il préfère abandonner l’idée aussi vite qu’elle lui est venue.

Un vent frais caresse sa joue au passage d’une robe sombre devant son banc. Le chauve relève les yeux, attiré par le tissu noir qui claque sur les chevilles, accroche l’arrondi de la hanche et souligne la taille fine, juste sous la poitrine bombée. La femme presse un mouchoir sur son nez rouge et recrache la tristesse de la veuve éplorée, dans un bruit discret. Une main masculine vient aussitôt se refermer sur les épaules frêles. Jesus ne détourne pas le regard pour autant, plus attiré par la détresse des humains qui est, pour lui, un véritable délice, que par la beauté de la veuve dans ses atours noir corbeau. Son humanité ne réveille aucune autre étincelle, dans le cœur de l’elfe, que celle de la haine, de la violence et de l’envie de sang, de vengeance.

Le photographe réajuste ses lunettes noires sur son nez, se lève du banc et suit le chagrin de ces parfaits inconnus, attiré par le malheur comme une mouche par une bonne grosse merde. La comparaison ne peut que le faire sourire, alors que ses yeux sombres détaillent les visages tristes, les vêtements noirs, les larmes aux paupières et la morve aux nez. Il pourrait tout aussi bien exploser de rire, au milieu de la procession funèbre, juste pour montrer au monde entier que lui est heureux, quand les autres, eux, croient être tombés au fond d’un ravin.

Il n’en fait rien, docile, et suit les endeuillés jusqu’à la cathédrale, à quelques mètres de là. L’étrange bâtisse arrache un sourire à Jesus qui se sent prêt à entrer, comme chez lui, pour contempler la bêtise humaine face à la domination divine. Cependant, l’elfe noir décide de rester sur le seuil, adossé à la porte, pour mater le cercueil du mort et les pleurs de son entourage. Il pourrait entrer, s’incruster, se faire passer pour une connaissance, lui aussi en peine d’avoir perdu un super ami, mais il préfère rester là où il est. Il n’est pas sûr de pouvoir jouer son rôle jusqu’au bout sans avoir envie d’exploser de rire, de crier à tous ces petits cons tout le bien qu’il pense d’eux et de leurs cérémonies inutiles.

Alors il reste dans son coin, mâchant, un à un, ses pop-corn caramélisés.

Peut-être bien qu’il en a fait tomber un ou deux, par inadvertance, sur le sol de l’église.

Et peut-être bien qu’il en a lancé un sur l’un des tableaux de son cousin le petit Jésus.
 

(c) ROGERS.



Laughter is the best medicine - fear the shadows
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Démon
Ignatius Forge
⚝Paroles Échangées : 62
⚝Age : 28

Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge] Empty
Message# Sujet: Re: Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge]   Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge] EmptyVen 4 Oct - 10:39


Jesus reviens parmi les tiens
Il parait que quand on est bon, qu'on fait les choses bien et qu'on donne de sa personne, Dieu le rend bien. C'est ce qu'ils disent, les croyants, les religieux, tous ces types qui ne feraient pas un pas vers vous si vous aviez besoin d'aide, pour que tout le monde fasse ce que eux ne veulent pas faire. C'est des conneries, de grosses conneries. Et je suis bien placé pour le savoir, croyez-moi bien. Dieu, il en a rien à foutre. Soyez aussi bon que vous voulez, soyez aussi gentil que vous pouvez, ça va rien vous rapporter à part des emmerdes. Sérieusement, en plus des emmerdes classiques, les bons Samaritain se choppent aussi toutes les emmerdes des autres. Faut être vraiment con pour faire ça. Les innocents sont des crétins qui ne se font jamais plaisir. Les innocents qui aident les autres sont des crétins qui ne se font jamais plaisir et qui ne reçoivent absolument rien de plus en récompense. Et en général, ils ont une vie courte.

C'est le cas pour le cousin Fred. Le cousin Fred, c'est un cousin d'Anna, la mère de mon petit Iggy. Et le cousin Fred, il a jamais bu, jamais fumé, jamais pris de drogue, jamais rien fait qui soit un péché. Même le sexe, il aime pas ça. Il aide dans des associations, il donne de son temps pour les gens démunis, pour ce qui sont perdus, drogués, seuls...C'est un type bien. Ou plutôt, c'était. Parce que maintenant, il n'est plus qu'un cadavre dans une boite. Ce mec a donné toute sa vie pour les autres, il n'a jamais profité de rien, de sa vie, de son temps, jamais pris aucun plaisir...Et Dieu lui a fait chopper un cancer. Le genre foudroyant, contre lequel y'avait rien à faire, pas moyen d'en guérir. Et c'est comme ça que le cousin Fred est mort. Dieu l'a pas aidé et le seul soulagement qu'un croyant idiot comme lui peut espérer, c'est d'être envoyé au Paradis. Mais j'y crois pas. Pourquoi ? Pare que y'a toujours un péché qui traine. Le dernier petit péché auquel t'as pas pensé et qui t'envoie direct en Enfer. Je pense que le cousin Fred est en Enfer, sincèrement, mais je vais pas leur dire. Pas tout de suite en tout cas.

Et comme le cousin Fred est mort et que c'était un pilier de la communauté...Eh ben on est à la cathédrale, pour l'honnorer et prier pour lui. Et c'est chiant. Anna m'a trainé à cette cérémonie à la con, à cet enterrement merdique auquel je ne veux pas aller. Mais je suis dans un corps d'ado et je dois assumer. Tobias est revenu des Enfers et rôde, vaut mieux etre sur mes gardes et faire ce qu'on me demande que de me faire surprendre par cet enfoiré. Alors me voilà dans la cathédrale, avec le même costume qu'à l'enterrement de Tobias justement. Je me fais chier, genre violent. Je ne supporte pas les cantiques et les prières que les gens récitent, ça me remue les entrailles. Fort heureusement, la tristesse et le malheur de moman Forge a le mérite d'égayer un peu ma journée. Et elle fait attention à rien. Alors je peux me lever du banc, sans bruit, pour remonter l'allée la mine basse. Je suis un ado difficile, qui a perdu son père, tous comprennent que je me sente mal à l'aise à cet instant. Ou en tout cas, ils vont le croire.

Alors que j'avance vers la porte de la cathédrale, je remarque quelqu'un contre l'un des battants. Un grand type, chauve, costume noir, en train de faire des grimaces à l'attention d'un portrait de Jésus. Je me targue d'avoir plutôt bonne mémoire en ce qui concerne les visages et les gens et lui, là, je sais qui c'est. Je l'ai déjà croisé, il y a un certain nombre de décennies, sur un autre continent. Et il a le même nom que le barbu du tableau. Je rigole à l'avance, continuant de marcher dans l'allée centrale pour arriver jusqu'à la porte. Je jette un regard à l'elfe noir dont je me souviens parfaitement et, une fois sur le parvis, je sors un paquet de cigarettes de la poche de mon costume et m'en cale une entre les lèvres que j'allume, on ne sait trop comment puisque je n'ai pas sorti de briquet ou d'allumette.

" Vous le connaissiez, le macchabée ? " demandé-je avec un petit sourire, me tournant un peu vers lui.
code by bat'phanie


If i cannot bend heaven i will raise hell
The Devil is real and he's not a little red man with horns and a tail. He can be beautiful. Because he's a fallen angel and he used to be God's Favorite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfe Noir
Jesus Goodman
Jesus Goodman
Elfe Noir
⚝Paroles Échangées : 158
⚝Localisation : Dans ton Q ♥

Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge] Empty
Message# Sujet: Re: Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge]   Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge] EmptyVen 4 Oct - 18:17


 
Jésus reviens parmi les tiens
 
Ignatius Forge & Jesus Goodman

 
 
Pour fêter celui qui inventa l'amour


Jesus est presque plus obnubilé par le portrait de Jésus, pas très loin de sa position, que par la tristesse humaine qui pue dans la cathédrale, renifle bruyamment et l’attire, pourtant, inexorablement. Le barbu a quelque chose de profondément idiot sur le visage, dans le regard, la position des mains, cette façon débile qu’il a de ployer les épaules pour porter une croix sur laquelle il sera cloué vivant. L’elfe noir doit bien avouer que les humains sont inventifs, quand il s’agit de punir les gens qu’ils ne supportent pas. Mais il sait qu’ils ne pourront jamais rattraper son imagination à lui, et encore moins celle de ses parents.

Le chauve plonge la main dans son pot de pop-corn. Les boules caramélisées lui collent aux doigts, rendent chacun des mouvements de ses mâchoires plus difficiles. Il fait exprès, évidemment, de mâcher fort, la bouche à moitié ouverte, pour énerver les endeuillés les plus près de la porte d’entrée. Quelques regards en biais, d’ailleurs, viennent se poser sur lui pour aussitôt se détourner. À croire que le mort était un saint ! Que le monde va crever avec lui ! Jesus ne veut pas y croire. Aucun humain ne peut avoir tant d’importance.

Dans une nouvelle pichenette plus ou moins maîtrisée, l’elfe noir envoie le prochain pop-corn sur le portrait de Jésus. Le caramel qu’il a, peut-être un peu, juste un petit peu, léché, s’accroche à la toile ancienne. Le chauve, lui, lance les paris. La boule va-t-elle tomber ou tenir bon ? Aura-t-elle le temps de sécher avant qu’on ne la remarque ? Pourront-ils l’enlever sans déchirer ou abîmer la peinture ? Évidemment, il mise sur toutes les options qui énerveront le plus les humains. Peut-être bien qu’il pourrait revenir le lendemain admirer les dégâts…

Jesus entend soudain des pas dans l’allée, alors que, concentré sur le petit Jésus faible qui ne s’insurge même pas de l’attaque injustifiée de l’elfe noir, il grimace à l’attention du tableau. Si Dieu surveille vraiment ses petits humains adorés, ne devrait-Il pas le foudroyer sur place ? Aucun orage n’éclate au-dessus de sa tête, personne ne vient le remettre à sa place, ou essayer de le remettre à sa place. Dieu est une arnaque. Même pas foutu de protéger son propre fils, alors pourquoi s’inquiéterait-il de mortels ?

Alors que la silhouette, dans l’allée, est plus proche maintenant, Jesus détourne les yeux du tableau et détaille le gamin, derrière ses lunettes noires. Il a eu l’espoir fou, pour une petite seconde à peine, de voir apparaître un curé en robe sombre pour lui dire d’arrêter d’emmerder le monde. Mais il ne s’agit que d’un enfant, un adolescent tout petit qui passe à côté de lui en le regardant bizarrement. Ou peut-être pas bizarrement, mais aux yeux de Jesus, c’est ainsi que ce sont passées les choses.

Le gamin a le costume noir du deuil, mais son regard n’est pas si triste que ça. L’elfe noir enfourne une autre poignée de pop-corn sans vraiment s’en inquiéter. Les enfants sont un mystère qu’il ne veut pas résoudre. Il préfère se tenir le plus loin possible d’eux. Très, très loin. Ce qui n’est, malheureusement, pas le cas avec celui-ci, tandis qu’il s’arrête sur le parvis pour allumer une cigarette. Jesus plisse un peu les yeux. Il n’est pas sûr d’avoir vu un briquet dans les petits doigts de l’adolescent. Par quel miracle le feu lui sort de la bouche, maintenant ? La question l’intéresse si peu qu’il détourne les yeux et reprend sa contemplation de la cérémonie.

Sauf que le gamin ne veut pas lui foutre la paix. Jesus se tourne à nouveau vers l’inconnu et mastique ses pop-corn, sans répondre. Qu’est-ce que ça change, qu’il le connaisse ou non ? A-t-il une tête à connaître des morts ? Cette pensée arrache un sourire amusé à l’elfe noir. Oui, en fait, il connaît un bon paquet de gens morts, mais pas vraiment de la même façon que tous ces petits cons coincés dans la cathédrale.

Puisque le gamin a décidé de lui adresser la parole et que Jesus doit bien avouer qu’il se fait profondément chier, il décide d’entrer, lui aussi, dans la conversation. Il coince un nouveau pop-corn entre ses doigts et, d’une pichenette, envoie la boule caramélisée sur le gamin, un grand sourire aux lèvres.

« Bah alors, gamin, ta maman t’as pas appris à pas parler aux inconnus ? se moque-t-il, en s’emparant d’un autre pop-corn qui fait, lui aussi, un vol plané jusqu’à l’adolescent. »

Très fier de lui, Jesus s’écarte de la porte pour approcher de l’autre. Il le toise de haut en bas, sans gêne, et baisse finalement le regard sur son pot de pop-corn. Le chauve a, évidemment, fini par tout manger ou lancer sur Jésus et le gamin devant lui ; il ne reste pas une seule boule caramélisée au fond du pot en carton. Pourtant, Jesus se pare d’un regard presque compatissant et tend le pot à l’adolescent.

« Tiens, pour ta peine, dit-il en essayant de se débarrasser vite du déchet entre ses mains. Et pleure pas, gamin, bientôt ce sera ton tour, t’sais. C’est la vie. »
 

(c) ROGERS.



Laughter is the best medicine - fear the shadows
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Démon
Ignatius Forge
⚝Paroles Échangées : 62
⚝Age : 28

Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge] Empty
Message# Sujet: Re: Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge]   Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge] EmptyJeu 17 Oct - 15:40


Jesus reviens parmi les tiens
Dans mes souvenirs de la guerre, il y a peu de personnes sympathiques. En général, les gens sympathiques sont les premières victimes des guerres, même des guerres propres et justes. Forcément, une guerre comme celle-là, ça a plutôt exacerbé les connards et les psychopathes que les gens sympas. Moi-même, je me suis bien épanoui pendant cette période, c'était fun et j'ai eu tout plein d'âmes à dévorer et avec lesquelles m'amuser encore plus en Enfer. Enfin bref, tout ça pour vous dire que ceux que j'ai croisés à cette époque et qui m'ont survécu sont des putains d'enflures, probablement aussi viciés et salauds que moi. Alors forcément, quand je vois cet elfe noir, je sais qu'il n'aura pas de réaction sympathique et gentille à mon égard. Ça m'empêche pas de lui adresser la parole cela dit, je vais quand même pas me priver de l'emmerder un peu après tout ce temps !

Et forcément, que fait-il en réaction ? Il veut me faire chier à son tour. Le coup du pop-corn, j'avoue, je l'avais pas vu venir. Ce mec a au moins une petite centaine d'années mais c'est aussi visiblement un sacré gosse. Ah franchement, si il ne trouve rien d'autre à faire que ça, je vais être déçu. Ce type s'est battu avec moi, il a été à la hauteur et a réussi à me frapper. Alors j'attendais mieux que des piques totalement ridicules et du pop-corn. Qui mange du pop-corn en dehors d'une salle de ciné de toute façon hein...? Personne ne fait ça, personne. Ouais, franchement, il me déçoit, même quand il vient me toiser et ne trouve rien de plus amusant que d'essayer de me refourguer son pot vide. Tu m'as pris pour quoi le chauve ? Ta poubelle ? Comment ce type est-il devenu aussi chiant...

Je croise les bras sur ma poitrine et inhale et exhale la fumée de ma cigarette en le fixant droit dans les yeux. Pourrait-il me reconnaître rien qu'avec ce regard intense et meurtrier ? Bonne question. Mes corps ont souvent des yeux bleus et celui de ce soldat allemand les avait aussi ainsi. Mais peut-être au moins qu'il comprendra que je ne suis pas qu'un vulgaire gosse comme un autre, vu l'envie de meurtre au fond de mes prunelles. Après tout, c'est plutôt rare de voir autant de haine et de détermination dans un regard aussi jeune que le mien, je m'y connais, je fréquente des ados toute la journée et, même chez ceux qui me détestent farouchement, je n'ai pas vu un regard comme ça. Un regard aussi mauvais. " Dis donc le chauve, tu m'as pris pour ta poubelle ? " lâché-je en venant prendre la clope entre mes doigts fins.

J'inspire une dernière fois une bonne bouffée de fumée que je souffler vers le visage de l'elfe noir, tout en jetant mon mégot sur lui et ses vêtements impeccablement noirs. Je ne le trouve pas très hargneux pour un elfe noir confronté à un adolescent humain et ça m'ennuie. Comment m'amuser hein ? Je ne vais pas déclencher une bagarre, pas là comme ça devant la porte de la cathédrale, même si j'en meurs d'envie...Peut-être un peu plus loin, à quelques rues d'ici, histoire qu'on ne me voit pas... " Vas jouer ailleurs, papy, tu vas te faire mal si tu continues à me chercher, " lancé-je, abandonnant définitivement le rôle de l'ado en deuil que j'avais pu avoir l'air de prendre. Si il pouvait se rebeller, faire quelque chose d'amusant, je lui en serais reconnaissant. Je me fais vraiment trop chier aujourd'hui, y'a pas à dire...
code by bat'phanie


If i cannot bend heaven i will raise hell
The Devil is real and he's not a little red man with horns and a tail. He can be beautiful. Because he's a fallen angel and he used to be God's Favorite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfe Noir
Jesus Goodman
Jesus Goodman
Elfe Noir
⚝Paroles Échangées : 158
⚝Localisation : Dans ton Q ♥

Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge] Empty
Message# Sujet: Re: Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge]   Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge] EmptyMar 22 Oct - 11:11


 
Jésus reviens parmi les tiens
 
Ignatius Forge & Jesus Goodman

 
 
Au fond d'une étable, il naquit de Marie


Jesus n’aime pas les gosses. Il ne le dira sûrement jamais assez. Il déteste ça, ça lui donne des envies de meurtres, de sang, de taper sur les joues pleines, rebondies, d’arracher les beaux cheveux un à un, avec une patience qu’on lui connaît peu. Les gamins, ça a toujours quelque chose à dire, ça a peur de rien ou, en tout cas, ça croit avoir peur de rien. Ça pue, parfois, souvent, presque tout le temps ? Ça fait beaucoup de bruit, ça braille sans cesse, ça fait le malin. Non, décidément, Jesus déteste les gamins. Une bonne gifle, ça remet les idées en place. Un nez cassé, ça force à obéir. Quelques dents en moins ? Ça traumatise à vie. Oh oui, pour ce genre de choses, il aime les gosses. C’est fragile, ça remue sans pouvoir se défendre, ça crie, ça hurle, mais ça fait pas mal. Des petites pichenettes, les coups d’un gosse. Des chatouilles, tout au plus. Alors, face à celui-là, Jesus se pare d’un grand sourire pour résister à l’envie de lui enfoncer la tête entre les épaules, littéralement.

Sauf que le gamin, il fait le grand, avec sa clope coincée entre les dents. Il inspire et expire son poison comme s’il craint rien. Jesus grimace un peu quand la fumée vient sur lui. C’est blanc, c’est moche, ça pue. Un peu comme la tronche du môme devant lui. Lui aussi, il peut souffler, même cracher. Il l’a déjà fait, le fait même très souvent, en vérité. La dernière fois qu’il la fait, c’était sur une elfe blanche, ou presque blanche, qui a fini partiellement chocolat. Du vrai chocolat. Pire qu’un lama, le petit Jesus, et il doit se faire violence pour se retenir de recommencer sur l’inconnu. Un peu de patience, ça sert, des fois, dans la vie. Alors il patiente, il titille un peu le môme qui se prend pour un adulte. Il aime ça, emmerder le monde, Jesus, et il veut savoir jusqu’à quand le gamin pourra se retenir avant de vouloir le frapper. Mais avec ses tout petit bras d’adolescent… quel mal pourra-t-il lui faire ?

Le gosse a un regard étrange. Jesus s’y plonge un instant. Il cherche, dans ses yeux bleus, l’impression de déjà-vu qui le prend au ventre, lui hurle à l’oreille de continuer, de pousser le gamin à bout. Puis, finalement, il abandonne. Il se dit que c’est juste un regard d’enfant pourri gâté. Un bambin bercé trop près du mur ou devant une télévision branchée sur les guerres, les crimes, le sang. Un peu comme lui, peut-être, oui. Mais il sait que ça reste juste un enfant, un môme qui se prend pour le maître du monde mais qui, face à la véritable peur, face à un vrai meurtrier, pissera dans son froc. Alors, il abandonne l’idée de le voir exploser, de découvrir un tueur-né. Les humains sont bien souvent décevants, il préfère ne pas avoir d’attentes. Ce, même si le regard du gamin, il doit bien l’avouer, ressemble à celui qu’il voyait, dans le miroir, au même âge…

Le voilà qui se rebelle ! Jesus rit et reprend son paquet de pop-corn vide. L’autre n’en veut pas, tant pis. Il hésite, une seconde, à lui mettre de force sur la tête. Finalement, il préfère le lancer dans un coin du parvis de l’église. Un déchet devant ce qui s’apparente à une grosse benne à ordures (vu le nombre de macchabées dans le cimetière, la comparaison n’est pas si exagérée), ça trouve sa place comme un elfe blanc dans une blanchisserie. Débarrassé de son fardeau, le chauve accueille la fumée, volontairement crachée sur lui, d’une grimace dégoûtée qui se transforme en indignation suprême alors que le mégot vient s’écraser contre sa belle chemise noire. Il panique un peu, chasse la cendre sur son beau tissu à grands coups de mains, au mépris total du mégot qui lui brûle, à peine, un doigt. Alors, comme ça, on se permet de l’attaquer ? D’attaquer ses vêtements parfaits ? Jesus relève les yeux sur l’adolescent et sourit, d’un sourire dépourvu d’amusement. Du moins pour quelques secondes. Très vite, l’elfe noir pétille de joie, d’excitation et d’envie de le lui faire regretter en l’emmerdant comme on ne l’aura certainement jamais emmerdé de toute sa vie.

« Oooh, petit bébé pas content ? Et tu comptes faire quoi, hein ? Me frapper avec tes tous petits poings ? C’est con, regarde. Si je fais ça, tu peux même pas m’atteindre. »

Jesus pose une main sur la tête du gamin et tend le bras. Il rit de sa connerie et secoue un peu cette affreuse tignasse avant de pousser fort sur le front, pour faire reculer le môme. Il a très envie de tirer sur ces grosses joues qui se permettent de le menacer lui. Néanmoins, il se perd un instant, encore, dans ces yeux bleus qui le fixent. Il est certain d’avoir déjà vu quelque chose de semblable quelque part, ailleurs, dans un autre temps, certainement. Alors, il soulève un peu ses lunettes noires et plisse les yeux pour détailler cette tête à claques. Un regard aussi mauvais, il n’en a pas vu souvent et, la plupart du temps, ils ont perdu de leur vilenie à l’instant où ils croisaient la route d’un elfe noir déchaîné, sans limite, comme un fauve lâché contre ses tortionnaires. Ou un petit Jesus lâché contre des nazis.

« Dis donc, la mocheté, t’aurais pas deux/trois ancêtres nazis ? Du genre très vilains, très laids, qui ont très mal fini… ? »
 

(c) ROGERS.



Laughter is the best medicine - fear the shadows
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Démon
Ignatius Forge
⚝Paroles Échangées : 62
⚝Age : 28

Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge] Empty
Message# Sujet: Re: Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge]   Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge] EmptyMar 22 Oct - 23:00


Jesus reviens parmi les tiens
J'aime bien voir le petit elfe noir et ses méninges qui s'agitent, encore et encore. Il a beau sourire, je sais qu'il aurait envie de m'arracher la tête, c'est un elfe noir après tout, ils ont une haine farouche des humains. Et là, comme ça, j'ai l'air tout ce qu'il y a de plus humain. Ou pas. C'est selon. Pour certains, les enfants et les ados, ce ne sont pas vraiment des humains. Plutôt des petites saloperies parasites qui ne peuvent rien faire seules mais prennent un malin plaisir à faire croire qu'ils peuvent et à faire chier le monde. C'est parfait pour moi, je peux faire chier autant de gens que je veux, on m'excusera toujours parce que je suis un ado et que j'ai vu mon père suicidé dans le garage. Ouais ça marche d'enfer cette excuse-là. Mais ça va finir par s'arrêter, on va me dire que je suis censé m'en être remis...Enfin peu importe, ce type-là, il ne sait pas ça et il ne voit qu'un ado merdique qui lui pompe l'air.

Oh il a encore de la ressource et de quoi m'embêter aussi, j'avoue. C'est marrant le coup de la main pour m'empêcher de l'atteindre. Si ça servait à quelque chose, ce serait mieux. Mais on va pas ruiner tous ses espoirs tout de suite hein ? Ce serait moche de lui montrer que ça sert à rien d'essayer de m'arrêter, que je peux quand même lui mettre sa branlée comme en 40 sans qu'il puisse faire quoi que ce soit et même avec un corps de gamin de seize ans je peux le faire. Même les yeux fermés. Mais plus tard, ce serait dommage de ruiner tous mes efforts pour passer inaperçu aussi vite. Et ce serait décevant que ça ne percute pas dans la caboche de Jesus, franchement, il pourrait comprendre non ? Y'a beaucoup d'adolescents aussi chiants ? Est-cee que je me suis ramoli à ce point-là ? Bwarf, je vais bien finir par lui faire comprendre qui je suis, il va trouver, il est pas si con. Ah si pardon, c'est un elfe, il l'est !

Un lueur éclaire pourtant son cerveau. Et sur mon visage passe un large sourire, un sourire sadique mais franchement heureux qu'il commence à choper le truc. " Oh ! Mais je vois que tu t'es mis à te servir de ton cerveau ! C'est une belle avancée pour toi non ? Je veux dire, enfin un organe vital que tu utilises comme il faut, c'est bien ! " m'exclamé-je, tout content et tout fier devant l'éclair de génie dont vient de faire preuve mon bon petit soldat. C'est dommage, je n'ai pas ses plaques sur moi. Un petit souvenir de la guerre. J'en ai plusieurs des comme ça, bien planqués dans mes petites caches, j'aime mes souvenirs, je suis comme ça, c'est idiot mais ça me dérange pas d'avoir l'air un peu idiot avec mes souvenirs.

" Je crois pas que ce charmant Iggy ait d'ancêtres qui aient été nazis, ils étaient plutôt suédois je crois dans sa famille tu vois, " continué-je sur le ton de la conversation, comme si je bandinais tranquillement à propos de la pluie et du beau temps. " Oh j'ai dit aux autres ton nom, tu sais en bas, l'elfe noir qui s'appelle Jesus...Ça a bien fait marrer tout le monde ! Franchement, ils ont adoré cette blague, faudra dire bravo à tes parents. Ah et d'ailleurs, quand tu descendras, s'il te plait, viens chez moi. On s'amusera bien tous les deux, je te le promets ! "
code by bat'phanie


If i cannot bend heaven i will raise hell
The Devil is real and he's not a little red man with horns and a tail. He can be beautiful. Because he's a fallen angel and he used to be God's Favorite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfe Noir
Jesus Goodman
Jesus Goodman
Elfe Noir
⚝Paroles Échangées : 158
⚝Localisation : Dans ton Q ♥

Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge] Empty
Message# Sujet: Re: Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge]   Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge] EmptyMer 30 Oct - 9:11


 
Jésus reviens parmi les tiens
 
Ignatius Forge & Jesus Goodman

 
 
Personne n'avait voulu de lui


Jesus est tant concentré sur le regard de l’adolescent qu’il en oublie presque qu’il n’est pas tout seul, sur le parvis de l’église, accompagné d’une paire d’yeux familière. L’image a peut-être de quoi gêner un humain et lui faire crier que c’est absurde ! Mais, lui, en digne elfe noir qu’il est, pourrait bien se retrouver, un jour, seul avec une paire d’yeux à mater, sans qu’il n’y ait aucun corps autour. Peut-être même qu’il l’a déjà fait. Avec une vie comme la sienne, on en oublie facilement tous les méfaits que l’on a faits.

Il sait qu’il a déjà vu une lueur aussi mauvaise ailleurs. C’est un regard particulier, une envie de meurtre qui dépasse le stade de l’envie physique, du besoin inscrit dans la chair. C’est, un peu comme lui, une soif de sang qui trouve sa source beaucoup plus loin, tout au fond de l’âme. Néanmoins, Jesus peut le jurer, le cracher s’il le faut : il n’a jamais vu d’elfe noir avec les yeux bleus. Lui-même, s’il était né ainsi, aurait sûrement fini suicidé. Quoi que… à bien y penser, ses parents l’auraient sûrement achevé avant, persuadés de lui faire une faveur.

Un regard aussi malsain, Jesus en a déjà vu sur les nazis de la guerre de 39/45. Évidemment, ces gens-là faisaient les malins, à l’époque, mais ils ne tenaient pas longtemps devant lui. Aucun humain ne peut rester foncièrement mauvais devant une promesse de mort lente et des tortures terribles. Même pas des Allemands aussi cinglés que ceux-là. Alors, l’elfe noir tente quand même le coup, mais est presque sûr de ne pas avoir trouvé la bonne réponse.

L’envie du gamin d’énerver le chauve le fait sourire. Il a très envie de lui répondre qu’il sait parfaitement utiliser les organes vitaux des autres, mais il n’est pas sûr qu’un sale gosse puisse comprendre ce qu’il entend par là. Avoir le cœur sur la main, est une expression que Jesus affectionne tout particulièrement. Mais il sait que peu de personnes au monde savent véritablement ce que ça fait de tenir un cœur chaud entre ses doigts, de le sentir essayer de se débattre une dernière fois et éjecter son sang. Il se souvient, lui, du dernier rebond du palpitant et se perd, un instant, dans ce délicieux souvenir. Il pourrait peut-être expliquer à cette affreuse frimousse ce que ça fait, mais il n’y a rien de mieux pour apprendre que la pratique, non ?

À deux doigts de craquer face à son envie de faire taire le môme, Jesus fronce un peu ses sourcils imberbes et prend le temps de comprendre qui est ce « charmant Iggy ». Il ne voit aucun charmant à l’horizon et le visage enfantin de l’adolescent est trop laid, à ses yeux à lui, pour que l’information lui paraisse évidente. Il pense, d’abord, au fameux mort qui attend sa messe dans la cathédrale. Peut-être que c’est lui, le charmant Iggy, un humain qui s’est pris pour un saint et qui a dû le regretter le moment de mourir venu. Le père du môme, peut-être. Et le détachement du gamin face à la mort ne peut que faire écho à ce détachement face à l’héritage de sa famille. S’il n’aime pas son daron, alors pourquoi pleurer sa disparition ou connaître ses ancêtres ? Tout est plus ou moins logique.

Puis vient la suite sur son prénom et Jesus se pare d’une pokerface magnifique, le temps que l’information fasse le tour de sa boîte crânienne et lui revienne en pleine gueule. Si tout se débloque enfin dans son cerveau, le chauve ne retient, en vérité, qu’une seule et unique information de l’incroyable coïncidence qui l’a jetée, à nouveau, sur la route d’un démon. Une information qui, inévitablement, le fait exploser de rire et se tordre en deux sous la puissance de son fou rire.

Si Jesus pensait pouvoir maîtriser son hilarité, il se rend bien vite à l’évidence : c’est impossible. Ses abdos le font souffrir et l’air lui manque un peu. À genoux devant le môme, il s’accroche à ses vêtements comme un torturé supplie son bourreau de le tuer. Ce qui s’apparente un peu à de la torture alors que l’elfe sent tout son crâne le chauffer et les larmes lui monter aux yeux. Il lui faut plusieurs minutes pour se calmer. Jesus masse alors ses joues mises à mal par le rire et se relève en s’appuyant impunément sur le gamin qui, de toute façon, n’en est pas vraiment un. De nouveau debout, très près du môme, il pince et tire un peu sur les grosses joues qui lui font face.

« Bébélial est bougon ? » (Il mime un enfant boudeur, les yeux brillants de larmes.) « Pas content d’avoir une tête de bébé ? Avoue… être un nazi, c’était quand même plus fun ! Et tu leur as dit, à tes petits-copains, que t’as piqué le corps d’un gamin ? J’suis sûr que ça va bien faire marrer tout le monde ça aussi… »

Lui, en tout cas, se poile bien alors qu’il recule et se fend d’un nouveau rire amusé. La curiosité l’emporte un peu sur l’hilarité et Jesus se demande si, dans ce corps aussi, Bélial peut le tuer, lui faire mal, le frapper aussi fort que ce jour où ils se sont rencontrés dans une forêt française. Mais la tête de gamin du démon le perturbe et amène, sans cesse, sur ses lèvres, un grand sourire amusé. Passer d’un grand tueur allemand à… ça… Vraiment, l’elfe noir ne peut pas comprendre et a du mal à se retenir de rire.

« Oh, allez… Te mets pas à pleurer, Bébélial, où je vais devoir te trouver une tototte pour te détendre, se moque-t-il en regardant, autour de lui, s’il n’y a pas une poussette à qui voler tétine. »
 

(c) ROGERS.



Laughter is the best medicine - fear the shadows
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge] Empty
Message# Sujet: Re: Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge]   Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Jésus reviens parmi les tiens [pv — Ignatius Forge]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens ça m'aurait étonnée !
» La «frontière» est-elle carrément fermée entre Haïtiens et Dominicains même au Q
» Lettre de Mgr Guy Sansaricq, aux protestataires haïtiens
» Deportation prochaine de Toto Constant ?
» [Libre]Paul Narreff reviens d'éxil [Slash Town, Rang D, Chasseurs de Prime, Les Lunettes Sacrées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Perfume of Blood :: Los Angeles :: ♰ North of L.A :: Cathédrale Notre-Dame-des-Anges-